in

Formation du nouveau gouvernement tunisien : ambiguïtés et obstacles constitutionnels | Tunisie

Formation du nouveau gouvernement tunisien : ambiguïtés et obstacles constitutionnels |  Tunisie

Actuexpress.net Le 2021-07-28 16:30:43, Formation du nouveau gouvernement tunisien : ambiguïtés et obstacles constitutionnels | Tunisie

Les analystes estiment que Saeed et l’institution présidentielle n’étaient pas prêts à diriger le pays après le « coup d’État soudain », et d’autres pensent que le président a du mal à choisir un candidat gouvernemental issu d’un contexte sécuritaire ou économique.

Tunisie – Le président tunisien Kais Saied a annoncé dimanche soir (25 juillet) le gel de 30 jours du Parlement, la levée de l’immunité de ses députés, la destitution du Premier ministre Hisham Al-Mashishi et son accession au pouvoir exécutif avec l’aide d’un gouvernement qui l’a nommé.

Quatre jours après les décisions brutales de Saied, la Tunisie est toujours sans nouveau gouvernement à la tête de la phase de transition dans le pays, et sans commentaire de la Présidence de la République sur la date d’attribution de la nouvelle personnalité à la tête du gouvernement attendu.

pauses

Le politologue Fathi Al-Zaghal estime que le principal obstacle à la formation du nouveau gouvernement de Saeed est « le fait qu’il soit en difficulté, surtout après les réactions régionales et internationales, menées par les États-Unis d’Amérique et certaines organisations nationales rejetant ses mesures par lesquelles il voulait un coup d’État complet sur la voie démocratique en Tunisie.

De l’avis d’Al-Zaghal, dans son discours à Al-Jazeera Net, Saeed et l’institution de la Présidence de la République n’étaient pas prêts à diriger le pays d’un coup, comme c’est arrivé, « parce que le coup d’État dans tous les Les coups d’État ont un programme pratique qui commence par sa mise en œuvre après le coup d’État, contrairement à Saeed, qui semblait manquer d’un programme au pouvoir en premier lieu. « .

Al-Zaghal a évoqué l’existence de nombreuses différences entre les partis soutenant le « coup d’État », car il s’agit d’un « butin » pour tous les opposants politiques à la section révolutionnaire du pays, qui est représentée par la ceinture parlementaire soutenant le gouvernement Meshishi depuis sa création. .

L’analyste dit : « Tous ceux qui ont soutenu le coup veulent prendre leur part de ce butin, mais il n’en est pas capable. » En fait, « les partis soutenant le coup ont commencé, depuis mardi soir, à désavouer certaines des raisons de leur soutien car ils savaient qu’ils n’obtiendraient rien de ce butin. »

punition populaire

En revanche, Somaya Rajab, chercheuse en communication politique, confirme que ce qui s’est passé en Tunisie le 25 juillet, « n’était pas un coup d’État, mais plutôt une punition populaire pour un système politique défaillant et en ruine. Ce qui s’est passé, avant l’annonce de l’activation du chapitre (80), des manifestations et le mécontentement populaire contre le système Politique en est la preuve.

Selon Rajab, « rien n’entrave la formation des traits du nouveau gouvernement si ce n’est le choix de la personnalité du Premier ministre qui dirigera cette étape difficile, qui est en soi une grande difficulté ».

Et Rajab estime, dans une interview à Al-Jazeera Net, que le président de la République a du mal à trancher le choix de ce personnage et à déterminer ses atouts appropriés pour cette étape, « S’agira-t-il d’un titre à compétence légale ? une formation économique ? »

Le chercheur estime que Saeed devrait mettre les considérations de l’étape actuelle dans l’équilibre des budgets sains, afin qu’il puisse déterminer une destination saine pour le pays après avoir choisi le nouveau Premier ministre et la composition attendue du gouvernement, « la question nécessite une beaucoup de rationalité, de délibération et d’équilibre entre ce qui devrait être et ce qui devrait satisfaire le peuple. » .

Quant à la divergence d’opinions sur ce qui s’est passé en Tunisie, elle est considérée par Rajab comme une « question naturelle », car ce qui pousse la classe politique à le considérer comme un coup d’État ou non est dû à des orientations d’intérêt pragmatiques et étroites, ce qui rend tout le monde qui soutient ou s’oppose au recours à ses choix et références, non à la logique et à la transcendance. intérêts personnels ».

Rajab exclut le nouveau gouvernement de faire face à des obstacles constitutionnels, car il est formé dans des circonstances exceptionnelles (Al-Jazeera)

Haies

Le futur gouvernement se heurte à des obstacles constitutionnels avant même d’annoncer sa formation, et le premier de ces obstacles – selon l’analyste Al-Zaghal – est la manière de mettre en œuvre le chapitre (80) « qui stipule expressément et sans interprétation que le Parlement doit toujours être en session », mais le président « a envoyé des militaires et des officiers qui ont fermé la porte du Parlement, ainsi qu’annoncer la levée de l’immunité des députés, et leur procès équitable.

Saeed a également continué à violer la constitution, ajoute Al-Zaghal, en ne consultant pas les chefs de parlement et le gouvernement avant d’annoncer l’activation de ce chapitre, en plus du fait que la nomination du Premier ministre doit passer par le Parlement, qui le recommandera. et lui donner confiance.

Cependant, l’analyste s’est demandé : « Mais de quel parlement parlons-nous, et le président l’a gelé et il (le parlement) a plus de menaces que de garanties ? »

Contrairement aux appréciations d’Al-Zaghal, le chercheur en communication politique nie l’existence d’obstacles sur la voie du nouveau gouvernement « parce que, légalement, il est formé dans des circonstances et des procédures exceptionnelles, dans lesquelles le président Saeed prend le contrôle des affaires ».

Le gel du Parlement, selon Rajab, « ouvre la voie à la formation d’un nouveau gouvernement loin des rivalités et calculs politiques et partisans, et de la logique de partage des portefeuilles et des postes ».

Des manifestants tunisiens devant le parlement fermé entre partisans et opposants aux décisions du président Saïd (Al-Jazeera)

sorties

Pour sortir de cette crise mystérieuse, certains disent que Saeed aura recours à perturber le travail de la constitution, mais le politologue Fathi Al-Zaghal qualifie également cette sortie de « coup d’État ».

Il affirme que « les amis de Saïd savent très bien qu’il échouera car le cas tunisien n’est pas comme le cas égyptien ou d’autres. En plus du rejet de nombreux pays et d’organisations efficaces (le coup contre la constitution), il y a aussi le incubateur qui a émergé lors de la manifestation du parti Ennahda le 27 février, c’est-à-dire Vous n’êtes pas encore descendu dans la rue, et alors ce sera le chaos. »

Quant à Rajab, vous voyez que Saïd a choisi « de passer dans une nouvelle phase, dans laquelle l’Etat tunisien transcendera l’absurdité du conflit stérile qui s’est déroulé au Parlement pendant plus d’un an et demi ».

وبرأيها، فإن الدستور ما زال صاحب المكانة في الدولة التونسية، و »لا يمكن للرئيس أن يتجاوز أطره، حتى إن رأى البعض أنه استغل ثغرات في الدستور، فإن ذلك لا يعفيه من الالتزام بأحكامه أمام الشعب لأن الفيصل والحكم هو الإرادة الشعبية للتونسيين، وليست إرادة président de la République ».

Plus de politique

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Dix noyés, 485 migrants récupérés en mer au large de l'Algérie — Monde — The Guardian Nigeria News – Nigeria and World News

Dix noyés, 485 migrants récupérés en mer au large de l’Algérie — Monde — The Guardian Nigeria News – Nigeria and World News

Le président tunisien Kaïs Saïed s

Jean-Yves Le Drian appelle à la «nomination rapide» d’un premier ministre