in

En Tunisie, espoir de clémence au procès en appel de trois fumeurs de joints – Libération

En Tunisie, espoir de clémence au procès en appel de trois fumeurs de joints - Libération

Rédaction Le 2021-03-08 09:00:00, En Tunisie, espoir de clémence au procès en appel de trois fumeurs de joints – Libération

Un été 2019 qui s’achève, trois amis sans le sou, un stade vétuste dans une région rurale du nord-ouest de la Tunisie, des joints qui circulent. Le moment de détente vire au drame pour Faycel J., Sameh A. et Salah J. quand des policiers les surprennent en flagrant délit. Ils passent plus d’un en détention préventive avant d’être condamné, le 20 janvier, à trente ans de prison. La juge a cumulé les peines maximales possibles prévues par la loi 52 qui criminalise le cannabis: consommation en bande (dix ans) et utilisation d’un espace public (vingt ans). L’audience en appel a lieu mardi.

Le fait divers a tout du drame social classique. Avec près de 33% de taux de pauvreté (le second du pays), contre 15% au niveau national, le Kef est une région délaissée par l’Etat. Le stade Ben Jilani, où ont été appréhendés les jeunes Tunisiens, en est une preuve. Ses gradins de pierres déchaussées où l’herbe pousse entre les fissures et sa pelouse en champ de patates ne sont pas aux normes pour recevoir des matchs de football officiels. L’argument de l’espace public pour justifier la peine de trente ans révulse alors car plus les proches des condamnés.

«Loi scélérate»

En outre, les profils de ces derniers un jeune de 21 ans tout juste sorti de formation professionnelle, un chômeur de 27 ans et le gardien du stade de 42 ans payé le minimum, prouvent, pour la société civile, l’acharnement des autorités contre les plus faibles. «Le profil type du condamné au nom de la loi 52 est un homme de 18-25 ans, chômeur ou ouvrier. Ils sont arrêtés sur délit de faciès », dénonce Lamine Benghazi, coordinateur à l’ONG Avocats sans frontières. Loin de ces considérations sociologiques, une mère d’un prévenu fait prosaïquement les comptes: «J’ai 50 ans, dans trente ans je serai morte. Je ne reverrai plus mon fils. »

Mais ce n’est plus sur le terrain du misérabilisme que veut se placer les contempteurs de la «Loi scélérate». Les amateurs de cannabis tunisiens, comme ailleurs dans le monde, veulent renverser le scénario pour passer de victimes à protagonistes. Dorénavant, c’est dans les lieux de pouvoir qu’il faut commencer les histoires à base de THC.

En décembre 2020, l’ONU prend sa retraite le cannabis du tableau IV des stupéfiants les plus dangereux. Des élus français s’interrogent sur la politique du tout-répressif, comme Libération l’a rappelé en une en février. La Tunisie suit le mouvement. Le Premier ministre, Hichem Mechichi, en recherche de popularité auprès d’une jeunesse en colère, réfléchit à un moratoire pour supprimer l’emprisonnement.

«Les consommateurs ne sont pas des criminels»

Deux propositions de loi sont déposées rapidement après la condamnation au Kef pour atténuer les peines. Depuis sa promulgation en 1992, la loi 52 a permis l’emprisonnement de 120 000 Tunisiens, expliquant en partie la surpopulation carcérale observée à 130%. Le député du Courant démocrate (centre gauche) Zied Ghanney peaufine, lui, un texte de légalisation dans lequel le chanvre serait contrôlé de la production à la vente par l’Etat: «Je travaille sur le sujet depuis longtemps, mais cette décision de justice était le catalyseur nécessaire pour briser l’hypocrisie. Les consommateurs ne sont pas des criminels. » Les propositions ont peu de chance de passer en séance plénière, mais elles ont donné un coup de projecteur qu’exploitent les associations.

Le 26 février, le Collectif pour la légalisation du cannabis (Colec) a organisé une première conférence pour dénoncer la répression judiciaire mais aussi vanter les mérites médicaux du cannabis. Tout officier de l’armée tunisienne qu’il soit en qualité de professeur en pharmacie de l’hôpital militaire de Tunis, Mehdi Dridi n’a pas hésité à y louer les mérites du joint pour calmer la prise en charge des patients.

«Il faut libérer la plante, pas seulement sa consommation. Le chanvre banalisé, ce sont des emplois dans les régions agricoles, une culture écologique et une libération de la créativité ! » milite pour sa part Slim Kacem, dirigeant du média libertaire RootsTV qui a lancé le Front de libération du cannabis lors de cette conférence. Le drapeau de ce groupe a été aperçu samedi pendant une manifestation contre la crise économique et politique.

Les avocats de la défense dans le procès du Kef veulent, en tout cas, de l’émulation autour de la Zatla (cannabis en argot tunisien) pour sauver leurs clients: «Quand on a vu que le Premier ministre, des députés, la société civile s’emparaient du sujet, on a décidé de jouer la montre en repoussant au maximum l’audience de l’appel [prévu initialement le 16 février, ndlr], détaille Hassina Garragi, l’une des avocates. On veut que le procès prenne le plus d’ampleur possible. » Afin de pousser le juge à la clémence.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
La Tunisie annonce un calendrier spécial pour les travaux pendant le Ramadan

La Tunisie annonce un calendrier spécial pour les travaux pendant le Ramadan

Un séisme de magnitude 6,0 frappe au large des côtes algériennes, World News

Un séisme de magnitude 6,0 frappe au large des côtes algériennes, World News