in

Dialogue de Tunis: une autre opportunité abandonnée

Dialogue de Tunis: une autre opportunité abandonnée

Rédaction Le 2021-04-05 06:03:28, Dialogue de Tunis: une autre opportunité abandonnée

Réponse de Saeed à la loi amendée sur la Cour constitutionnelle au Parlement (Shazly bin Ibrahim / Getty)

Après une atmosphère de relatif optimisme qui a dominé la scène tunisienne tendue ces derniers jours sur la possibilité de tenir un dialogue national, d’autant plus que les consultations politiques à ce sujet ont permis d’aboutir à plusieurs points d’entente, le président tunisien, Qais Saeed, est revenu sur l’attente consultations de dialogue à la case départ. Samedi soir – dimanche, Saeed a surpris le Parlement avec une longue lettre dans laquelle il rejetait les amendements approuvés par le Parlement le 25 mars, visant à réduire le nombre de votes requis pour élire les membres de la Cour constitutionnelle, de 145 à 1311. Le Parlement avait échoué récemment années dans toutes les tentatives d’élire des membres. Les trois autres sont constitués de quatre membres élus, en raison de la fragmentation et du désaccord des blocs parlementaires et de l’incapacité de réunir une large majorité. Pour que la loi amendée entre en vigueur, elle doit être approuvée par le Président de la République. Un communiqué publié par la présidence tunisienne a déclaré samedi soir que Saeed avait renvoyé la loi amendée sur les tribunaux au président du Parlement, Rached Ghannouchi, afin de la voter à nouveau en deuxième lecture. Saeed a attribué sa position à des violations constitutionnelles entachées par lui, appelant au respect de toutes les exigences constitutionnelles sans interprétations non scientifiques et innocentes, pour autant qu’il l’a décrit.

Si la position de Saïd n’était pas surprenante, mais la formulation du message, son timing et ses justifications, en sont venus à avorter les efforts de rapprochement des points de vue qui étaient menés notamment par le «Syndicat général tunisien du travail», qui visait à réduire l’État de tension entre les trois présidences; La République, le Parlement et le Gouvernement. Sachant que le niveau d’optimisme avait augmenté après un coup de téléphone la semaine dernière, au cours duquel Saeed a posé des questions sur la santé de Ghannouchi, après des rumeurs sur sa maladie. Les observateurs en Tunisie, après ces développements, se demandent comment surmonter la crise, à la lumière des nouvelles données, et s’il existe des médiateurs capables de discuter d’un terrain d’entente convergeant les points de vue, d’autant plus que la situation du pays ne tolère plus de nouvelles attentes et perturbations.

La nouvelle situation est susceptible de retarder le processus de dialogue

Le secrétaire général adjoint du «Syndicat du travail», Sami Taheri, a confirmé le premier jour, samedi, à l’agence de presse tunisienne, «l’existence d’efforts du syndicat visant à lever les barrières au lancement d’un dialogue national entre les trois présidences. .  » Taheri a mentionné que le secrétaire général du syndicat, Noureddine al-Taboubi, «a tenu des réunions et des contacts avec les trois présidences, dans un effort pour briser la glace entre elles», exprimant l’espoir du syndicat que ses efforts «réussiraient à rassembler les présidences et à siéger. à la table de dialogue.
Les informations obtenues par Al-Arabi Al-Jadeed indiquaient que l’organisation syndicale souhaitait entamer les premières étapes du dialogue cette semaine, et le lancer avant le début du mois de Ramadan (13 avril de cette année). Certains cercles ont également proposé l’idée d’une première rencontre entre le mouvement « Ennahda » et le bloc démocratique composé du « Mouvement populaire » et du parti « Courant démocratique », puis les autres partis l’ont rejoint, mais l’idée a été exclue. .
Sachant que les détails de l’initiative originale que le syndicat avait proposée et dirigée début décembre dernier à Saeed, comprend la mise en place d’un comité avisé qui comprend un certain nombre de personnalités nationales indépendantes de toutes les spécialisations, pour assumer les tâches de supervision un dialogue national qui débouche sur des réformes économiques et politiques et sociales afin de sauver le pays. Dans son initiative, l’Union a demandé que l’organe susmentionné soit soumis au contrôle de la Présidence de la République, à la condition que ses membres ne se présentent pas à des postes politiques.

Dans ce contexte, des sources partisanes ont déclaré à Al-Arabi Al-Jadeed que des discussions ont eu lieu concernant la première personne proposée de faire partie de la commission, qui est l’ancien président du Parlement Muhammad Al-Nasser, qui a assumé la présidence après la mort de l’ancien. Le président Beji Caid Essebsi, en raison de la proximité d’Al-Nasser avec «le syndicat, et étant une figure consensuelle, a mené dans le passé des négociations difficiles, avant et après la révolution, et est actuellement loin de toute affiliation ou activité de parti. En outre, Saeed a exprimé un accueil chaleureux lors de sa réception il y a quelques jours, à l’occasion de la publication de son livre « Deux républiques, une Tunisie », et a salué ses qualités, le décrivant comme « l’un de ceux qui ont des intentions sincères qui peuvent construisez avec eux. « 
Cependant, malgré ce consensus sur cette personnalité, le livre dirigé par Saeed à la Chambre des représentants sur la Cour constitutionnelle a suscité de nombreuses réactions mécontentes, en raison de sa référence à l’existence d’une tentative de coup d’État par des députés du mouvement «Ennahda» et de la « Vive la Tunisie « parti dirigé par le Premier ministre l’ancien Yusef al-Shahid, qui a frappé cette éventuelle médiation qui aurait pu jouer un rôle important dans ces circonstances difficiles. La nouvelle situation est susceptible de retarder tout le processus de dialogue jusqu’à une date ultérieure et peut l’abandonner complètement dans sa forme actuelle.

Le livre, dirigé par Saeed à la Chambre des représentants concernant la Cour constitutionnelle, a provoqué de nombreuses réactions indignées

Dans ce contexte, l’analyste politique tunisien, Qassem al-Gharbi, a estimé qu ‘«en lisant les positions et le message que Saïd a envoyé, on peut dire que le dialogue national est terminé», indiquant que «le dialogue a été interrompu avant son ouverture. , c’est-à-dire de la manière dont Said le supervise spécifiquement. Il a rappelé que le «syndicat» avait précédemment «évoqué la possibilité de sauter par-dessus la participation de la présidence de la République et d’organiser le dialogue national avec d’autres organisations comme cela s’est produit en 2013, en raison de la ferme conviction de l’organisation syndicale de la nécessité de mener le dialogue de toute urgence, en raison des mauvaises conditions économiques, de la détérioration de la situation sociale et de la possibilité d’éclater les choses. « 
Al-Gharbi a noté que l’acceptation par Said de l’initiative «Syndicat du travail» était «d’éviter l’embarras avec l’organisation syndicale», indiquant que «selon certains avis, le syndicat aurait annoncé sa séparation de Saeed s’il rejetait l’initiative qu’il a présentée. , et le président tunisien a peut-être anticipé cette affaire en déclarant son acceptation Dialogue sans avoir envie de le faire, ce qui signifie qu’il l’a accepté formellement, mais en pratique il le rejetait, surtout sous la forme qui y est présentée, qui appelle à apporter ensemble tous les partis politiques. Selon Al-Gharbi, la position de Saeed indique qu’il « ne veut pas la création de la Cour constitutionnelle ».
Le même porte-parole a déclaré que « la balle est actuellement dans le camp de l’Assemblée des représentants du peuple, car il est encore possible de créer la Cour constitutionnelle s’il y a une volonté et une validité en cela par les députés », indiquant que  » au cas où 3 membres seraient élus et votés lors d’une session prévue pour le 8 avril. En avril, alors la pression passera du Parlement, en tant que bloqueur de la cour, au Président de la République. « 

Et rencontre le secrétaire général du «Mouvement populaire», Zuhair Al-Maghzawi, avec la lecture de «l’Union ouvrière», la nécessité d’aller au dialogue. Dans une interview accordée à Al-Araby Al-Jadeed, il a déclaré: << Il a vu de nombreuses parties avoir un réel désir de le faire et une volonté de surmonter les difficultés. Il n'y a pas d'autre choix que de s'asseoir à une table de dialogue pour examiner les points de sortie. à la crise actuelle. Cependant, Al-Maghzawi ne peut pas dire avec certitude sur l'imminence ou le report du dialogue, admettant qu'il existe des difficultés réelles, mais le syndicat fait des efforts pendant cette période pour surmonter ces difficultés.
Sur la position concernant la participation de certaines parties au prétendu dialogue, Al-Maghzawi a souligné que son mouvement n’a pas de « veto » contre aucun parti ou parti politique, et que son mouvement est « prêt à participer à un dialogue global ».
Entre-temps, le secrétaire général du Parti républicain, Essam El-Shabi, a expliqué ce que cela signifie pour le président de la République de renvoyer le projet d’amendement à la loi sur la Cour constitutionnelle au Parlement. Il a écrit dans un post sur sa page Facebook: «Du point de vue constitutionnel, cela reste un droit absolu garanti par la constitution pour le président de la République de renvoyer tout projet de loi à l’Assemblée des représentants du peuple pour une deuxième lecture. .- Pour son bénéfice dans sa lutte politique, qui semble s’être déplacée vers la priorité de ses priorités, même si cela se fait au détriment de la stabilité du pays et des progrès sur la voie de la transition démocratique. Ce qui renforce cette crainte, c’est qu’à travers cette réponse , le Président de la République espère que la loi de la Cour constitutionnelle restera telle quelle, Il sait que l’actuelle Assemblée des Représentants du Peuple (qui l’a également précédée), n’a pas réussi à fournir un quorum pour les 145 députés à l’exception d’un candidate célibataire (Rawda Al-Warsaghani). « 

Plusieurs faits prouvent que Saeed veut interpréter exclusivement la constitution

À son tour, l’ancien juge, Ahmed Sawab, a déclaré hier dans un communiqué à la radio privée « Express FM » que « de nombreux faits, actions et déclarations prouvent que le président veut interpréter unilatéralement la constitution, de sorte qu’il est un juge et règle la corruption sur ceux qu’il veut sans preuves. « . Sawab a ajouté que Saeed « a saisi et détruit les pouvoirs du Premier ministre concernant la composition de son gouvernement. Il se voit également au-dessus du parlement et a le droit de veto sur l’autorité législative, en particulier sur la question du refus de prêter le serment des ministres approuvés par Parlement. » Du point de vue constitutionnel, a déclaré Sawab, le président de l’Etat « fait une étrange interprétation de la constitution, et il veut aussi gouverner seul du côté politique ». Et si le président de la république craint la possibilité de sa destitution en cas de mise en place de la Cour constitutionnelle, il a jugé correct que «les discours de Saeed devant l’armée et la sécurité, ainsi que devant les masses prouvent que son complot lui-même le fait rejeter et remettre en question toute personne ou autorité qui pourrait être contre lui. « 
Malgré ces nouvelles tensions, il ne semble pas que le projet de dialogue ait été complètement avorté, car tout le monde, sauf peut-être le président, est contraint d’aller dans cette direction. Le «syndicat» est forcé parce que sa crédibilité et son importance historique sont en jeu, et la situation sociale très délicate l’exige. Quant à la coalition au pouvoir, «Ennahda» et «Cœur de Tunisie» en particulier, elle est assiégée et ne peut faire aucun progrès significatif au Parlement, en plus de la tension constante, des tentatives répétées de retirer la confiance de Ghannouchi, et de la paralysie de l’institution législative. Alors que l’opposition responsable craint de subir les conséquences de la perturbation de la crise économique et sanitaire étouffante, elle ne voit pas dans la dissolution du Parlement un sauvetage possible et elle en paiera le prix tôt ou tard. Alors que le Premier ministre, Hisham El-Mechichi, est assiégé et lié malgré ses tentatives pour finalement briser ce siège par des consultations et des accords avec le syndicat et les hommes d’affaires. Par conséquent, tout le monde fait face à la peur d’une escalade de colère dans la rue, et cela peut frapper tout le monde, et il n’y a pas de solution, sauf en menant un dialogue rapide et en envoyant des messages pour rassurer les Tunisiens.

What do you think?

17 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Le Président algérien (parle en anglais): Nous sommes tout à fait prêts à aider la Libye si on nous le demande

Le Président algérien (parle en anglais): Nous sommes tout à fait prêts à aider la Libye si on nous le demande

en Tunisie, l'exode des médecins fragilise le secteur de la santé

en Tunisie, l’exode des médecins fragilise le secteur de la santé