in

Des mouvements de protestation nocturnes mettent en garde contre une explosion sociale en Tunisie | Khaled Hedawi

Des mouvements de protestation nocturnes mettent en garde contre une explosion sociale en Tunisie |  Khaled Hedawi

Actuexpress Le 2021-05-10 20:57:48, Des mouvements de protestation nocturnes mettent en garde contre une explosion sociale en Tunisie | Khaled Hedawi

Tunisie- Un certain nombre d’Etats tunisiens (gouvernorats) ont été témoins de mouvements de protestation nocturnes, dans un mouvement les observateurs voient que cela annonce l’élargissement du rejet public des décisions et pratiques de l’autorité, en particulier en ce qui concerne la situation sanitaire, ce qui ouvre la voie à une congestion populaire imminente et la propagation de l’infection des manifestations dans toutes les régions du pays.

Des dizaines de chauffeurs de taxi se sont rassemblés dans une rue de la capitale pour protester contre la décision de les empêcher de travailler, et l’un d’eux a crié: «Ô gouvernement, nous n’avons pas d’argent pour vivre. Nous n’accepterons pas de rester à la maison.

Les forces de sécurité ont fermé le marché central de la capitale dimanche matin, au milieu des plaintes de plusieurs dizaines de personnes qui voulaient acheter de la nourriture et des légumes.

Les médias locaux ont rapporté qu’un certain nombre de marchés dans les gouvernorats internes se sont ouverts dimanche au milieu de la surpopulation et de la surpopulation, et certains marchands ont également combattu des escarmouches avec les forces de sécurité.

Laila Haddad: Les choses peuvent s’éclipser dans plus d’une province et conduire à une explosion sociale

Avec les premiers jours de la quarantaine complète, le couvre-feu nocturne a été violé dans la ville nord-ouest d’El-Kef, par un grand nombre de taxis, de marchands de prêt-à-porter et de chaussures, et de certaines professions libres telles que coiffeurs, photographes. et cafés.

Un certain nombre de commerçants et de propriétaires de cafés ont ouvert leurs magasins, tandis que les forces de sécurité ont tenté de les décourager, mais en vain. Les commerçants se sont rassemblés devant leurs magasins en criant des slogans tels que « Pas de peur, pas de peur du pouvoir entre les mains du peuple ».

Les personnalités politiques estiment que le rejet par les citoyens des décisions arbitraires du gouvernement en matière de santé et leur sortie nocturne pour protester annoncent une aggravation de la situation dans les prochains jours.

La députée Laila Al-Haddad a déclaré que «les manifestations étaient à prévoir avec la détérioration de la situation économique et financière, entraînée par la situation épidémiologique, et l’incapacité du gouvernement à prendre les décisions appropriées en ce qui concerne les conditions sociales et économiques, en échange de des décisions qui servent les intérêts des lobbies politiques en premier lieu et la taxe payée par le simple citoyen, donc cela a été désobéi. Décisions ».

Elle a ajouté dans une déclaration à Al-Arab: «Il semble que les autorités soient incapables d’imposer la mise en œuvre de ces décisions et de dominer ces manifestations, et la situation économique menacera encore beaucoup de détérioration, et les choses pourraient échapper aux mains. du gouvernement dans plus d’un État, ce qui peut conduire à une explosion sociale majeure, compte tenu du niveau élevé de chômage et de pauvreté.

Et elle a poursuivi: « Il n’y a pas d’harmonie et de coordination claires entre le gouvernement et les citoyens, et les cadres de sécurité sont venus au premier plan avec les factions populaires, et c’est une indication que le gouvernement de Mishichi est faible et a échoué, et les citoyens. La réaction est la preuve qu’ils ne sont plus concernés par le gouvernement et leur sortie d’hier prédit des indicateurs dangereux, « disant: » Il y a une grande peur d’affronter les manifestations des forces de sécurité, et ce silence et cette soumission sont la preuve de l’incapacité du gouvernement à mettre en œuvre les décisions.

Al-Haddad a poursuivi: « La fin du Meshchish est proche, et la ceinture politique du gouvernement porte la responsabilité, et les causes de l’échec sont placées sur tout le monde. »

Depuis qu’il a reçu la confiance en septembre de l’année dernière, des protestations populaires ont accompagné le gouvernement presbytérien, et à chaque nouveau problème, il rencontre de grandes difficultés pour le résoudre, ce qui a laissé des accumulations parmi les groupes. Les observateurs s’attendent à ce que des mouvements de protestation émergent à tout moment en raison de la faiblesse persistante du gouvernement dans la gestion des crises.

Nabil Al-Rabhi: Les manifestations sociales peuvent commencer à tout moment

L’analyste politique Nabil Al-Rabhi a confirmé dans une déclaration à «Al-Arab» que les manifestations sociales ne sont pas une science correcte et qu’elles peuvent être déclenchées à tout moment, en disant: «En 2008, au moment des événements du bassin minier dans le état de Gafsa, cependant, le soulèvement ne s’est pas généralisé et en 2010 un jeune homme s’est brûlé « .

Il a ajouté: «Le comportement du groupe n’est pas nécessairement le comportement d’individus et prédire la manifestation n’est pas possible, mais c’est possible à tout moment puisque nous sommes dans un mouvement non organisé, et ces derniers mois, certaines manifestations ont été réprimées. « 

Et il a ajouté: «Il y a un état de chaos parce que le gouvernement est faible et a les mains tremblantes et dépend des tensions politiques entre les parties. Il est naturel que le citoyen se lève et se fâche, mais nous sommes toujours dans le cadre des revendications politiques et des slogans. « 

Al-Rabhi a qualifié la situation de «brumeuse», notant qu ‘«il existe diverses pressions politiques exercées par certains lobbies sur le gouvernement qu’il cherche à satisfaire», se demandant: «Combien de temps ce gouvernement tiendra-t-il compte tenu de la rivalité politique existante?»

Selon Al-Rabhi, «la baisse du pouvoir d’achat des citoyens aujourd’hui a poussé l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (l’Union des douanes) à appeler à la désobéissance contre les décisions du gouvernement, contrairement à l’Union générale tunisienne du travail, qui a présenté une initiative claire. et attendait son activation, mais une altération politique de la scène l’a empêchée. »

Un certain nombre de marchands et de vendeurs ambulants de l’État de Kasserine ont condamné dimanche la décision de mise en quarantaine globale et ont exigé un réexamen de cette décision, ce qui les a plongés dans des problèmes financiers supplémentaires, selon leurs déclarations à une radio locale.

L’Union régionale de l’industrie et du commerce de la wilaya de Beja s’est engagée à permettre aux professionnels de continuer à travailler pendant les jours précédant l’Aïd al-Fitr, appelant dans une déclaration à la nécessité de reporter la mise en œuvre de la décision au premier jour de la Eid et affirmant l’adoption de la décision des professionnels de continuer à travailler jusqu’au jour de l’Aïd tout en respectant les procédures du protocole de santé.

Le gouvernement n’a pas annoncé de mesures ni d’aide aux personnes touchées par la fermeture totale. Les déplacements ont été interdits pendant toute la période de quarantaine, sauf dans des cas extrêmes, et les lieux de culte ont été fermés et les déplacements entre les provinces ont été interdits, ainsi que les célébrations et rassemblements interdits.

Depuis le début du mois d’avril dernier, la Tunisie a enregistré une augmentation du nombre d’infections à VIH, avec des dizaines de décès et plus d’un millier d’infections par jour. En Tunisie, un total de 11 350 décès dus à l’épidémie et environ 320 000 cas ont été enregistrés.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Trente-huit migrants "sur le point de couler" secourus au large de la Tunisie

Trente-huit migrants « sur le point de couler » secourus au large de la Tunisie

Cinquième titre consécutif pour l'Espérance

Cinquième titre consécutif pour l’Espérance