in

Défenseurs tunisiens des droits humains : l’attaque d’Abir Moussa est un test pour la justice

Défenseurs tunisiens des droits humains : l'attaque d'Abir Moussa est un test pour la justice

Actuexpress.net Le 2021-07-03 15:37:54, Défenseurs tunisiens des droits humains : l’attaque d’Abir Moussa est un test pour la justice

Le chef du Parti constitutionnel libre en Tunisie a été victime d’une agression physique, mercredi, lors d’une séance publique, par les députés Sahbi Samara et Seif El-Din Makhlouf, qui sont affiliés à la « Coalition pour la dignité », l’aile violente de l’islam politique .

Les juristes ont indiqué que l’intervention du ministère public et de la justice dans l’affaire Abeer Moussa ne nécessite une plainte d’aucune partie, d’autant plus que les agresseurs étaient habillés d’arguments et de présomptions juridiques.

Ils ont demandé au ministère public d’agir le plus rapidement possible pour enquêter sur le crime et ont appelé le pouvoir judiciaire à prouver son indépendance par rapport aux conflits politiques et le contrôle du mouvement Ennahda des Frères musulmans.

‘scandale juridique’

Majdi Bouthina, membre du Parti constitutionnel libre, a déclaré dans des déclarations à « Sky News Arabia » que ce qui s’est passé est un scandale juridique si le ministère public n’agit pas seul dans ce crime.

Buddhina a souligné que « le parti aura recours à la justice, mais il n’est pas convaincu de son équité, sur la base de ce qui a été enregistré dans le passé du silence de la justice face aux crimes violents commis par les représentants d’Ennahda et de la Dignity Coalition ».

Il a ajouté : « Ce qui s’est passé au Parlement est un acte honteux et une honte dans l’histoire du Parlement. En encourageant les incidents violents au Parlement, Rashid Ghannouchi a rappelé son histoire sanglante dans une volonté claire de restaurer la violence islamiste et de redessiner la scène politique en Tunisie le la base de l’intimidation et de l’intimidation.

Il a souligné qu’au Parti destourien libre, ils ont rassemblé des dizaines de cas documentant la violence du mouvement Ennahda pour les présenter devant la loi et sont déterminés à continuer la lutte et à mener la bataille pacifique sans recul.

Répercussions sur les femmes tunisiennes

Pour sa part, la responsable de l’Association des femmes démocrates, Naila Zoghlami, a confirmé que les propos de condamnation ne sont plus à la hauteur de l’outrage commis contre Abir Moussa, qui a subi des violences et une vulnérabilité en tant que femme, ce qui motive les femmes en Tunisie au ressentiment plus de participer à la vie politique.

Al-Zoghlami a ajouté à « Sky News Arabia » que l’Alliance nationale pour la lutte contre la violence enverra un message aux trois présidences, à savoir la présidence du gouvernement, du Parlement et de la République, les exhortant à agir pour ce qui s’est passé au Parlement, et déposer une plainte auprès du ministère public.

Elle a souligné que la situation épidémiologique difficile du pays les empêchait de manifester devant le Parlement, malgré l’exacerbation récente des violences faites aux femmes.

Demande de levée d’immunité

À son tour, le député et avocat Mabrouk Kurshid a demandé la levée de l’immunité des deux députés impliqués dans le crime d’agression.

Kurshid a déclaré dans des déclarations à « Sky News Arabia » que « la violence qui a eu lieu contre Abeer Moussa est l’arbre qui cache une forêt de violence », ce qui est arrivé mercredi au peuple tunisien en général en passant l’accord tunisien avec le Qatar Development Fund.

Le député tunisien a qualifié l’accord de « règlement qui permet aux Qataris de posséder des terres agricoles tunisiennes, en violation flagrante de la loi du pays, et leur permet également de faire venir des travailleurs étrangers qui ne sont pas soumis à la responsabilité des autorités tunisiennes ».

Mabrouk Kurshid a confirmé avoir présenté sa démission du bureau du parlement en raison de l’absence de dialogue et de l’adoption de la logique de prédominance pour faire passer l’accord avec le Qatar par la force sous des violences morales visant les députés qui le rejettent et des violences physiques visant Abeer Moussa.

L’avocat et vice-président de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme, Bassam Al-Tarifi, avait demandé que les deux députés, Sahbi Samara et Seif El-Din Makhlouf, soient déférés à la justice dans les plus brefs délais dans une « circonstance aggravante ».  » car le crime de leur agression contre Abir Moussa s’est produit à la vue et à l’écoute de tout le monde.

Al-Tarifi a déclaré à Sky News Arabia que le ministère public devrait accélérer la demande de levée de l’immunité des deux députés, car la loi est au-dessus de tout le monde, et parce que leur incapacité à les tenir responsables du crime commis ou leur adhésion à l’immunité prédit la effondrement de l’Etat.

Il est à noter que la ministre des Femmes, de la Famille et des Personnes âgées, Iman Al-Zahwani, avait écrit au ministre de la Justice, demandant l’autorisation d’ouvrir une enquête sur les violences qui ont touché les femmes parlementaires et membres du gouvernement sous la coupole du Parlement. .

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Rallye de Lagos : je suis impressionné, dimanche Igboho est un héros - Reno Omokri

Rallye de Lagos : je suis impressionné, dimanche Igboho est un héros – Reno Omokri

Des migrants secourus par la garde nationale tunisienne lors d

Au moins 43 disparus après le naufrage d’un bateau de migrants au large de la Tunisie