in

Critiques contre la politique d’ambiguïté et silence communicationnel de la présidence en Tunisie après les décisions du 25 juillet

Le président tunisien convoque de nouveaux médecins dans les centres de recrutement du service national

Rédaction Le 2021-08-29 19:21:56, Critiques contre la politique d’ambiguïté et silence communicationnel de la présidence en Tunisie après les décisions du 25 juillet


Le Syndicat des journalistes tunisiens et d’autres organisations ont critiqué l’institution de la présidence, en raison de ce qu’ils considéraient comme un black-out systématique et une ambiguïté persistante depuis que le président Kais Saied a annoncé les mesures exceptionnelles et suspendu les travaux du Parlement le 25 juillet.

Le syndicat a déclaré dans un communiqué aujourd’hui, dimanche, que le black-out a provoqué la propagation de la propagande et la criminalisation des opinions contraires au président, ainsi que l’enregistrement de violations dans le secteur des médias.

Les événements du 25 juillet ont ouvert grand les portes à la propagation de rumeurs et de débats violents entre partisans et opposants du président Saïd sur les réseaux sociaux.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2019, le président Saeed est rarement apparu dans les médias locaux, et le palais présidentiel se contente de publier ses déclarations sur le site Internet de la présidence et sa page officielle sur le site de réseau social « Facebook ».

Les vidéos couvrant les activités du président se limitent à le mettre en valeur s’adressant à ses invités ou donnant ses ordres en toute écoute et sans réactions.

Les critiques de la politique de communication du président assimilent l’image d’un professeur de droit constitutionnel que faisait Saeed lorsqu’il était chargé de cours à la Faculté des sciences juridiques.

Le syndicat a précisé dans sa déclaration d’aujourd’hui que la présidence ignore le droit du citoyen à une information correcte et en temps opportun et ferme ses portes aux journalistes et laisse le champ ouvert à la propagation de fausses nouvelles et d’ambiguïté dans cette circonstance exceptionnelle délicate et en l’absence d’autres officiels sources d’information autres que celles-là.

L’organisation a également averti que cette politique constitue un revers pour l’obtention de la liberté d’expression après la révolution de 2011. Elle a déclaré que le droit de poser des questions, que ce soit par le biais de dialogues, de conférences ou d’entretiens avec la presse, devait être respecté.

Il n’y a pas de porte-parole officiel de la présidence, et les journalistes se plaignent de l’absence d’informations officielles à l’époque du palais présidentiel, et beaucoup doivent attendre tard dans la nuit pour que des déclarations soient émises et pour vérifier la validité des fausses nouvelles et des rumeurs. fuite à grande échelle.

Le président Saeed a décidé il y a environ une semaine de prolonger indéfiniment la période des mesures exceptionnelles et a déclaré qu’il adresserait une déclaration au peuple sans préciser de date pour cela.

Saeed n’a pas nommé de nouveau Premier ministre et n’a pas présenté de feuille de route pour gérer la phase, mais de fortes attentes indiquent son désir d’introduire des réformes politiques qui pourraient inclure le système de gouvernement et la loi électorale et d’aller à des élections législatives anticipées.

Hier, samedi, plus d’une vingtaine d’organisations de la communauté ont publié un communiqué appelant à un délai clair pour les mesures exceptionnelles et un cheminement participatif avec le reste des partis, organisations et personnalités politiques et nationales sur les plans de réforme à présenter.

« Aujourd’hui, le rassemblement de tous les pouvoirs avec le président de la République, en l’absence d’une vision claire sur les prochaines étapes, fait peser un réel danger sur l’avenir de la démocratie dans notre pays », ont déclaré les organisations dans le communiqué commun.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
L'Algérie accuse des groupes qu'elle associe au Maroc et à Israël pour les incendies de forêt |  Algérie Actualités

L’Algérie accuse des groupes qu’elle associe au Maroc et à Israël pour les incendies de forêt | Algérie Actualités

En Tunisie, la société civile s'impatiente face à l'arbitraire de l'état d'exception

En Tunisie, la société civile s’impatiente face à l’arbitraire de l’état d’exception