in

En Tunisie, une bande dessinée coup de poing sur la migration

En Tunisie, une bande dessinée coup de poing sur la migration

Rédaction Le 2021-04-07 00:11:37, En Tunisie, une bande dessinée coup de poing sur la migration

LETTRE DU MAGHREB

Une double planche de «Comment réussir sa migration clandestine», de Salim Zerrouki. Une double planche de «Comment réussir sa migration clandestine», de Salim Zerrouki. ENCRE DE NUIT

Un homme qui boit de l’eau de mer pendant plusieurs mois pour survivre à la traversée; une description détaillée du meilleur matériel pour tenter sa chance, façon kit du randonneur amateur. Dans sa nouvelle bande dessinée, Comment réussir sa migration clandestine (éditions Encre de nuit en France et Lalla Hadria en Tunisie, 92 pages, 15 euros), Salim Zerrouki, 43 ans, n’a rien perdu de son humour noir.

Derrière ce titre faussement léger, le dessinateur algérien emmène le lecteur dans des récits tragiques de migration clandestine, où l’horreur va crescendo, jusqu’à une scène de viol et de torture dans un centre de détention en Libye.

Le sujet reste terriblement d’actualité

Salim Zerrouki s’est fait connaître en Tunisie pour sa caricature de l’islam politique incarné par Yahia Boulahia, un personnage fictif de barbu dépressif dont il contait les aventures et les colères sur un blog en 2011. En 2018, sa BD élue 100% Bled. Comment se débarrasser de nous pour un monde meilleur remporte un franc succès au-delà des frontières tunisiennes. Il y parle avec dérision et tendresse des clichés sur les Maghrébins et des Arabes. Cette fois, l’illustrateur revient avec un roman graphique résolument engagé, fruit de deux ans de travail.

Chaque récit est basé sur les témoignages d’authentiques, comme l’atteste le «QR code» à la fin de l’album qui se rapporte aux coupures de presse concernées. «J’ai voulu dénoncer ce qui se passe aujourd’hui en Méditerranée, et qui est oublié. Toutes les politiques migratoires en prennent pour leur grade, qu’elles soient algériennes, tunisiennes, libyennes ou européennes. Il n’y a pas de politiquement correct. C’est pour ça que les dernières planches sont choisies », explique-t-il, ajoute vouloir réveiller chez les Européens un peu d’humanité sur cette question.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La «tragédie honteuse» en Méditerranée dénoncée dans un rapport du Conseil de l’Europe

Le sujet reste terriblement d’actualité. Les départs des candidats à l’exil depuis les côtes tunisiennes et les libyennes se poursuivent. Le 9 mars, trente-neuf corps dont ceux de quatre enfants ont été repêchés par la garde nationale tunisienne et 165 migrants secourus, après le naufrage de deux embarcations au grand de la ville de Sfax (Tunisie). Le 3 avril, l’ONG Alarm Phone a confirmé le sauvetage de deux bateaux restés trois jours au grand de l’île italienne de Lampedusa, sans eau potable ni nourriture. L’hiver 2020 a été particulièrement meurtrier: selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 1200 personnes ont perdu la vie en tentant de traverser la Méditerranée au cours de l’année.

Il vous reste 46,35% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

What do you think?

12 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Le président tunisien: Il n'y a pas de dialogue avec les voleurs ... et il y a ceux qui veulent frapper la société

Le président tunisien: Il n’y a pas de dialogue avec les voleurs … et il y a ceux qui veulent frapper la société

Une réunion libyenne à Tunis ... pour résoudre les dossiers les plus compliqués

Une réunion libyenne à Tunis … pour résoudre les dossiers les plus compliqués