in

Eid al-Adha en Tunisie.. « L’odeur de la mort est plus forte que le goût de la joie »

أسواق الأضاحي في تونس

Rédaction Le 2021-07-20 08:31:42, Eid al-Adha en Tunisie.. « L’odeur de la mort est plus forte que le goût de la joie »

Les hôpitaux appellent au secours, et les blessés arrivent par milliers, ici l’odeur de la mort en Tunisie rattrape le goût de l’atmosphère de l’Aïd al-Adha et de son sacrifice.

La troisième vague de Corona, qui a frappé la Tunisie il y a deux semaines, et son intensité ne semble pas s’estomper, a infecté la plupart des Tunisiens avec la mort, avec des dizaines de nouvelles de morts signalées quotidiennement dans chaque ville, et le taux de mortalité quotidien est proche de deux cents. , et les blessés dépassent cinq mille et même dix mille certains jours. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Les Tunisiens acceptent les marchés sacrificiels aux visages affligés dominés par la tristesse et la fatigue dans un contexte de surpeuplement et de surpopulation pour choisir l’agneau le plus adapté pour eux en termes de prix et de poids, ce qui augmente les craintes du ministère de la Santé d’une augmentation du nombre de blessures période.

Et tandis que les autorités locales préparaient des marchés désignés pour chaque année afin de structurer les points de vente de béliers et les soumettre au contrôle de l’application du protocole sanitaire à travers le pays, elles ont durci les procédures d’établissement de ces marchés pour l’Aïd 2021, alors que le respect du protocole sanitaire semblait globalement faible et le chaos sur les marchés.

La participation aux points de vente de l’Aïd béliers a perdu son rythme élevé cette année et dans une plus grande mesure que l’année précédente, et le ministre tunisien de la Santé avait auparavant mis en garde contre la répétition du scénario du dernier Aïd al-Fitr, dans lequel le Le protocole sanitaire n’a pas été respecté, ce qui a ouvert le pays à une nouvelle vague du virus Corona, annonçant que la crise sanitaire dans le pays prendra fin fin août prochain.

Le Dr Lamia Al-Zamali, et un représentant du comité scientifique pour affronter Corona dans le sud de la Tunisie, ont souligné dans des déclarations à « Al-Ain News » la nécessité de la distanciation physique pendant les vacances, en évitant les rassemblements et les félicitations.

Elle a appelé à la nécessité d’empêcher les personnes infectées par le virus Corona ou celles en contact avec des cas infectés par le virus d’effectuer toutes les activités liées à la circulation du sacrifice d’abattage, de dépouillement et de découpe, et a souligné la nécessité de respecter la conservation des règles sanitaires optimales et de l’application du protocole sanitaire.

Sacrifier la hausse des prix

Hormis les pertes de proches, de voisins, d’amis ou de connaissances dues à l’une des souches de Corona, en particulier la transgénique Delta, les Tunisiens visitent les marchés sacrificiels le cœur serré, considérant que les prix élevés de leur vente sont exagérés cette année.

Entre des prix qui dépassaient le millier de dinars tunisiens, d’autres proches, et un tiers pas beaucoup moins que lui, le prix du sacrifice qui remplit les conditions s’est stabilisé en Tunisie, tandis que les prix de ceux qui ne remplissent pas les conditions pour le sacrifice pour être cher sont aussi plus de 500 dinars tunisiens.

Les prix des légumes consommables comme les légumes qui accompagnent habituellement le sacrifice de l’Aïd sont aussi connus comme un prix onéreux pour la plupart des Tunisiens, épuisés par la hausse sans précédent du coût de la vie ces deux dernières années, notamment ces derniers mois.

L’Institut national de la statistique a rapporté que les besoins alimentaires tunisiens pour seulement deux jours coûtaient plus de 65 dinars tunisiens, ce qui est un indicateur terrifiant des prix élevés des produits de consommation de base dans un pays où le pouvoir d’achat de ses citoyens s’est détérioré.

Les acteurs concernés par les organisations de défense des consommateurs et de rationalisation de la consommation en Tunisie affirment que la guerre des prix écrasante menée par les lobbies de l’économie tunisienne en tous genres, qui est soumise aux institutions étatiques concernées par la circulation des marchés de consommation alimentaire, a affecté le budget tunisien et le équilibre de ses dépenses familiales notamment.

Dans un pays où la plupart de ses citoyens vivent de micro-crédits à la consommation, les banques réalisent des profits que les analystes économiques ont qualifiés de fictifs, dans une situation économique et sanitaire catastrophique comme celle de la Tunisie.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Tunisie – Pénurie d’oxygène médical… Attention çà n’est pas encore résolu !

Tunisie – Pénurie d’oxygène médical… Attention çà n’est pas encore résolu !

En Tunisie, la vaccination sera ouverte à tous les adultes pendant deux jours

En Tunisie, la vaccination sera ouverte à tous les adultes pendant deux jours