in

dramaturge tunisien chevauche une machine à remonter le temps en quête de renouveau | Sabre ben Amer

dramaturge tunisien chevauche une machine à remonter le temps en quête de renouveau |  Sabre ben Amer

Actuexpress.net Le 2021-06-27 16:27:37, dramaturge tunisien chevauche une machine à remonter le temps en quête de renouveau | Sabre ben Amer

Tunisie – Rares sont les dramaturges qui transforment les œuvres littéraires tunisiennes en un spectacle théâtral intégré, et parmi eux se trouve le metteur en scène tunisien Anwar Al Shaafi, qui a récemment terminé de présenter sa pré-première représentation de la pièce « Le Cauchemar d’Einstein » d’après un roman de Tunisien. l’écrivain Kamal Ayadi, connu sous le nom de « Le Roi » avec le même titre.

« Al-Arab » a interviewé Al-Chaafi, qui s’apprête à présenter son nouveau spectacle sur la scène archéologique de Carthage le douze juillet prochain, dans le cadre des activités de la cinquante-sixième session du Festival international de Carthage (été) , issu de sa question sur sa réaction à ce retour exceptionnel du père des arts dans les festivals les plus prestigieux.Arabes et africains cinq pièces tunisiennes après des années de marginalisation et d’abandon ?

Il a dit : « Cette session a ramené le théâtre à sa place naturelle. Les Romains ont construit le théâtre de Carthage pour présenter des pièces de théâtre, et le Festival de Carthage a été ouvert l’année de sa fondation (1964) avec la pièce « L’école des femmes » par la Médina de Tunis, et il a continué à ouvrir au théâtre pour des séances successives avant de profaner sa scène par certains de ses metteurs en scène qui ont programmé Les patrons du théâtre commercial ont abusé de cet art ancien.

L’auteur des deux pièces « De Laila à Juliette » et « Vous voyez ce que j’ai vu » ajoute : « Le retour du théâtre à son lieu d’origine est compté par l’autorité du festival dans sa nouvelle session, et cela doit être valorisé et défendu, et je suis surpris par les positions de certains dramaturges qui sont sceptiques face à cette tendance.

Il affirme que « le théâtre sérieux a sa place et sa place à Carthage. Avec l’accumulation des séances, le quatrième art va restituer son public avec un support médiatique qui élève le goût et rompt avec la culture de la paresse. En retour, les théâtristes doivent transcender tout des formes de théâtre momifié et des modèles prêts à l’emploi qui ne s’adressent pas à l’œil du spectateur du troisième millénaire.

Anwar Al Shaafi : difficulté à se convertir "Le cauchemar d'Einstein" Du roman à la scène réside dans l'imaginaire de son auteur ailé et les acrobaties de son langageAnwar Al Shaafi : La difficulté de transformer « Le Cauchemar d’Einstein » du roman à la scène réside dans l’imaginaire ailé de l’auteur et les acrobaties de son langage

humanité mondialisée

Dans la session de Carthage de cette année, le quatrième art est très fréquenté, représentant un cinquième de la programmation du festival sur un total de 24 représentations réparties entre le théâtre et la musique. qui sont « Sapphire » de Leila Toubal et « Quarter Time » de Sirine. Qanoun et « The Last Time » de Wafaa Al-Taboubi et « Ala Hawak » de Tawfiq Al-Jabali, qui crée un précédent dans l’histoire du festival.

Cependant, certains professionnels estiment que les représentations théâtrales proposées au Festival d’été de Carthage de cette année n’atteignent pas l’effet souhaité, étant donné qu’il s’agit de représentations qui servent de base à des espaces plus petits et plus intimes.

Concernant cette opinion, Al-Shaafi dit : « C’est une étrange coïncidence que tous ces sceptiques soient propriétaires de productions qui n’ont pas été programmées, certaines d’entre elles sont modestes en termes de valeur artistique, et d’autres sont dignes d’être programmées, et le La question de l’intimité a à voir avec la perception d’un metteur en scène qui prend en compte l’espace ouvert du théâtre par rapport à l’éclairage et aux mouvements Les acteurs et leurs techniques de performance, y compris la voix, la présence physique, l’énergie et les expéditions, et si ces objecteurs faisaient partie de la programmation de Carthage car cette année, ils auraient gardé le silence sur ce raisonnement tragique, car ils auraient dû apprécier cette tendance au lieu de la critiquer, et les parcours sont des pays, aujourd’hui est un spectacle, un autre demain, et la scène est spacieuse pour tout le monde.

Revenant sur sa prestation attendue sur la scène du théâtre archéologique de Carthage en juillet prochain, j’ai demandé « aux Arabes » Al-Shaafa’i, est-il facile de transférer un roman entre les couvertures d’un livre à la scène ? D’autant plus que les deux techniciens ont des outils différents ?

Il a dit : « Quant à ‘Le Cauchemar d’Einstein’, c’est essentiellement un texte théâtral, et sa difficulté réside dans sa référence classique, un héros pivot sur lequel les événements sont construits, avec des partisans et des opposants dans son parcours dramatique et sa fragmentation technique, ses chapitres et scènes, et la difficulté réside dans l’imagination déroutante et le langage acrobatique de l’écrivain ailé. »

Il ajoute : « Cette imagination ailée était portée par notre traitement scénographique d’une autre néo-esthétique que l’on peut classer dans le drame dit nouveau, et dont on retrouve les outils dans les œuvres d’une nouvelle génération de dramaturges allemands comme Anja Hellenig et Folke Richter, qui ne rompt pas totalement avec le drame aristotélicien, comme le fait Hans Thèses Lehmann dans sa théorie du théâtre Post-dramatique, car le théâtre est théâtre et l’esthétique est au pluriel, qui est un art frais et renouvelable, et le texte – le texte est différent du texte – la scène, et nous avons des metteurs en scène qui ne croient pas au pluralisme esthétique et sont exclus de leur présentation artistique, et ils sont en fait propriétaires de l’esthétique que le théâtre a mangée et bue.

Le metteur en scène tunisien estime qu’il faut enlever l’attribut de sainteté au vampire d’Aristote, le quatrième art, car la base du théâtre est la démolition et la sape.

La pièce « Einstein’s Nightmare » soulève la question du temps et des transformations vécues par l’être humain mondialisé dans une transition gracieuse entre la Californie et les raquettes de tentes arabes, et à travers des figures de l’époque moderne telles qu’Einstein et Marilyn Monroe et d’autres de la pré -L’ère islamique comme Alqamah et Habab, une drôle de combinaison entre deux civilisations et des histoires lointaines qui mettent sans doute en évidence qu’elles et cela Aussi, nous sommes tous victimes du progrès scientifique dans lequel les sciences sont devenues un vain hobby, une contradiction sur laquelle l’écrivain Kamal Al-Ayadi fonde son texte, et c’est aussi l’une des techniques de la comédie de situation qui naît de ce contraste saisissant entre deux époques lointaines.

Une contradiction sur laquelle Al-Shaafi a travaillé dans sa pièce, plaçant des personnages contemporains dans une époque ancienne, expliquant : « C’est une visite et un questionnement de cet ancien avec de nouvelles connaissances et une pensée moderne, qui crée une position critique sur les deux et met en évidence le côté négatif du développement scientifique si nous ne l’utilisons pas à bon escient ou si nous l’abusons.

sarcasme

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
استقرار أسعار الذهب في الجزائر

Cours de l’or en Algérie aujourd’hui, dimanche 27 juin 2021

Demi-finale de la CAN Clermont : le résumé de Tunisie-Maroc (vidéo)

Demi-finale de la CAN Clermont : le résumé de Tunisie-Maroc (vidéo)