in

Culture et politique. La visite du président de la Tunisie est un modèle

Actuexpress Le 2021-04-28 04:43:15, Culture et politique. La visite du président de la Tunisie est un modèle

Abonnez-vous pour recevoir les nouvelles les plus importantes

Les désirs des dirigeants et des hauts fonctionnaires qui viennent en Égypte pour des visites officielles diffèrent en ce qui concerne ce qu’ils veulent voir et ce qu’ils demandent de visiter des sites archéologiques ou des zones touristiques à l’intérieur du pays. Et je me souviens que feu le président irakien Abdul Rahman Aref – et c’était un homme bon qui a succédé à la présidence de l’Irak après la mort de son frère le président. Abd al-Salam Aref dans un accident d’avion entouré de doutes, alors Abdul-Rahman Aref a dirigé l’Irak pendant une courte période. était caractérisé par un calme relatif, car les Irakiens le connaissaient comme un bon dirigeant et un président modéré, et il a été renversé par un coup d’État qui n’a pas vu qu’il y avait une justification pour le blesser mais plutôt l’expulser hors du pays et je pense qu’il a choisi la Turquie à cette époque – l’important est que le président Abdel Rahman Aref, lorsqu’il est venu en visite officielle en Égypte et lui a offert le programme de visite, a choisi de visiter le zoo de Gizeh en raison de son patrimoine, de sa renommée et de la diversité de ses animaux et ses oiseaux!

L’humeur des visiteurs varie selon le choix. Le regretté président tunisien Ali Zine El Abidine, lors de sa visite en Égypte, a demandé à rencontrer l’écrivain Nobel Naguib Mahfouz et à visiter la maison d’Abdel Wahab puis le musée égyptien, et ces désirs sont le reflet du caractère du peuple tunisien fraternel amoureux de la culture, amateur d’art, qui entretient des liens historiques étroits avec l’Égypte, qui s’étend d’Ibn Khaldun jusqu’à Perm, en Tunisie. Un ancien Premier ministre égyptien m’a dit qu’il était en visite en Tunisie, et son homologue se vantait que son père ait assisté à une fête pour Abdel Wahab au début des années 1950!

Je le dis à l’occasion de la récente visite du président de la République tunisienne, Qais Said, qui était un éminent professeur d’université, de sorte que sa visite en Égypte s’est concentrée sur des sites culturels de premier plan, et il a assisté à une soirée tuniso-égyptienne au Opéra en présence du Ministre de la Culture, Dr. Inas Abdel Dayem, et sa visite a été caractérisée par une compréhension claire de la civilisation égyptienne et du patrimoine accumulé sur notre bonne terre, il était donc plus préoccupé par les musées et le rôle de l’art que par son intérêt pour les attractions touristiques ou les plages égyptiennes. Il présenté à l’Égypte de merveilleux modèles artistiques avec des noms bien connus tels que les actrices Hend Sabry, Latifa, Dora et d’autres noms brillants dans le monde de la musique, du chant et du cinéma, de sorte que les différences entre eux et les autres ne seraient guère découverts. L’esprit en est un, la culture est commune, et l’humeur arabe domine tout le monde … et je pense que le dirigeant qui goûte l’art et pratique la littérature est mieux à même de comprendre son peuple qu’un autre dirigeant qui a une querelle avec la culture, les arts et la littérature, et on se souvient encore que feu le président Sadate a passé des années de sa vie avant la révolution de juillet 1952 dans le domaine du journalisme, non loin des arts populaires, et est associé à des noms tels que Zakaria Al-Hijawi, Mahmoud Al-Saadani et d’autres. Harafish à cette époque .. la vision littéraire et artistique élargit les perceptions, ouvre la porte à la vision et rend la capacité de comprendre les choses et de prendre des décisions plus populaire et plus adhérente. Un homme de la rue est la principale partie prenante des décisions rationnelles et des jugements équitables. Il n’est pas étonnant que le Président de la Tunisie, lors de sa visite, se soit comporté avec cette aptitude intellectuelle à travers une vision culturelle qui confirme l’histoire de la communication conjointe entre les deux pays arabo-africains à de nombreuses reprises, et on se souvient peut-être à cette occasion que l’un des grands imams d’Al-Azhar qui ont assumé la fonction de cheikhdom, Cheikh Al-Khader Hussein, était un Tunisien d’origine. Algérien, comme s’il était l’envoyé de l’Université Zaytouna à Tunis auprès d’Al-Azhar Al-Sharif, le plus grand Centre islamique sunnite dans le monde contemporain, et feu le président Nasser l’a choisi comme expression de l’unité des mondes islamique et arabe à tous les niveaux.

La visite du président Qais Saeed, qui est connu pour l’intégrité de la parole et la clarté de l’idée, nous a remis une fois de plus devant la question du rapport entre culture et politique et la chute de la théorie de la rivalité entre eux sans justification. homme politique instruit connaît les faits de la vie et les chemins de la politique, indépendamment de son origine et sans égard à la nature de sa qualification. La culture est un don divin qui envahit la conscience pour faire Son propriétaire est une personne moderne qui comprend ce qui l’entoure et est capable de lire l’avenir et d’anticiper ce qui est à venir.

Twitter: @DrMostafaElFeky

What do you think?

22 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Les essais nucléaires français en Algérie: leurs effets polluent les relations entre les deux pays

Les essais nucléaires français en Algérie: leurs effets polluent les relations entre les deux pays

Tunisie: Hausse de 74,15% des revenus de la société SIAME au premier trimestre 2021

Tunisie: Hausse de 74,15% des revenus de la société SIAME au premier trimestre 2021