in

«Je n’accepterai pas les tribunaux de règlement.» Le président tunisien a-t-il décidé du sort de la Cour constitutionnelle?

«Je n'accepterai pas les tribunaux de règlement.» Le président tunisien a-t-il décidé du sort de la Cour constitutionnelle?

Actuexpress Le 2021-04-06 21:43:28, «Je n’accepterai pas les tribunaux de règlement.» Le président tunisien a-t-il décidé du sort de la Cour constitutionnelle?

La bataille pour l’établissement de la Cour constitutionnelle entre le Parlement et le président de la République, Qais Saeed, s’intensifie en Tunisie après son refus d’approuver son projet de loi révisé, et son affirmation selon laquelle les délais constitutionnels pour sa formation sont expirés, et que il n’acceptera pas «un tribunal de la norme».

Pour la première fois, le président tunisien a utilisé le droit de veto accordé par la constitution post-révolutionnaire pour s’abstenir de conclure le projet de loi de révision de la Cour constitutionnelle, approuvé à l’unanimité par le Parlement, et met tout le monde devant la crise juridique et politique la plus violente. , d’après les experts.

Said a déclaré dans un discours prononcé lors de sa commémoration du 31e anniversaire de la mort de feu le président Habib Bourguiba dans la ville côtière de Monastir, qu’il « n’acceptera jamais un tribunal pour régler les comptes », accusant le Parlement et les partis d’avoir retardé sa mise en place une fois les délais constitutionnels passés.

La constitution tunisienne stipule que la Cour constitutionnelle doit être formée dans un délai maximum d’un an à compter de la date des élections législatives, qui ont eu lieu en 2014, cependant, les blocs parlementaires n’ont pu élire qu’un seul membre en mars 2018, sur 4 membres de la Cour élus par le Parlement sur un total de 12 membres.

Parlez de calculs politiques

Le président tunisien a estimé que l’objectif du parlement aujourd’hui, à travers la révision de la loi sur la Cour constitutionnelle, est de l’instaurer selon la norme. Pour liquider ce qu’il a décrit par leurs calculs politiques, soulignant qu’il s’est juré de respecter le texte de la constitution à cet égard.

«Ils ont violé la constitution, alors pourquoi veulent-ils se heurter à la violation de la constitution comme eux? Après plus de 5 ans, ils se sont souvenus qu’il y avait une cour constitutionnelle, la constitution m’a permis de m’opposer, même pour des raisons politiques, à un texte juridique , » il a dit.

L’article 118 de la Constitution tunisienne stipule que «la Cour constitutionnelle est un organe judiciaire indépendant, composé de 12 membres qualifiés, dont les 3 quarts sont des spécialistes du droit, avec pas moins de 20 ans d’expérience».

Le chapitre stipule également que « le Président de la République, l’Assemblée des représentants du peuple et le Conseil supérieur de la magistrature nommeront 4 membres, à condition que les trois quarts d’entre eux soient des spécialistes en droit et que la nomination soit faite pour une seule période de 9 ans. « 

Parmi les pouvoirs les plus importants confiés à la Cour constitutionnelle, il y a le contrôle de la constitutionnalité des lois, projets de lois et traités, y compris ceux liés au règlement des différends entre les deux chefs de l’exécutif, ainsi que sa spécialisation dans l’exemption du président de la République en cas de violation grave de la constitution.

La décision du président tunisien de se prononcer sur sa position concernant le scellement de la loi sur la concentration de la Cour constitutionnelle intervient quelques jours avant la tenue d’une séance publique au Parlement pour achever l’élection des membres de la Cour constitutionnelle.

Monopole sur l’interprétation de la constitution

Les chefs de parti proches du président Saïd ont estimé que les efforts des blocs parlementaires – en particulier Ennahda, le Cœur de la Tunisie et la Coalition pour la dignité – pour accélérer la mise en place de la Cour constitutionnelle à cette époque visaient à destituer le président et à empêcher son monopole sur l’interprétation du Constitution.

À cet égard, le député du Mouvement populaire, Abdel-Razzaq Oweidat, a déclaré à Al-Jazeera Net que la Cour constitutionnelle restait une condition nécessaire pour instaurer une vie démocratique, un équilibre entre les autorités et une lecture impartiale de la constitution, indépendamment de la position du président à ce sujet.

En revanche, il a souligné que les partis et les blocs, qui manifestaient une volonté sans précédent de créer le tribunal, avaient senti le danger que représentait le président de la République en tant que seul interprète de la constitution en l’absence du tribunal. Ce qui l’a amenée à chercher des solutions pour l’isoler politiquement.

Oweidat a reconnu que certains blocs avaient auparavant eu l’occasion de créer la Cour constitutionnelle; Mais les calculs politiques étroits et le désir de contrôler cette justice indépendante ont dispersé leurs comptes et ont retardé sa mise en place dans le temps légal.

Commentant les déclarations du Président de la République, le porte-parole officiel du Mouvement Ennahda, Fathi Al-Ayadi, estime que personne n’est qualifié pour se tenir sur la colline, et porter la responsabilité de retarder la création de la Cour constitutionnelle pour les partis, à l’exception du peuple tunisien.

Dans une déclaration à Al-Jazeera Net, il a souligné que la mise en place de cet appareil judiciaire est un devoir pour tous.

« Il est devenu clair pour moi que la principale crainte du président de créer la Cour constitutionnelle est de retirer de ses mains le pouvoir d’interpréter la constitution, et par conséquent, il veut être le seul juge constitutionnel », a déclaré Al-Ayadi.

Al-Ayadi a accusé les partis qu’il n’a pas nommés de chercher à alimenter le conflit politique entre le Parlement et le président de la République, en affirmant que la volonté des blocs de créer la Cour constitutionnelle vise à révoquer le président, ce qui est totalement hors de question , selon lui.

Le représentant d’Ennahda a conclu que la position du président était devenue claire qu’il ne souhaitait pas créer la Cour constitutionnelle, affirmant en retour que cela inciterait le Parlement à assumer ses responsabilités en élisant les trois autres membres avec une majorité renforcée. Ensuite, la responsabilité incombe au président et au Conseil supérieur de la magistrature de compléter ses membres.

Membres à part entière de la Cour constitutionnelle

De son côté, le chef du bureau politique du parti Cœur de la Tunisie, Ayyad al-Loumi, a confirmé que son bloc au Parlement s’efforcera de trouver un consensus avec les blocs, pour achever le parcours de construction de la Cour constitutionnelle.

Dans son discours à Al-Jazeera Net, Al-Loumi a accusé le président de la République d’avoir violé la constitution en l’absence de la Cour constitutionnelle.

Dans ce contexte, a-t-il déclaré, « Il est clair que Qais Saeed est devenu une pierre d’achoppement sur la voie de l’expérience démocratique, et le plus dangereux est qu’il est passé du stade de la déviation de la constitution à son déni, et il doit assumer sa responsabilité politique. « 

Al-Loumi a souligné que le processus d’achèvement de la Cour constitutionnelle détruirait le désir du Président de la République de rassembler les pouvoirs entre ses propres mains, en utilisant dans son effort ce qu’il a appelé «les experts de la Cour».

Plus de politique

What do you think?

16 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Ancien ministre algérien: l'islamisme militant était et continuera d'être une menace et une menace pour le monde arabe et islamique

Ancien ministre algérien: l’islamisme militant était et continuera d’être une menace et une menace pour le monde arabe et islamique

Blue Talks en Tunisie: la mer dans tous ses États

Blue Talks en Tunisie: la mer dans tous ses États