in

« Haraka » est une série tunisienne qui traite du phénomène de la migration irrégulière – pensée et art – stars et célébrités

الصورة:

Actuexpress.net Le 2021-05-14 23:01:00, « Haraka » est une série tunisienne qui traite du phénomène de la migration irrégulière – pensée et art – stars et célébrités

La «route du paradis» est le chemin qu’imaginent les migrants irréguliers, en traversant la Méditerranée à travers des «bateaux de la mort», fuyant «l’enfer» de l’Afrique, espérant atteindre le «paradis» de l’Europe.

Mais cette route est pleine de dangers, quiconque y pénètre manque et quiconque est capable d’en sortir est né. « The Road to Heaven » est le premier titre de la série tunisienne « Harka », mais les auteurs ont choisi de changer le titre en « Haraka », un mot tunisien signifiant la migration irrégulière à travers la Méditerranée.

« Haraka » est une série réalisée et écrite par Al-Asaad Al-Weslati, et le scénario et le dialogue ont été écrits par Emad Eddin Hakim. Trois des plus brillantes stars de Tunisie telles que Wajiha Jendoubi, Mohdhab Al-Rumaili, Aisha Ben Ahmed, Riad Hamdi , Abdel-Latif Khaireldin, Ayman Mabrouk et d’autres ont participé à la série.

Avec des événements simples et une structure dramatique intégrée, la série « Haraka » a réussi à faire tourner le cou des téléspectateurs depuis ses premiers épisodes, et a également réussi à déconstruire les causes de ce phénomène de société et à en présenter les résultats. «Haraqa» a été prononcé par des centaines de familles tunisiennes qui subissent la perte de leurs enfants dans les eaux méditerranéennes depuis plusieurs années.

Si un certain nombre d’œuvres cinématographiques, théâtrales et même télévisées tunisiennes ont déjà traité de la question de la migration irrégulière, elles n’ont pas connu un tel succès public sans précédent. «Al Bayan» a contacté Al-Assaad Al-Weslati, directeur des travaux, qui a déclaré que ce succès serait dû à plusieurs facteurs, dont le plus important est la discussion approfondie de la question qui découle de son processus de recherche en se rendant en Italie. et rencontrer un certain nombre de ces immigrants et écouter leurs histoires.

Al-Assaad Al-Weslati nous a cité l’exemple du personnage « Sarookh » (le propriétaire du bateau d’immigration) interprété par l’acteur Muhthab al-Rumaili, confirmant qu’il avait rencontré ce personnage en réalité en Italie et que beaucoup des les phrases que « missile » a dites dans la série n’étaient rien d’autre que des mots prononcés par le vrai personnage.

En revanche, le réalisateur nous a parlé de l’alternance entre documentaire et fictif, car il incarnait un véritable événement de la contestation des familles des disparus, non pas avec les acteurs éteints, mais avec les mêmes futures mamans. les mêmes vêtements et les mêmes visages pâles, ces scènes mêlaient réalité et fiction et exprimaient sincérité et spontanéité. Weslati dit qu’il s’attendait à ce que la série réussisse, mais il n’imaginait pas que les téléspectateurs adopteraient « Haraka ».

La série se déroule entre la Tunisie et l’Italie, en passant par la mer Méditerranée, qui a eu beaucoup de scènes. Le réalisateur nous a raconté les scènes de tournage qui ont duré dix heures par jour en mer pendant vingt-cinq jours. Les conditions ont épuisé toute l’équipe.

L’actrice tunisienne résidant au Caire, Aisha bin Ahmed, qui joue le rôle de « Hala », qui s’est échappée d’une communauté qu’elle a prononcée pour se retrouver sur un bateau jeté par les vagues, dit à « Al-Bayan » que les conditions difficiles qui elle a vécu avec le reste des comédiens en mer, les a fait ressentir davantage de souffrance des personnages et a contribué à leur bonne maîtrise de leurs rôles.

Les Tunisiens ont regardé avec impatience les événements de « Harka », même les détenus dans les prisons, l’ont suivi avec passion … L’équipe a choisi d’assister au dernier épisode avec les détenus de la prison « Burj Al Amiri » à la périphérie de la capitale et à discutez avec eux de la question de l’immigration irrégulière, d’autant plus qu’un certain nombre d’entre eux sont arrêtés pour avoir franchi subrepticement les frontières ou aidé à la migration irrégulière.

«Al Bayan» a assisté à cette présentation spéciale, poursuivi les discussions et rencontré les héros de l’œuvre là-bas. L’acteur Riyad Hamdi a décrit à « Al Bayan » l’expérience d’assister au dernier épisode avec les prisonniers avec l’expérience exceptionnelle et a parlé de leur interaction avec la série et des questions qu’elle soulevait en eux. Quant au réalisateur, Al-Asaad Weslati, il nous a exprimé sa joie dans le dialogue avec les détenus.

Soulignant l’importance du théâtre, du cinéma et de l’image dans l’évolution de la réalité et l’ouverture du débat. De son côté, l’acteur Muhthab al-Rumaili a raconté à Al-Bayan qu’il avait partagé le «moment créatif» avec des prisonniers qui, à leur tour, ont subi l’expérience de brûlures d’estomac, et leurs yeux se sont déchirés quand ils se sont vus dans les personnages de la série.

En effet, la série «Harqah» est un moment créatif, qui sera traduit en anglais, italien et français. Elle sera également transformée en un film qui parcourt le monde en portant la douleur de personnes qui ont fui d’un présent douloureux vers un futur. dans lequel les vagues se heurtent, dans une tentative d’éduquer les «brûleurs» et de partager des histoires et des souffrances dans le Nord Les gens des pays du Sud ont choisi de mourir plutôt que de vivre dans la pauvreté et la marginalisation.

En conclusion, le réalisateur Al-Assaad Weslati déclare: «Nous n’éradiquerons pas le phénomène des brûlures d’estomac, mais nous portons l’honneur (le choc) de la société de l’exhorter à réfléchir à ses conséquences inconnues.» Peut-être que le chemin du paradis est ici en Tunisie. .

Imprimer Email Facebook Twitter Linkedin Pin Intérêt Whats App

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
commentaire Bourguiba a «tué» le traité du Bardo (3/3) - Jeune Afrique

commentaire Bourguiba a «tué» le traité du Bardo (3/3) – Jeune Afrique

En Tunisie, l'Aïd el-Fitr confiné révèle les fractures économiques

En Tunisie, l’Aïd el-Fitr confiné révèle les fractures économiques