in

Député tunisien : L’accord avec le Qatar Fund for Development affecte la souveraineté nationale

نائب تونسي: الاتفاقية مع

Actuexpress.net Le 2021-07-03 00:34:00, Député tunisien : L’accord avec le Qatar Fund for Development affecte la souveraineté nationale

Lors de l’animation de l’émission « Midi Show » sur « Mosaic FM » vendredi, le député tunisien du « Bloc national », Mabrouk Kourshid, a révélé les raisons de sa démission du bureau de l’Assemblée des représentants du peuple.

Il a déclaré qu’il avait menacé il y a environ un mois et demi de geler son adhésion ou de démissionner définitivement parce que le bureau du conseil est cassé et qu’il ne peut pas s’engager dans un « processus de dialogue pouvant profiter aux Tunisiens ».

Il a souligné qu’il ne pouvait pas être un faux témoin car ce qui s’est passé récemment est un grand péché qui ne peut être toléré, se référant à l’accord avec le Qatar Fund for Development.

Kurshid a déclaré que le vote sur le projet de loi « accord de siège » relatif à l’ouverture d’un bureau pour le Fonds du Qatar pour le développement en Tunisie « a été la goutte qui a versé la tasse », considérant que son rejet de cet accord ne découle pas d’un position idéologique ou en raison de son implication dans la guerre des axes entre le Qatar et la Turquie d’une part et entre les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite d’autre part, mais plutôt en raison de sa conviction que cet accord serait de mauvais augure pour la Tunisie.

Il a souligné qu’il accueillait tout investisseur étranger, à condition qu’il respecte les lois et n’essaye pas d’imposer des conditions injustes qui affectent la souveraineté nationale et que sa présence n’entre pas en conflit avec ce qui a été approuvé par la constitution du pays, les lois applicables et les les accords.

et entre ça Un projet d’accord de siège pour le Fonds de développement du Qatar en Tunisie a été présenté au Conseil ministériel en 2018, alors qu’il était ministre des Domaines de l’État, et il a été rejeté car il ne convenait pas à la Tunisie, mais en 2019, il a été à nouveau renvoyé et signé, où il a déclaré : « En tant que ministre des Domaines de l’Etat, je me suis opposé à l’accord avec le Fonds qatari car il permet au Qatar de posséder des terres agricoles tunisiennes ».

A noter que cet accord a été signé le 12 juin 2019 entre le Qatar et la Tunisie par l’ancien ministre du Développement et de l’Investissement Ziad Al-Adhari côté tunisien, et le directeur général du Qatar Fund for Development Khalifa bin Jassim Al- Kuwari du côté qatari, dans le but de financer des projets de développement dans les domaines de l’énergie, de l’éducation, de la formation, de la recherche scientifique et de la santé, des ressources naturelles, de l’agriculture, de la pêche, de l’industrie, du logement, du tourisme, des technologies de l’information et de la communication et de l’autonomisation économique.

Il a souligné que l’accord susmentionné stipulait dans son sixième chapitre que le bureau du Qatar Fund for Development en Tunisie a le droit de contracter, d’acquérir des fonds mobiliers et immobiliers et d’en disposer, et il peut également participer ou créer des sociétés affiliées ou des fonds d’investissement. conformément à la législation tunisienne, c’est-à-dire posséder des terres agricoles sans permis A, tandis que le chapitre huit stipule que les biens et l’argent de l’office, qu’ils soient immobiliers ou mobiliers, sont exonérés des impôts directs et indirects ainsi que des droits de douane et des paiements dus à l’importation et à l’exportation, en plus du droit de réexporter tous les matériaux qui n’ont pas été utilisés sans payer de frais ni de représentations gratuites.

Kurshid a considéré que l’accord était en contradiction avec les dispositions du chapitre 5 de la nouvelle loi sur l’investissement de 2016, qui stipule que l’investisseur est libre de posséder, justifier et exploiter des biens immobiliers non agricoles pour compléter ou poursuivre des opérations d’investissement direct, en tenant compte de la code de développement.

Il a révélé que l’accord de siège du Qatar Fund for Development stipulait dans l’un de ses chapitres que l’État tunisien n’avait pas le droit de s’opposer à l’utilisation par la partie qatarie de tout partenaire étranger dans le processus d’investissement et de financement de projets, ajoutant que « l’étranger peut être ennemi de l’Etat tunisien et cela peut ouvrir la porte aux investisseurs de l’Etat occupant. » .

Il a déclaré que plus de 120 députés ont approuvé l’accord et ouvert une porte pour investir dans et posséder l’immobilier agricole sans passer par les délibérations, et ont permis le passage d’un accord dangereux sous le couvert de la nuit et dans une atmosphère de violence lors du vote à distance, comme il l’a dit.

Il a annoncé qu’il avait demandé au président de la République, Qais Saeed, d’intervenir pour retirer le projet de loi sur le siège du Qatar Development Fund en Tunisie avant qu’il ne soit présenté au vote, « mais après son vote, la solution reste faire appel devant l’autorité provisoire de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi.

Source : « Mosaïque FM »

Suivez RT surRTRT

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
TUNISIE : MCC finance la préservation des ressources en eau souterraine©Tatiana Gordievskaia/Shutterstock

TUNISIE : MCC finance la préservation des ressources en eau souterraine

Sfax- Confinement ciblé dans ces délégations

Sfax- Confinement ciblé dans ces délégations