in

Chaos dans les médias tunisiens : recul

Chaos dans les médias tunisiens : recul

Actuexpress.net Le 2021-09-01 07:36:45, Chaos dans les médias tunisiens : recul

Le danger de revenir à des « informations d’instructions » au vu des ingérences médiatiques et de la publication des agendas (Agence Nasser Talal/Anadolu)

Le dossier du Département tunisien des médias, après les décisions du président tunisien du 25 juillet dernier, qu’il a finalement prorogées indéfiniment, reste l’un des dossiers brûlants les plus importants de cette période, surtout en l’absence quasi totale de sources officielles fournissant des informations aux journalistes. à l’intérieur du Palais de Carthage, et considérant les médias tunisiens comme l’un des principaux piliers sur le chemin de la démocratie tunisienne naissante.

La présidence du gouvernement tunisien, par l’intermédiaire de son conseiller média, supervisait la gestion du dossier. Cependant, après le renversement du Premier ministre Hicham Al-Mashishi, l’administration reste floue, même si la présidence tunisienne est intervenue dans le dossier le 28 juillet en décidant de limoger le directeur général de la télévision officielle tunisienne, Mohamed Al-Asaad Al-Dahesh, et la nomination d’Awatef Al-Dali pour superviser temporairement le fonctionnement de la télévision tunisienne. En revanche, la Radio tunisienne officielle, qui comprend 11 radios, reste jusqu’à présent sans directeur général.

Les institutions médiatiques se sont transformées en espace de propagande et de criminalisation de toute opinion différente, en l’absence d’un porte-parole de la présidence tunisienne pour communiquer avec les journalistes

Ce qui est inquiétant dans ce contexte, c’est l’absence d’un interlocuteur officiel avec lequel les journalistes peuvent communiquer pour obtenir des informations ou en vérifier d’autres publiées fréquemment et rapidement sur les plateformes de réseaux sociaux, ce qui provoque un chaos de rumeurs et d’informations trompeuses qui touchent les institutions et les individus, sans que le intervention de toute partie officielle à l’exception de ceux concernés par ces nouvelles, et de ceux qui l’ont nié.

L’ambiguïté dans la gestion du dossier médiatique a eu une réflexion sur ce que les médias tunisiens ont vécu dans la période récente, alors que le processus de chantage par les médias contre des institutions et des personnalités connues s’est multiplié, à la lumière des campagnes, des rumeurs et des accusations se sont répandues contre eux. Le parlementaire tunisien figé et ancien ministre, Mehdi Ben Gharbia, a publié un enregistrement d’un appel téléphonique qu’il a recueilli avec le propriétaire du site Internet « Al-Thawra News », qui l’attaque contre lui, ce qui a laissé un état de ressentiment. dans les médias tunisiens. Le parti Ennahda a déposé une plainte contre l’hebdomadaire tunisien « Al-Anwar » pour avoir publié une enquête journalistique accusant le mouvement d’avoir participé, par l’intermédiaire de sa tête, Rached Ghannouchi, à la tentative d’assassinat du président tunisien Kais Saied. L’ancien ministre de la Santé, Abdel Latif Al-Makki, et un dirigeant éminent du « Mouvement Ennahda » a également confirmé qu’il poursuivrait en justice le quotidien privé « Al-Shorouk » après avoir publié un article affirmant qu’il « avait fait passer en contrebande des armes turques pour territoire libyen sous la forme d’une cargaison de médicaments lorsqu’il était en charge du ministère de la Santé. Le professeur d’université Ayyad Ben Achour a également démenti ce qui a été publié par un site Internet portant le logo de la radio privée « Mosaic FM », lui a attribué des déclarations qu’il n’a pas dites, ce qui a été confirmé par la radio elle-même, qui a publié un communiqué dans lequel elle a confirmé qu’un site Internet portant son logo publie des informations trompeuses et sans fondement, mettant en garde contre ce site présumé.

Les fausses nouvelles et les rumeurs se sont largement répandues en l’absence de sources d’information officielles

Ces données ont été confirmées par le Syndicat national des journalistes, dans un communiqué publié dimanche soir dernier, dans lequel il a exprimé sa grande inquiétude face à la couverture médiatique de divers médias publics et privés après l’annonce des décisions de Saeed et autres, qui ont conduit à la l’enregistrement de certaines violations de l’éthique professionnelle et la déviation de certaines institutions de leur rôle pour se transformer en un espace de propagande et criminaliser toute opinion différente. Le Syndicat a indiqué que la Présidence de la République poursuivait la politique de black-out, bafouant le droit du citoyen à une information correcte et en temps opportun, fermant ses portes aux journalistes, et laissant le champ libre à la propagation de fausses nouvelles et d’ambiguïté dans cette délicate circonstance exceptionnelle et en l’absence d’autres sources officielles d’information.

Le Syndicat a enregistré de nombreuses violations de la liberté de la presse et des médias à travers des restrictions au travail des journalistes, notamment sur le terrain, ou à travers l’intervention de certains responsables en charge de la gestion dans certaines institutions médiatiques publiques (officielles) pour diriger les journalistes vers servir une opinion et s’immiscer dans le choix des sujets et la façon dont ils ont été présentés, ce qui est un indicateur dangereux.Il qualifie les médias tunisiens d’« information d’instructions », ce qui signifie un recul pour le seul gain de la révolution de la liberté et dignité, qui est la liberté d’expression. Il a également renouvelé l’appel de la Présidence à respecter la liberté de la presse et des médias et le droit d’accès du journaliste à l’information en lui permettant d’avoir des informations correctes pour contrer les fausses nouvelles, ainsi qu’en respectant son droit de poser des questions, que ce soit par le biais de dialogues, conférences ou interviews de presse. Elle a appelé tous les journalistes à respecter les contrôles professionnels et l’éthique professionnelle, à faire preuve d’un esprit de responsabilité nationale et à ne pas s’engager dans la diffusion et la promotion de fausses nouvelles, ainsi qu’à ne servir aucun agenda interne ou externe.

Restrictions sur les journalistes, ingérence dans les questions soulevées, et craintes du retour de l’« information d’instruction » et du recul des acquis de la révolution

Dans une déclaration à Al-Araby Al-Jadeed, le chef du Syndicat des journalistes tunisiens, Mohamed Yassin Al-Jelassi, exprime son espoir de sortir rapidement de cette situation, soulignant qu’il a évoqué cette question avec le président tunisien Kais Saied lorsqu’il a l’a rencontré le 26 juillet 2021, notant que « le président tunisien Il ne juge pas nécessaire de nommer un porte-parole officiel ». Cependant, Jelassi souligne la nécessité d’un porte-parole officiel au sein de la présidence tunisienne pour communiquer avec les journalistes tunisiens pour exercer leurs fonctions de manière professionnelle et professionnelle, loin de la fièvre des rumeurs et des nouvelles trompeuses qui envahit l’arène tunisienne et a causé des répercussions négatives sur les médias tunisiens auprès de l’opinion publique, qui l’accuse de manque de crédibilité et de professionnalisme.

En revanche, le conseiller du président tunisien, Walid Al-Hajjam, confirme, dans des entretiens avec les médias tunisiens, que « Saeed n’a pas l’intention de restreindre la liberté de la presse, qui est l’un des plus grands acquis de la Tunisie, et que la liberté de publication et la presse et les libertés individuelles et collectives ne seront en aucun cas affectées. » . Les assurances n’ont pas trouvé beaucoup d’écho auprès des professionnels des médias tunisiens, au vu de la situation médiatique entourée de beaucoup d’incertitude, d’un manque de clarté dans la vision d’avenir et de la peur de revenir à la restriction à la liberté de la presse et d’expression, comme ce fut le cas. avant le succès de la révolution tunisienne en 2011.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
الجزائر: سيتم عقد القمة العربية في موعدها

Algérie : le sommet arabe se tiendra à temps

En Tunisie, le renouveau des semences traditionnelles face au défi climatique

En Tunisie, le renouveau des semences traditionnelles face au défi climatique