in

Il a été publié par Middle East Eye. Un document secret divulgué par la présidence tunisienne parle d’un plan pour une « dictature constitutionnelle » | Actualités de la Tunisie

Il a été publié par Middle East Eye. Un document secret divulgué par la présidence tunisienne parle d'un plan pour une "dictature constitutionnelle" |  Actualités de la Tunisie

Actuexpress.net Le 2021-05-24 02:59:18, Il a été publié par Middle East Eye. Un document secret divulgué par la présidence tunisienne parle d’un plan pour une « dictature constitutionnelle » | Actualités de la Tunisie

Le document indique qu’Al-Mashishi et Ghannouchi ne seront pas autorisés à quitter le palais, qui sera complètement isolé de l’extérieur, et à ce stade, le président adressera un discours télévisé à la nation pour annoncer son coup d’État.

نشر موقع « ميدل إيست آي » (Middle East Eye) البريطاني وثيقة وصفت بأنها « سرية للغاية » قال إنها مسربة من مكتب مديرة الديوان الرئاسي التونسي نادية عكاشة -يعود تاريخها إلى 13 مايو/أيار 2021- تتحدث عن تدبير خطة لـ »دكتاتورية دستورية » En Tunisie.

Selon le document, des conseillers de haut niveau ont exhorté le président tunisien Kais Saied à arracher le contrôle du pays au gouvernement élu à un moment où le pays lutte contre la pandémie Corona et le niveau élevé de la dette.

Le plan est d’inviter les opposants politiques du président au palais présidentiel et d’annoncer le plan avec leur présence, tout en ne leur permettant pas de partir, et en même temps un certain nombre d’autres hauts responsables politiques et hommes d’affaires seront arrêtés.

Le document précise comment le président activera un article de la constitution qui lui donne – en état d’urgence nationale – un contrôle complet sur l’État.

Les hauts conseillers du président tunisien ont exhorté Kais Said à arracher le contrôle du pays au gouvernement élu (Reuters)

Rencontre urgente

Dans le cadre du plan divulgué, le président convoquera une réunion urgente du Conseil national de sécurité dans son palais de Carthage sous le couvert de l’épidémie, de la situation sécuritaire et de la situation financière générale du pays.

Said annoncera alors ce que le document appelle «dictature constitutionnelle», qui, selon les auteurs, est un outil «pour concentrer tous les pouvoirs entre les mains du président de la république».

Le document décrit la situation comme une «urgence nationale», qui déclare: «Dans un tel cas, le rôle du Président de la République est de rassembler tous les pouvoirs à sa portée pour qu’il devienne le centre du pouvoir qui lui permet exclusivement de toutes les puissances. « 

Ensuite, le président Saeed annoncera aux participants, qui comprennent le Premier ministre Hisham Al-Mechishi, le président du Parlement et le dirigeant d’Ennahda Rashid Ghannouchi, qu’il activera l’article 80 de la constitution qui permet au président de prendre les pouvoirs en état d’urgence nationale.

Le document indique qu’Al-Mashishi et Ghannouchi ne seront pas autorisés à quitter le palais, qui sera entré dans un état d’isolement complet de l’extérieur, et dans l’intervalle, le président prononcera un discours télévisé à la nation pour annoncer son coup d’État. .

assignation à domicile

Le document stipule également la nomination du général de division Khaled Al Yahyawi comme ministre par intérim de l’Intérieur, et les forces armées seront déployées «aux entrées des villes, des institutions et des installations vitales».

Dans le même temps, les principales personnes seront placées en résidence surveillée, y compris celles du mouvement Ennahda: Noureddine Al-Buhairi, Rafiq Abdel Salam, Abdel-Karim Al-Harouni et Sayed Al-Ferjani. Parmi les représentants du Parti Cœur de la Tunisie: Ghazi Karoui et Sofiane Tobal, ainsi que des hommes d’affaires et des conseillers au cabinet du Premier ministre, et d’autres.

Pour rendre le coup d’État populaire, le document indique que tous les paiements de factures d’électricité, d’eau, de téléphone, d’Internet, des prêts bancaires et des taxes seront suspendus pendant 30 jours et que les prix des produits de base et du carburant seront réduits de 20%.

Le document indiquait également que « la session se terminera après cela sans permettre aux participants de quitter le palais de Carthage, tout en gardant la zone du palais présidentiel, avant et après cela, temporairement séparée des réseaux de communication et d’Internet ».

Selon le plan, Mashichi restera temporairement Premier ministre pour éviter d’avoir à prendre toutes ces mesures (Agence Anadolu)

Premier ministre

Le plan comprend des propositions visant à empêcher tout parlementaire recherché par les tribunaux tunisiens de quitter le pays et à exempter tous ceux qui sont affiliés à des partis politiques de leurs postes dans le pays.

Le président procédera à un «remaniement ministériel complet tout en ne retenant que le premier ministre», et il sera conseillé par un groupe de comités d’urgence.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi Saeed voulait garder le Premier ministre tout en remplaçant tous ses ministres, une source politique tunisienne de haut niveau ayant des liens étroits avec la présidence a déclaré que ce serait un moyen de le neutraliser sans avoir à le démettre immédiatement, ce qui est une procédure compliquée, car cela implique un vote nécessaire du Parlement.

La source, qui a demandé l’anonymat, a déclaré que Mechishi restera temporairement Premier ministre pour éviter d’avoir à prendre toutes ces mesures.

La source proche des conseillers de Saeed a déclaré que le plan avait été discuté par des cercles proches du président depuis avril 2021, mais ne lui avait pas été remis directement.

Coup doux

Le président tunisien, qui a pris ses fonctions en 2019, avait précédemment été accusé d’avoir jeté les bases d’un «coup d’État en douceur» en Tunisie.

Plus tôt cette année, il a décrit son rôle présidentiel comme « le commandant suprême des forces armées militaires et civiles » lors d’un discours auquel ont assisté à la fois Mashishi et Ghannouchi.

Le président Saïd a déclaré: « Il n’y a pas de discrimination … la loi, les textes du monde, le droit des contrats et des obligations le mentionnent tous. Les forces armées sont l’armée et les forces de sécurité aussi. » L’autorité du président sur les forces de sécurité intérieure a sonné l’alarme au sein de l’establishment politique tunisien.

Plus de politique

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Rétrogradation du grade d'ancien directeur du renseignement interne de général à soldat

Rétrogradation du grade d’ancien directeur du renseignement interne de général à soldat

Tunisie, Thaïlande, Islande ... Le point sur les nouvelles conditions d'entrée

Tunisie, Thaïlande, Islande … Le point sur les nouvelles conditions d’entrée