in

Donnez une chance à la Tunisie

Donnez une chance à la Tunisie

Rédaction Le 2021-08-05 18:28:59, Donnez une chance à la Tunisie

Par Habib Fekih – A la fin des années 60, alors que les jeunesses du monde entier manifestaient, partout, contre la guerre du Vietnam qui tournait au désastre, John Lennon, l’un des quatre Beatles, sortait sa chanson < Give peace a chance > pour demander la paix au Vietnam. Cette chanson est devenue l’hymne des pacifiques, à travers le monde ; et eut un succès planétaire. Les paroles étaient simples et assez répétitives « tout ce que nous disons est : « donnez une chance à la paix ».

La paix à eu lieu, quelques années après; et cette chanson fut aussi bien diffusée au Vietnam qu’aux États-Unis, pour la paix.

Transposons cette chanson à notre chère patrie. Dans un moment aussi critique et déterminant pour notre avenir, beaucoup de choses sont dites et certaines ne sont pas utiles ou constructives.

Au peuple de crier, à l’unisson, en arabe, en français et même en anglais, à l’adresse des sceptiques, des critiques et du monde entier «tout ce que nous disons est de donner une chance à la Tunisie» (tout ce que nous disons est donner une chance à la Tunisie).

La Tunisie, qui a vécu une décennie paradoxale et chaotique( elle a donné l’exemple, aux autres nations, en instaurant la démocraties, les libertés fondamentales et les droits humains, après une longue période de régimes répressifs, mais elle a sombré dans des crises aiguës et multiformes, résultats d’une gouvernanceuse), a vécu un sursaut populaire déterminant, le 25 juillet 2021.

Ce mouvement populaire est le résultat des frustrations et du ras le bol généralisé, causé par l’épidémie du Covid19 qui a commencé à décimer la population et par les autres crises politique, économique, sociale, financière, morale…., qui se sont accumulés, depuis une décennie.

Le pays est devenu un bateau ivre, sans équipage, au milieu d’une zone de très forte tempête.

Il fallait impérativement insister. Ce n’était pas un choix. C’était un devoir.

Il n’y avait qu’une seule personne ayant la possibilité de prendre les décisions qui s’imposaient, c’était le président de la république.

Il a la légitimité populaire et la légitimité constitutionnelle.

En l’absence de Cours constitutionnelle sabordée bar des calculs étriqués de la classe politique au pouvoir, il est le seul à pouvoir arrêter le massacre et assurer la continuité de l’état. C’est ce qu’il a fait.

Certains puristes parlent de l’existence de certaines transgressions, mais la plupart des consolidations démocratiques à travers le monde ont eu lieu, grâce à des transgressions, quand le système constitutionnel est bloqué (France en 45 et en 58, la réunification allemande, le premier gouvernement post communiste de Pologne et les exemples ne manquent pas.

Rappelez-vous la réponse de De Gaulle «Pourquoi voulez-vous qu’à mon âge, je commence une carrière de dictature», quand l’opposition l’avait accusé de manœuvres inconstitutionnelle pour instaurer une dictature. La suite des événements a démontré que la France a bien consolidé sa démocratie, tout en se protègent contre le système politique délétère de la quatrième république.

La transgression n’est donc nuisible que si elle aboutit à un régime dictatorial et/ou rend la vie politique plus compliquée et pire qu’avant, d’où l’importance des étapes qui suivent les actions de correction, avec ou sans transgression.

Le président de la république semble avoir assumé le devoir de correction et surtout celui de sauvetage, avec l’assentiment du peuple. Il est donc temps de démarrer les vraies opérations de sauvetage et de réforme du pays.
C’est maintenant qu’il faut faire les bons choix, des programmes d’action et des équipes qui vont accomplir les actions et réfléchir à l’avenir du pays.

C’est pour cette raison qu’il faut considérer deux voies parallèles:

1- le plan de sauvetage urgent (d’ici la fin de cette année, pour les problèmes vitaux, d’ici la fin de juin 2022, pour les problèmes critiques; et d’ici la fin de 2022 pour les problèmes sérieux).

2- le programme de réformes (politique, économique, financière, sociale, etc.)

Tout ceci dans le cadre d’une plateforme de gouvernance provisoire, garante des acquis démocratiques, des libertés individuelles et collectives et assurant une lutte sans merci contre la corruption, la contrebande, la spéculation, la criminalité et le terrorisme.
Ceci nécessite une feuille de route claire et transparente, avec des repères temporels et des objectifs bien définis.

Plusieurs organisations nationales, experts et personnalités actives de la société civile ont écrit à maintes reprises, soit pour traduire les demandes du peuple, soit pour proposer des solutions, des programmes d’actions et des feuilles de route.
Le président a donc, entre les propositions de ses équipes et celles citées précédemment, assez de matière première pour sortir avec une vraie feuille de route.

J’ai personnellement et modestement, comme simple citoyen, écrit, à plusieurs reprises, pour demander le sauvetage du pays et du peuple et proposé des solutions et des programmes d’action. Afin d’assurer le succès de l’étape après le 25 Juillet les éléments suivants doivent être pris en considération :

1- le choix des femmes et des hommes doit être fait sur des critères très stricts dont l’honnêteté, la compétence, le dévouement et la crédibilité nationale et internationale.
Bien sûr, il faut s’assurer de leur fidélité surtout envers la nation et l’État, mais un illustre inconnu peu compétent mais très fidèle aux dirigeants, sans crédibilité nationale et surtout internationale, ne pourrait qu’échouer dans sa mission. Il ne faut pas oublier que le grand défi c’est de remettre la Tunisie, fortement et solidement, sur l’échiquier international et c’est le rôle de tout le monde.

2- avoir une équipe de sauvetage ou gouvernement de salut national, prête à démarrer à l’instant zéro. Il ne faut pas de temps mort, il y va de la vie et de l’avenir du peuple.

3- Une Tunisie regorge d’experts auto proclamés (la Tunisie regorge d’experts auto proclamés) pour élaborer les différentes réformes nécessaires et ce dans les délais ne dépassant pas le mois de juin 2022, pour les réformes les plus complexes.
Pour les réformes du régime politique et du mode de contrôle, les délais ne doivent pas dépasser la fin de l’année.

4- appeler le peuple à se prononcer sur les réformes fondamentales par voie de référendum. Il doit revenir à la légitimité populaire, seule garante de la vraie démocratie.

5- organisateur des élections législatives anticipées au courant de 2022.

Le gouvernement de salut national continue sa mission, jusqu’à la fin de 2022.

Le parlement actuel est appelé à terminer sa mission, dans des délais et dans des conditions qui doivent faire l’objet de discussions entre le président et les partis politiques.
Notre hymne national dit. « Si le peuple veut la vie, le destin s’y plie »

Pour cela il faut donner une chance à la Tunisie.

Habib Fekih

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
فشل صفقة انضمام كريم العريبي للترجى التونسي بسبب الإصابة

Le transfert de Karim Al-Araibi à l’Espérance tunisienne a échoué en raison d’une blessure

Screenshot_20210806-183214~2

BBNaija est une calamité -Arewa Youths