in

Corona reporte les examens non urgents

Corona reporte les examens non urgents

Actuexpress.net Le 2021-08-25 02:19:05, Corona reporte les examens non urgents

La priorité aujourd’hui est de maîtriser la situation épidémique (Yassine Kaidi/AFP)

Avec la détérioration de la situation épidémiologique en Tunisie, un report des suivis médicaux non urgents dans les hôpitaux publics est enregistré, car la crise du Corona impose ses conditions.

Naima, une femme tunisienne d’une cinquantaine d’années, s’est rendue dans un hôpital de la capitale, Tunis, pour subir un examen spécial afin de surveiller ses douleurs articulaires, mais son rendez-vous a été reporté à septembre prochain. Elle dit à Al-Araby Al-Jadeed que c’est « la deuxième fois que mon rendez-vous est reporté en raison de la surpopulation à l’hôpital avec des personnes infectées par Covid-19 ». Naima fait partie des milliers de cas non urgents ou d’urgence dont les rendez-vous et les examens sont reportés au mois prochain ou plus tard, en raison de l’épidémie du nouveau virus Corona en Tunisie, qui a conduit à la surpopulation des hôpitaux et à la mobilisation du personnel médical pour traiter les personnes infectées par l’épidémie en priorité pour maîtriser la crise sanitaire.

La suspension du travail dans les cliniques non liées aux cas d’urgence et l’affectation de la plupart des services des hôpitaux publics à l’accueil des personnes infectées par le Covid-19 sont deux mesures précédemment utilisées par les autorités compétentes l’année dernière lorsque le virus s’est propagé dans le pays, notamment pendant la période de la crise sanitaire globale. quarantaine qui a été imposée en mars 2020. Cependant, la clinique a repris son travail habituel avec la mise en place de la pierre dirigée en avril de la même année.

Avant de mettre cela en œuvre pour la première fois l’année dernière, le Conseil national du Décanat des médecins de Tunisie a appelé à « le report des cliniques médicales et de toutes les interventions non urgentes et le traitement des patients étrangers, et à forcer l’arrêt de toutes les interventions médicales, afin de protéger les agents de santé et les patients de la propagation du virus Corona. » Le nouveau », afin que « les soins de santé pendant la période de quarantaine complète soient limités aux services de première ligne et aux médecins traitants, que ce soit dans les hôpitaux publics ou en pratique libre. » Cependant, la plupart des hôpitaux ont continué à fournir des chirurgies d’urgence, notant que le nombre de chirurgies a enregistré une baisse continue depuis le début de la crise épidémiologique en raison de l’incapacité des patients à se déplacer en raison de la suspension des transports entre les villes. Environ un mois après ces mesures, l’Administration Générale des Structures de Santé Publique du Ministère de la Santé tunisien a annoncé que les cliniques ambulatoires avec leurs diverses spécialisations dans la plupart des hôpitaux publics ont repris le travail depuis le début de la quarantaine ciblée et assurent ainsi leurs services, soulignant qu’ils sont témoins d’une grande demande de la part des citoyens après les avoir arrêtés pendant un certain temps.Mise en quarantaine complète par crainte de l’apparition du nouveau virus Corona. Puis l’horaire de travail dans les cliniques est revenu à la normale, surtout après qu’aucun cas de Covid-19 n’a été enregistré et que la situation épidémiologique a été contrôlée.

Aujourd’hui, les mêmes procédures sont suivies dans la plupart des hôpitaux publics, ne recevant que les cas urgents et reportant les examens et les soins non urgents, de sorte que l’épidémie de Corona a pris la tête des préoccupations du secteur de la santé, après la grande épidémie de virus depuis juin dernier. , avec son Delta muté qui est apparu pour la première fois en Inde en avril/avril dernier.

Buthaina, une femme dans la trentaine, a déclaré à Al-Araby Al-Jadeed : « Je suis le traitement de l’estomac, avant de subir une intervention chirurgicale, on m’a dit que ce n’était pas urgent, donc son rendez-vous a été reporté plus de trois fois en raison de la surpopulation dans hôpitaux avec des patients Covid-19. Elle a expliqué: « Mon médecin direct m’a assuré que cela n’affecterait pas ma santé, et nous attendons donc que la crise sanitaire se résolve avant de procéder à l’opération », notant que « les salles de réveil connaissent une surpopulation de plus de 100 pour cent au total. hôpitaux. » Il est à noter que la situation épidémiologique a poussé de nombreux patients à éviter les hôpitaux et à demander de reporter leurs rendez-vous par crainte d’infection à l’intérieur de l’hôpital, avant que les établissements de santé ne les reportent délibérément. Il y a ceux qui ont choisi de suivre leur état de santé avec des médecins dans leurs cliniques privées, pour éviter la surpopulation et le mélange avec un grand nombre de patients, notamment dans les services de maladies urgentes.

Dans ce contexte, Abdel Rahman, un médecin spécialisé dans les maladies cardiovasculaires, a déclaré à Al-Araby Al-Jadeed : « Le nombre de patients dans ma clinique privée a augmenté depuis le début de l’épidémie, car la plupart des gens ont évité de se faire soigner dans les hôpitaux publics, qui connaissent un grand surpeuplement dû à l’afflux de milliers de personnes infectées par le Covid-19 chaque jour, et cela a commencé depuis la première vague que le pays a connue l’année dernière, qui a provoqué la contamination de nombreux médecins et personnels paramédicaux.

Le report du travail dans les cliniques traitant des cas non urgents et urgents soulève des questions sur l’étendue de son impact sur le flux de travail dans les hôpitaux après l’amélioration de la situation épidémiologique, d’autant plus que les centres de santé se plaignent généralement d’un surpeuplement continu de patients, en particulier dans les cliniques ambulatoires. Dans ce contexte, le Dr Mohamed Safar, qui travaille dans un hôpital public, précise que « ce report est une mesure d’urgence pour éviter la propagation de l’infection dans les hôpitaux. Aussi, la plupart du personnel médical enrôlé pour soigner les personnes infectées par le Covid- 19. Mais cela ne signifie pas négliger le reste des patients, ni surtout ceux dont les cas nécessitent des interventions urgentes, tout en maintenant le cours normal des chirurgies urgentes. Safar, s’adressant à Al-Araby Al-Jadeed, ajoute que « ces mesures peuvent entraîner une surpopulation dans les cliniques ambulatoires après l’amélioration de la situation épidémiologique dans le pays, mais des horaires seront fixés pour les rendez-vous des patients afin d’éviter la surpopulation ou de retarder le traitement pour de nombreux cas. . » Safar souligne que « le secteur médical dans la plupart des hôpitaux doit être soutenu par du personnel médical et paramédical dans toutes les spécialités, que ce soit maintenant ou après l’amélioration de la situation épidémiologique, car nous nous plaignons d’un manque important de ressources humaines dans de nombreuses spécialités importantes ».

What do you think?

25 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
بنك الجزائر - أرشيفية

Le cours de l’euro et du dollar en Algérie aujourd’hui, mercredi 25 août 2021

Tunisie : l'armée vaccinale dans les régions reculées

Tunisie : l’armée vaccinale dans les régions reculées