in

La « Cour constitutionnelle » enflamme le conflit entre le président tunisien et Ghannouchi – Erm News

La "Cour constitutionnelle" enflamme le conflit entre le président tunisien et Ghannouchi - Erm News

Rédaction Le 2021-05-05 15:40:00, La « Cour constitutionnelle » enflamme le conflit entre le président tunisien et Ghannouchi – Erm News

Publié: 05 mai 2021 13:40 GMT

Date de mise à jour: 05 mai 2021 14:55 GMT

Les observateurs des affaires tunisiennes ont déclaré que le refus du président Qais Said de signer un amendement au projet de loi de la Cour constitutionnelle ouvrirait la porte à de nouveaux conflits violents entre la présidence de la république et la majorité parlementaire.

Le parlement tunisien a approuvé pour la deuxième fois, hier, mardi, l’amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle, sans introduire d’amendements, après sa réponse du chef de l’Etat, Qais Saeed, à la Chambre des représentants.

Selon les dispositions de la constitution, le président de l’État, Qais Saeed, doit signer le projet de loi au plus tard samedi prochain, avant l’autorisation de le publier au Journal officiel pour être une loi en vigueur, dans le cas où sa constitutionnalité n’est pas contesté.

2021-05-Qais-Main

Les observateurs estiment que les récentes déclarations du chef de l’Etat concernant la loi sur la Cour constitutionnelle indiquent qu’elle ne peut pas être signée et l’ont laissée suspendue, d’autant plus qu’il considérait que le chef de l’Etat pouvait utiliser des justifications politiques pour rejeter un texte de loi.

Le parlementaire Hisham al-Ajbouni a estimé que le président du Parlement, Rashid al-Ghannouchi, avait décidé de passer avec force, dans l’affrontement avec le chef de l’État, en adoptant de manière illégale l’amendement de la loi de la Cour constitutionnelle.

Hisham al-Ajbouni estime que la session de ratification de l’amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle est invalide, et il a été supposé que l’amendement serait débattu après sa réponse par le chef de l’Etat au sein de la commission compétente avant d’être présenté à la session plénière. , ajoutant que l’utilisation du vote à distance en raison de l’épidémie de Corona devait fournir des conditions pour passer l’ajustement.

Al-Ajbouni a déclaré qu ‘ »il n’y aura pas de cour constitutionnelle, et la crise politique s’aggravera, et l’escalade se poursuivra avec le chef de l’Etat, la Tunisie étant le plus grand perdant ».

2021-05-9dda01d3-9474-46f7-A1bc-f2be8801f327

À ce propos, le chercheur en droit constitutionnel, Rabeh Al-Kharaifi, a déclaré que le président de l’État, Qais Saeed, ne peut pas renvoyer le projet de loi au Parlement, mais que l’article 81 de la Constitution lui donne la possibilité de contester sa constitutionnalité à l’intérimaire. organe chargé de contrôler la constitutionnalité des projets de loi avant samedi prochain 30 parlementaires peuvent contester le projet de loi.

Dans des déclarations à « Erm News », Al-Kharaifi a suggéré que le chef de l’Etat ne scellerait pas le projet d’amendement ou ne le contesterait pas, en raison des soupçons de corruption qui avaient récemment été soulevés contre le chef de l’organe temporaire chargé de contrôler la constitutionnalité de projets de lois.

Al-Kharaifi estime que le chef de l’Etat sait que la majorité parlementaire en faveur du gouvernement veut le montrer sous la forme d’une violation de la constitution, tout comme il veut renverser le conflit entre lui et le Premier ministre Hisham al-Mashishi dans une lutte directe entre lui et la majorité parlementaire, mais il ne procédera pas à l’approbation du projet d’amendement.

2021-05-26078Image1-1180x677_d

Le chef du projet Tunisie, Aziz Ben Akhdar, a estimé que l’approbation par le parlement de l’amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle est le tournant le plus dangereux dans le conflit entre le chef de l’Etat et le parlement, car il ouvre la porte à la confrontation bataille brûlante pour briser les os.

Bin Al-Akhdar a déclaré dans des déclarations à « Erm News », que le chef de l’Etat avait déclaré dans son discours acerbe dans la province de Monastir récemment qu’il pouvait rejeter tout projet de loi pour des raisons politiques, et il a justifié le refus de l’amendement de dépasser le délai d’un an pour la formation de la Cour constitutionnelle, et par conséquent, il ne devrait pas accepter un projet de loi L’amendement après son approbation.

Ben Akhdar a ajouté que cette impasse attendue et sans précédent confirme les déséquilibres majeurs du système politique tunisien, qui nécessitent un don populaire pacifique pour redonner le pouvoir au peuple, à travers son référendum pour changer les systèmes politiques et électoraux, puis passer à des élections anticipées.

De son côté, l’analyste politique Riad Hidouri a déclaré que l’absence de dialogue entre les centres de gouvernement en Tunisie exacerbe les crises, soulignant que le fait que tous les acteurs politiques vont à l’escalade met le sort du pays dans une inconnue, surtout à la lumière de ce il souffre d’une situation épidémique croissante et d’une crise économique étouffante.

Hidouri a déclaré dans des déclarations à « Erm News » que les organisations nationales et les personnalités proches du chef de l’Etat auraient dû rechercher une médiation qui conduirait au dialogue et sortirait de l’impasse juridique liée à la Cour constitutionnelle, d’une manière qui empêche de nouvelles tensions au sein de la Cour constitutionnelle. situation politique, qui se reflète dans le reste des domaines, économique et sociale dans le pays.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Mbaka

RUPTURE: Jubilation à Enugu pour le retour de Mbaka

Une élue se rend au parlement tunisien avec un casque et un gilet pare-balles de peur pour sa vie - photo

Une élue se rend au parlement tunisien avec un casque et un gilet pare-balles de peur pour sa vie – photo