in

Corona et la bataille de la gouvernance en Tunisie

Corona et la bataille de la gouvernance en Tunisie

Rédaction Le 2021-07-17 12:28:45, Corona et la bataille de la gouvernance en Tunisie

Publié le : 17/07/2021 – 12:28

Comme on le sait, la Tunisie est devenue ces dernières semaines parmi les pays les plus touchés par la quatrième vague de la dix-neuvième pandémie de Covid. C’est aujourd’hui un pays affligé dans tous les sens du terme, surtout après que certains responsables du cadre médical ont annoncé l’effondrement du système de santé. Mais à l’opposé de la situation catastrophique de cette situation censée créer une cohésion nationale pour faire face à l’épidémie, on voit que la pandémie est devenue un moyen de conflit de gouvernance entre les symboles de l’État et ses institutions.

Le premier parti qui porte la responsabilité de l’épidémie de la maladie est, bien sûr, le gouvernement et sa ceinture politique qui le soutient, dirigé par le Mouvement de la Renaissance islamique. Au lieu d’adopter une stratégie claire pour faire face, notamment au niveau de la fourniture de vaccins suffisants, on voit le chef de ce gouvernement et ses partisans porter la responsabilité de l’échec du président Qais Saeed, qui a perturbé la réforme ministérielle et empêché le changement de régime Ministre de la Santé. En fait, cette accusation n’est qu’une dissimulation de la gestion négative de la pandémie par le Premier ministre, même au niveau de la communication. Il est étrange, par exemple, qu’il n’ait pas adressé un mot au peuple depuis le début de la quatrième vague, à l’exception de quelques déclarations éparses.

Ajoutons à cela que la ceinture parlementaire qui soutient le gouvernement profite de la conjoncture actuelle pour voter des lois qui n’ont rien à voir avec la crise sanitaire et ne servent que les partis, profitant de la préoccupation de l’opinion publique face à l’épidémie de la maladie.

Dans sa lutte avec le gouvernement de la Casbah et ses partisans des partis au Parlement, le président Kais Saied, à son tour, a commencé à exploiter la situation pour une sorte de publicité pour lui-même. Enfin, après que les Tunisiens désespérèrent de ses discours qui n’avaient aucun contenu pratique, il s’est tourné vers l’action diplomatique, qui a permis la fourniture d’une quantité respectable de vaccins, qui s’est accrue grâce à la solidarité volontaire de nombreux pays. Mais dans le même temps, le Président de la République a chargé la Médecine militaire de superviser la campagne de vaccination, marginalisant en quelque sorte le ministère de la Santé.

D’autre part, l’équipe médiatique de la Présidence de la République a profité de l’afflux des aides de l’État pour la propagande médiatique contre le gouvernement et ses partisans. Toute déclaration de la présidence à cet égard est accompagnée de phrases rappelant le régime présidentiel, telles que « par arrêté de la présidence de la République », « sous la tutelle du président de la République » ou « à l’initiative du Président de la République. C’est comme si la bataille contre Corona s’était transformée en une guerre pour renforcer les positions dans la lutte pour le pouvoir.

Ce sont des indications que le climat politique en Tunisie ne s’applique pas vraiment aux concepts de démocratie. La différence politique est devenue un conflit qui menace les acquis des Tunisiens et de leur État.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
أسعار اليورو والدولار في الجزائر اليوم

Le cours de l’euro et du dollar en Algérie aujourd’hui, samedi 17 juillet 2021

Tunisie : Vacances annulées ou remises à plus tard, un coup dur pour l'économie de l'été (Reportage)

Tunisie : Vacances annulées ou remises à plus tard, un coup dur pour l’économie de l’été (Reportage)