in

Ghannouchi : La Tunisie a évité l’effusion de sang et il faut mettre fin au gel du Parlement pour voter sur un gouvernement légitime | L’actualité de la Tunisie

Ghannouchi : La Tunisie a évité l'effusion de sang et il faut mettre fin au gel du Parlement pour voter sur un gouvernement légitime |  L'actualité de la Tunisie

Actuexpress.net Le 2021-08-11 09:24:14, Ghannouchi : La Tunisie a évité l’effusion de sang et il faut mettre fin au gel du Parlement pour voter sur un gouvernement légitime | L’actualité de la Tunisie

Le président du parlement tunisien et chef du mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi, a déclaré que la Tunisie avait jusqu’à présent évité l’effusion de sang, notant qu’il avait demandé à ses partisans de se retirer du siège du parlement au lendemain des décisions exceptionnelles du président Kais Saied pour éviter des pertes.

Dans un article publié sur le site Internet du journal britannique The Independent, Ghannouchi a déclaré que le président Saeed rejetait tout dialogue, exprimant son espoir que la sagesse finira par prévaloir.

Il a ajouté que grâce au dialogue, un moyen peut être trouvé pour mettre fin à la crise, ce qui inclut le non-renouvellement de la décision de geler le parlement et la nomination d’un Premier ministre et d’un gouvernement sur lesquels votera le parlement.

Le président du parlement tunisien a expliqué que pour le bien d’un gouvernement légitime, il faut mettre fin au gel du parlement, qui doit se réunir pour voter sur le nouveau gouvernement afin de restaurer la démocratie et mettre fin au dangereux précédent de violation de la constitution, comme il Mets-le.

Dans le même article, Ghannouchi a averti que les acquis de la révolution sont menacés après les récents développements, et a également averti que la voie démocratique est en danger.

Le président tunisien affirme que ses mesures exceptionnelles, qu’il a annoncées dans la soirée du 25 juillet dernier, s’appuient sur le chapitre 80 de la constitution, et visent à « sauver l’Etat tunisien », au vu des protestations populaires sur les plans politique, économique et sanitaire. crise.

Cependant, la plupart des partis ont rejeté ces mesures, et le mouvement Ennahda (53 sur 217 députés au Parlement) les a considérées comme un « coup contre la constitution », tandis que d’autres les ont soutenus, et les ont vues comme une « correction de cours ».

décisions d’interdiction de voyager

Pour sa part, le conseiller à la présidence tunisienne, Walid Al-Hajjam, a déclaré que des décisions administratives conservatoires d’interdiction de voyager ont été prises à l’encontre de plusieurs personnes.

Il a expliqué que la plupart d’entre eux étaient nommés dans le rapport du Comité anti-corruption dirigé par Abdel-Fattah Omar peu après la révolution, et qu’ils étaient liés à des dossiers de corruption et devaient de l’argent à l’État, selon sa description.

Il a ajouté que ces décisions n’étaient pas prises par la Présidence de la République, mais par les Ministères de l’Intérieur et de la Justice, mais en coordination avec la Présidence de la République, et a précisé que ces décisions ne sont pas arbitraires.

L’Association des juges tunisiens et un certain nombre de militants des droits de l’homme ont appelé les autorités tunisiennes de sécurité à clarifier les raisons pour lesquelles les juges, représentants et militants ont été empêchés de voyager.

45 juges ont également signé une déclaration dénonçant le placement de certains juges en résidence surveillée et appelant le Conseil supérieur de la magistrature à défendre l’indépendance de la justice.

Plus de politique

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Tunisie |  La résilience des populations triomphera

Tunisie | La résilience des populations triomphera

Tunisie – Et pendant ce temps, La Kasbah reste fermée

Tunisie – Et pendant ce temps, La Kasbah reste fermée