in

Dix ans après la révolution, la Tunisie face à l’inertie

Dix ans après la révolution, la Tunisie face à l

Rédaction Le 2021-03-20 11:30:00, Dix ans après la révolution, la Tunisie face à l’inertie


Cette impression de mise en jachère, accentuée par la baisse d’activité du secteur touristique vital, n’est pas que d’ordre logistique. L’espace de vie tunisien a lui aussi été accaparé par la désolation. Le vaste chantier sociétal se manifeste depuis les concours de recrutement – lors y en a – pris d’assaut pour quelques misérables candidatures acceptées, jusqu’au défilé des vendeurs de cigarettes à la sauvette.

La précarité à pignon sur rue et même les cireurs de chaussures, alors en nette diminution depuis le début de ce siècle, réinvestissent l’espace public. Cette fragilité est perceptible selon l’appartenance à une tranche d’âge peu élevée, et une territorialité sélective, plus clivante qu’avant la Révolution du Jasmin. Le tout conduit à une microéconomie tronquée. Constat amer vécuus par tous les citoyens, constatés par les détenteurs d’un commerce.

Au restaurant El Kods, en plein centre-ville de Tunis, situé symboliquement rue de la Liberté en face de la mosquée Fatha, la deuxième plus importante de la ville, les frères Lazghab (trois restaurateurs aidés de leur frère épicier) affirment remonter une pente , mais trop lente et trop ponctuelle, entravée par le coronavirus. Même constat d’atonie chez Adel Mansouri, homme fort du restaurant Semaphaur à l’entrée du souk. Chacun est contraint de s’adapter, vendeurs comme acheteurs, surtout avec la viande rouge victime de sa cherté et de ses difficultés d’acheminement.

Une dynamique de l’échec et de l’attentisme qui effraie Rania Harrabi, très active responsable de formation chez Elvi, une école de management et de commerce basée à Nabeul. Les jeunes, elle les encadre fermement au quotidien. Cependant, le mauvais présage de l’exode guette: «Les jeunes doivent être conscients qu’ils constituent un potentiel de développement énorme et qu’ils doivent surmonter les obstacles à leur cohésion dans la société. »

Après cet aspect théorique introductif, l’enseignante poursuit son exposé en préconisant une initiation impérative au long terme, en encourageant à penser à l’entreprenariat. Dans le même temps, elle rappelle le statut privilégié du Cap Bon, région où elle est installée: «Le gouvernorat de Nabeul dispose d’un littoral de 180 kilomètres, il y a le tourisme balnéaire, la pêche, l’artisanat», en nous précisant que le taux de chômage est inférieur à la moyenne nationale (10% au lieu de 16%), d’où un taux de pauvreté plus faible, conjugué à une part d’activité agricole et industrielle. Sans compter les efforts d’instruction. Alors le Cap Bon, bon exemple pour le reste du pays du Jasmin, fleur qui y prolifère?

Alors pour un changement d’échelle, que faire? Les problèmes persistants, se relaient ou pratiquent une intersection préjudiciable. Une installation durable est redoutée à juste titre.

La solution pour s’en sortir relève de la débrouille, de l’informel. Puis du clientélisme ayant permis l’étalement d’une corruption consacrée autrefois à une sphère plus précise vers une nébuleuse aux ramifications plus nombreuses. La démocratie est hélas un apprentissage à tous les niveaux et de la corruption aussi. Cette démocratisation va de pair avec une pratique politique instable. L’agora s’affirme de plus en plus comme un espace de télescopages après avoir été un espace de rencontres, de dialectique puis de monologues. Avec pour illustrations les luttes intestins au sein du Parti destourien libre (PDL).

En Tunisie, le système de gouvernance monocaméral devrait pourtant faciliter les choses. Mais il n’en est rien à cause d’un horizon politique trop mosaïqué, comme en Italie. La crise institutionnelle est bien là, avec la crise de représentativité comme avec Ennahdha tantôt plébiscité, tantôt honni quand la religion, tout comme en France, est envisagée trop promptement comme sujet polémique dans les débats. Les effets d’annonce à l’américaine ou les invectives dignes de la vie politique algérienne actuelle apparaissent.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
مسيرة مؤيدة للرئيس التونسي في العاصمة تطالب بحل البرلمان

Une marche de soutien au président tunisien dans la capitale, appelant à la dissolution du Parlement

Plantation totale de 40 000 hectares de forêt en République du Congo |  Rigzone

Plantation totale de 40 000 hectares de forêt en République du Congo | Rigzone