in

Député tunisien : La loi criminalise la normalisation dans les deux mois (vidéo) | L’actualité de la Tunisie

Député tunisien : La loi criminalise la normalisation dans les deux mois (vidéo) |  L'actualité de la Tunisie

Actuexpress Le 2021-06-08 14:24:41, Député tunisien : La loi criminalise la normalisation dans les deux mois (vidéo) | L’actualité de la Tunisie

Noaman Al-Esh, député du Mouvement démocratique tunisien, a confirmé que la loi « criminalisant la normalisation » pourrait voir le jour d’ici deux mois si la volonté politique est disponible pour le faire, accusant le mouvement Ennahda d’avoir fait obstruction à la loi lors de deux séances.

La commission des droits, libertés et relations étrangères du Parlement tunisien avait annoncé qu’elle discuterait d’une loi criminalisant la normalisation avec Israël, suite aux demandes de la majorité des blocs parlementaires, après la récente agression israélienne sur la bande de Gaza.

Al-Ish a déclaré lors d’une réunion sur Al-Jazeera Mubasher : « Si la volonté politique est disponible, la loi peut sortir dans les deux mois, mais si certaines parties veulent faire obstruction au problème ou y échapper, elles ouvriront de longues discussions et essayez d’inonder les choses de détails qui entravent l’adoption de la loi. »

Al-Esh a ajouté que le mouvement Ennahda tente aujourd’hui de justifier et d’échapper à ses responsabilités, car le projet avait déjà été présenté lors de deux sessions parlementaires en 2014 et 2019 sans que la loi ne soit adoptée.

Un représentant du Mouvement Démocratique Tunisien : Il faut d’abord convenir que la normalisation est un crime, ensuite se posera la question des sanctions pic.twitter.com/uXiPPheZme

-Al Jazeera Mubasher (@ajmubasher) 7 juin 2021

Il a poursuivi: « Le rôle du mouvement Ennahda a été important de ne pas faire passer la criminalisation de la normalisation dans la constitution, et maintenant ils peuvent utiliser une nouvelle méthode d’évasion afin de soulever la question au sein du comité concerné et d’essayer de l’inonder de détails. et des questions. »

Il a expliqué que le projet de loi est présenté au niveau du comité général après avoir été présenté au niveau du comité, où un dialogue approfondi et la cristallisation des idées ou leur évolution afin de trouver une formule raisonnable capable de compatibilité et de mise en œuvre, notant qu’ils ont abordé les facteurs les plus importants qui pourraient provoquer la normalisation et ses formes et la question des sanctions afin qu’il n’y ait pas de relations directes avec l’occupation israélienne et soulignant que la normalisation est un crime.

Al-Ish compte sur l’effervescence de la rue tunisienne après le récent soulèvement palestinien, pour aider à faire passer la loi et accélérer sa révélation dès qu’elle sera une revendication populaire, surtout après les récents « scandales » de normalisation au niveau culturel. et les niveaux économiques ont été exposés.

Concernant les pressions auxquelles la Tunisie peut être soumise, le député du Courant Démocratique a déclaré que « c’est possible et peut-être que cela existe, mais ces pressions ne sont pas aussi importantes que certains qui rejettent cette loi peuvent être intimidés, et la Tunisie a la capacité d’agir. politiquement et convaincre les autres de ses orientations, car c’est une question de choix et de souveraineté nationale.

chef de mouvement #RenaissanceLes Tunisiens ne demandent pas seulement la criminalisation #normalisation mais modifier #Palestine#soirée #Tunisie pic.twitter.com/iXvzJ4pmTv

-Al Jazeera Mubasher (@ajmubasher) 7 juin 2021

Sur le même point, al-Ajami al-Warimi, un leader du mouvement Ennahda, a déclaré : « Nous sommes un pays démocratique et nous avons des institutions élues qui expriment la volonté du peuple. Le Parlement doit répondre à la volonté de ce peuple, et nos partenaires à travers le monde doivent respecter la volonté des Tunisiens qui ont fait de la libération de la Palestine l’un des mots d’ordre de leur révolution en 2011. » .

En réponse à l’accusation du mouvement d’entraver l’adoption de la loi dans le passé, Al-Warimi a souligné que la stipulation de la criminalisation de la normalisation dans la constitution n’était pas tant une position politique qu’une position liée à la nature de la articles constitutionnels, et que le mouvement n’aurait pas été un parti de blocage sans les discussions qui ont arrêté son passage.

Et il a ajouté : « Nous sommes prêts cette fois, car la criminalisation de la normalisation est devenue une demande populaire et officielle après la dernière vague, et aujourd’hui il n’y a pas de place pour les enchères, et nous devons être pratiques et que cette loi soit applicable dès que possible. que possible et définir des concepts clairs sur les formes de normalisation, ce que l’on entend par normalisation, comment l’empêcher et le mécanisme d’application de la loi aux délinquants.

Plus de nouvelles


What do you think?

17 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Cross River Governor Ben Ayade

Ayade limoge un autre commissaire – Punch Newspapers

Tunisie vs Algérie Aperçu, conseils et cotes - Sportingpedia

Match Tunisie vs Algérie (avant-première, pronostics et cotes