in

Corona continue de semer la confusion dans les festivals tunisiens | Khaled Hadawi

Corona continue de semer la confusion dans les festivals tunisiens |  Khaled Hadawi

Rédaction Le 2021-07-01 16:42:43, Corona continue de semer la confusion dans les festivals tunisiens | Khaled Hadawi

Tunisie – Le ministère tunisien des Affaires culturelles a rendu une décision choquante aux fans des théâtres comme à ses chanteurs, une décision qui a reporté tous les festivals et événements artistiques et culturels d’un mois entier, jusqu’au début du mois d’août prochain, en principe, après avoir sondé les taux d’infection par le virus Corona dans le pays.

La décision prise par le ministère était attendue, notamment après un rapport négatif du Comité scientifique indiquant que le nombre de cas de l’épidémie avait augmenté chez les Tunisiens, qui imposait cette mesure de précaution qui renversait tous les préparatifs pour la mise en place d’un certain nombre de les festivals, dont le Festival de Carthage et l’International Hammamet, à l’heure où il est censé l’être, les organisateurs du Festival sont toujours prêts pour le travail de terrain ; Car la décision lie le retour à l’organisation de festivals, ou la prolongation de l’interdiction, aux nouveaux bilans sanitaires.

Mahdi Mabrouk : L’interdiction des manifestations est malheureuse et cause de la frustration et du stress à de nombreux

alternatives virtuelles

Malgré le pessimisme qui régnait dans les milieux artistiques et culturels, puisque l’activité qu’il fallait accomplir améliorerait la situation des artistes, continuer à s’organiser sans respecter les normes sanitaires pouvait avoir des conséquences très graves, alors chacun restait silencieux et patient en attendant le bon une nouvelle qui annonce le déclin de l’épidémie.

Les sociologues estiment que la circonstance exceptionnelle et les décisions qui en découlent vont créer une sorte de tension et d’angoisse collective, d’autant plus que nous sommes en plein été où les Tunisiens pratiquent leurs activités de vie en dehors des espaces clos.

Mahdi Mabrouk, chercheur en sociologie et membre du comité scientifique pour affronter Corona, a déclaré que « ce n’est pas la première saison, et le contexte de l’épidémie remonte aussi à plus d’un pays ; Récemment, dans trois grandes capitales culturelles et touristiques (Moscou, Lisbonne et Madrid) des travaux ont commencé pour rétablir la quarantaine, et malheureusement la Tunisie figure sur cette liste dans un contexte économique et social.

Il a ajouté, dans une déclaration à Al-Arab, « L’été permet aux Tunisiens de vivre en dehors des espaces clos, et de profiter des fêtes et festivals connus depuis l’époque romaine, comme le théâtre de Dokka, El Jem, Carthage et Uthna. Interdire les manifestations dans les lieux historiques est regrettable et engendrera de nombreux cas de frustration et de tension, notamment pour ce public qui attend l’été pour profiter des vacances et des pique-niques.

Il a poursuivi : « Les professionnels et les artistes seront également touchés, à l’image du Festival de Carthage, qui a organisé une programmation spéciale pour cette session, mais il a reçu un coup dur, comme le reste des festivals et manifestations. un an et demi, et ils sont plus nombreux que le public culturel.

Pour Mabrouk, qui occupait auparavant le poste de ministre de la Culture, « nous n’avons pas d’autres options. Il y a un état d’anxiété, de stress et de dépression, auquel on peut faire face en créant des pratiques et autres activités à la télévision et sur Internet. , où le déplacement des activités réelles vers les activités virtuelles est inévitable.

Miqdad Al-Suhaili : Nous sommes obligés de mettre en place des procédures, et la vaccination est la solution la plus efficace

Il a poursuivi: « Plus les gens se rebellent, plus cela prolongera la durée de vie de l’épidémie, et nous n’avons qu’à respecter la loi sur le respect de la vie, sinon nous ne profiterons pas de la culture, des sports et autres. »

Et tandis que les milieux artistiques et culturels ont exprimé leur engagement conditionnel aux procédures, en général, certains ont blâmé l’État pour la détérioration des conditions de santé, car la classe politique était préoccupée par les disputes et les conflits et négligeait les préoccupations de la population, au premier rang desquelles qui est la fourniture du vaccin.

L’artiste et dramaturge Miqdad Al-Suhaili a déclaré : « Le peuple est gouverné par l’État, et cette décision est l’une des tâches du Comité scientifique, et ce n’est un secret pour personne que la Tunisie est classée en tête de liste des pays avec un taux de risque élevé, et l’épidémie a fait des milliers de morts. »

Il a ajouté, dans une déclaration à « Al-Arab » : « Il y a une mauvaise gestion de la crise, qui conduira à la destruction. La classe politique est préoccupée par les désaccords et les querelles à un moment où la raison se veut prudente en déclarant une trêve et en redressant la situation dans la guerre contre l’épidémie.

Et il a ajouté : « Le peuple tunisien souffre du fléau du Corona, et nous sommes obligés de mettre en œuvre les mesures, car nous n’avons plus d’autres options, et nous n’avons pas d’autre solution que de procéder à la vaccination ».

Concernant ses œuvres programmées pour les dates des festivals d’été, Al-Suhaili a déclaré : « J’ai une nouvelle pièce qui est entrée dans la liste des représentations attendues, et notre activité est liée aux représentations estivales, mais nous sommes entrés dans une phase de pauvreté, et l’État doit fournir un ensemble de compensations pour faire face à la situation exceptionnelle, et il doit assumer ses responsabilités à cet égard.

deuxième report

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Sept tués, la femme d'Igboho enlevée lors d'une attaque contre la maison d'un militant yoruba, déclare le professeur Akintoye

Sept tués, la femme d’Igboho enlevée lors d’une attaque contre la maison d’un militant yoruba, déclare le professeur Akintoye

dans le sillage du variant Delta, des restrictions réapparaissent

dans le sillage du variant Delta, des restrictions réapparaissent