in

Des preuves de plus en plus nombreuses en Tunisie… Les Frères musulmans auront-ils à nouveau recours à la violence ?

Des preuves de plus en plus nombreuses en Tunisie... Les Frères musulmans auront-ils à nouveau recours à la violence ?

Rédaction Le 2021-08-03 07:35:55, Des preuves de plus en plus nombreuses en Tunisie… Les Frères musulmans auront-ils à nouveau recours à la violence ?

Baalid a été assassiné en février 2013, et malgré les années qui se sont écoulées depuis le crime, les autorités n’ont pas encore arrêté les tueurs. Les récentes procédures de Saied ont inclus la révocation du juge d’instruction responsable du crime après qu’il ait été accusé d’entraver l’enquête. parce qu’il était affilié à Al-Nahda.

Signes et menaces

Il semble que les propos de Belaïd, qui résonnent actuellement en Tunisie, soient vrais dans une large mesure. Les preuves et les indices de violences fraternelles se sont accumulés, et par exemple, un jeune homme de l’opposition a été poussé du haut du siège d’Ennahda à Kairouan. Heureusement, , le jeune homme n’a pas été tué.

Au niveau des déclarations, le leader du mouvement des Frères musulmans, Rashid Ghannouchi, a déclaré qu’il s’attendait à ce que des violences éclatent dans le pays, un signe indubitable.

Pour répondre à une question dans une interview à la presse : « Voyez-vous de la violence à l’horizon ?

Et il a ajouté : « Nous ne pouvons pas garantir que cela n’arrivera pas. »

Ghannouchi n’est pas le seul à brandir la violence : Seif Eddine Makhlouf, affilié à la Dignity Coalition, le bras violent du mouvement Ennahda en Tunisie, a écrit un post sur Facebook incitant à la vie du président tunisien.

Le message a été largement critiqué par les courants politiques civils du pays.

En outre, un certain nombre de défenseurs des droits humains et de professionnels des médias sont exposés quotidiennement aux menaces des partisans du mouvement via les réseaux sociaux.

La violence de la fraternité est attendue

Dans une interview accordée à Sky News Arabia, l’écrivain et chercheuse Olfa Youssef a déclaré que le mouvement Ennahda recourrait à la violence.

Elle a expliqué : « Nous avons toujours su qu’ils partaient et nous nous sommes seulement interrogés sur le prix de leur départ. Dans l’histoire des Frères musulmans, ils n’ont quitté aucun pays sans passer par le carré de la violence.

Et elle a poursuivi: « J’imagine qu’ils peuvent pratiquer une sorte de violence en Tunisie après avoir été exposés et retirés de la scène politique, et j’espère que le prix de leur retrait ne sera pas élevé sous la forme d’affrontements sanglants ».

Une histoire de violence

L’activiste politique Zuhair Hamdi a également évoqué l’histoire violente des Frères musulmans dans la région, et a déclaré qu’ils « recourent à la violence tout au long de leur histoire », appelant à ce que leurs menaces soient prises au sérieux pour protéger la patrie d’eux.

Hamdi a ajouté au site Web « Sky News Arabia », « Le mouvement des Frères musulmans ne s’imagine pas comme faisant partie du processus politique. Chaque fois qu’il s’approche du pouvoir dans un pays, il cherche à le monopoliser ou à pousser vers le chaos.

Il a poursuivi : « Le mouvement Ennahda en Tunisie a tenté de monopoliser l’État dans 3 principales stations politiques au cours des dix dernières années et a pris le contrôle des composantes de l’État, de ses institutions et de la société.

L’activiste a déclaré que « les Frères musulmans en Tunisie savent qu’ils ne sont devenus qu’un petit nombre dans le processus politique, alors ils se sont tournés vers la menace, mais le peuple tunisien ne les craint pas, car ils se souviennent bien de ce qu’ils ont fait dans le pays, surtout entre les années 2011 et 2015 de violence et de soutien aux groupes terroristes, et pendant de nombreuses années ils ont fait partie des courants du terrorisme et de la corruption.

Hamdi a souligné que « le mouvement Ennahda, comme le reste des mouvements des Frères musulmans dans le monde arabe, a un parti, une organisation et un appareil secret spécial », notant que « la justice en Tunisie est en train de traquer cet appareil secret impliqué dans le cas de l’assassinat des opposants Chokri Belaid et Mohamed Brahmi, et il est directement lié au guide des Frères musulmans en Tunisie, Rached Ghannouchi, impliqué dans des opérations terroristes et des assassinats politiques.

Il a prédit que « dans le cas où le mouvement Ennahda ne réaliserait pas ses revendications, qui est un retour au Parlement, il pourrait recourir à la machine de violence sous diverses formes, ce qui est confirmé par les appels à l’incitation que Ghannouchi lance depuis 25 juillet à la recherche de la mobilisation de ses partisans et de l’incitation contre le peuple tunisien à l’intérieur, et les brimades des pays étrangers et l’appel au siège de la Tunisie depuis l’étranger.

Ils n’ont pas appris leur leçon

Dans le même contexte, l’historien Khaled Obeid a déclaré que « la menace de violence de la part de Ghannouchi signifie qu’il n’a pas compris la leçon et n’a pas compris que la situation après le 25 juillet en Tunisie ne redeviendra jamais ce qu’elle était avant elle. . La colère et le ressentiment populaires face à la performance du mouvement Ennahda ont dépassé toutes les limites. »

L’historien a ajouté, dans une interview à « Sky News Arabia », que « les menaces de Ghannouchi et de son groupe ne font qu’exprimer leur désarroi et augmenteront leur isolement par rapport aux Tunisiens du Mouvement de la Renaissance.

Obaid a mis en garde contre les présomptions de violence pratiquées par le mouvement Ennahda, et a déclaré : « Je connais très bien Ghannouchi et son entourage, et je considère l’accélération du président dans la nomination d’un spécialiste de la lutte contre le terrorisme à la tête du ministère de l’Intérieur comme un élément positif. chose, reflétant que Saied est bien conscient que l’étape actuelle est l’étape de la sécurité et de la sûreté. »

Les décisions du président sont proactives

En revanche, la spécialiste des groupes terroristes, Alia Al-Allani, a minimisé l’ampleur des menaces des Frères musulmans en Tunisie.

Dans une interview avec « Sky News Arabia », il a souligné qu' »ils ne forment plus un corps harmonieux en raison de divisions internes, certains d’entre eux recherchent l’escalade et un autre veut la modération, et certains d’entre eux exigent le départ immédiat de Ghannouchi ».

Al-Alani a souligné que les décisions sécuritaires et administratives du président « ont arraché l’herbe aux pieds du mouvement face à la menace de violence ou au maintien des positions étatiques, et il ne mène aujourd’hui qu’une bataille de survie et pas une bataille de prolifération, de sorte que le nombre de ses partisans ne cesse de diminuer. »

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
karim aribi nimes rouge crocos

Karim Aribi en terrain conquis !

l'OMS appelle à « accélérer » la vaccination contre le Covid-19

l’OMS appelle à « accélérer » la vaccination contre le Covid-19