in

La crise économique en Tunisie : le dilemme des élites révolutionnaires dans la fabrication d’alternatives | Moukhtar al-Dabbabi

La crise économique en Tunisie : le dilemme des élites révolutionnaires dans la fabrication d'alternatives |  Moukhtar al-Dabbabi

Rédaction Le 2021-06-07 17:52:55, La crise économique en Tunisie : le dilemme des élites révolutionnaires dans la fabrication d’alternatives | Moukhtar al-Dabbabi

Après dix ans à jouer avec le pouvoir, la lutte des chaises, et les cris de la transition démocratique, la Tunisie se retrouve dans une situation économique difficile, car elle cherche à emprunter et personne ne veut lui prêter ou l’aider car elle n’a pas rempli les précédents gages, de plus sa situation économique ne lui permet aucun engagement.

Le Fonds monétaire international a déclaré qu’il ne pouvait pas rembourser un prêt de 4 milliards de dollars sans un engagement formel envers les réformes qu’il exige, en particulier la question des subventions et la réforme des institutions gouvernementales défaillantes.

Les pays amis vers lesquels les officiels se sont précipités se contentent de promesses de soutien, mais ils ne peuvent passer à la mise en œuvre de leurs engagements en raison de l’ambiguïté de la situation politique et sociale du pays.Un large consensus peut faire avancer la tâche des réformes demandées par les bailleurs de fonds.

Il n’y a pas de parti politique officiel ou populaire capable d’adopter publiquement l’option des réformes, ni des partis du gouvernement ni de l’opposition, pour une raison évidente que ces partis sont des partis idéologiques qui ont construit leur image sur les positions radicales auxquelles ils étaient associés. pendant des décennies où ils étaient dans l’opposition au moment des grands slogans regardant Tout est une conspiration et une soumission à l’impérialisme.

Les partis islamiques eux-mêmes, qui sont flexibles et de nature variée selon les besoins et les circonstances, ne sont pas en mesure de déclarer leur soutien aux réformes et conditions du FMI, bien qu’ils promeuvent dans leurs réunions avec les responsables occidentaux l’idée qu’ils sont une tendance libérale qui n’a aucun problème avec les réformes, y compris les plans d’austérité sévères ou la réforme des institutions Gouvernement rongé par la corruption et la bureaucratie.

Notant que la prise de conscience de l’islam politique en Afrique du Nord s’est formée sous l’influence du discours de gauche à l’université au cours des années quatre-vingt du siècle dernier, et qu’elle peut être décrite comme un discours de gauche avec un front islamique, en termes de l’adoption des syndicats, de la division de classe et du concept de révolution comme un changement global au lieu du changement progressif promu par les islamistes de l’Est et du Golfe à travers le concept de réforme.

Les islamistes ne sont pas en mesure de promouvoir l’interaction avec les réformes du FMI, même parmi leur propre public, qui défend l’idée qu’Ennahda conserve son identité originelle de mouvement de contestation qui s’oppose à tout, d’un système existant et d’un réseau de relations étrangères à la Tunisie, bien qu’il s’agisse d’un parti au pouvoir qui se présente comme une alternative pragmatique, il essaie de convaincre les milieux étatiques profonds en Tunisie et les milieux étrangers qu’il est un parti à la demande, l’important est de rester au pouvoir.

Le sentiment d’Ennahda de cette situation l’a incité à consacrer samedi dernier un colloque sur la crise économique à l’occasion du quarantième anniversaire de sa fondation. Peut-être pour la première fois que les islamistes ont montré un tel intérêt pour la question économique, mais le discours présenté au colloque n’était rien de plus que des cris de panique sans présenter de solutions ou de projets clairs.

Le discours de Rashid Ghannouchi, chef du mouvement, reflétait la crise de l’absence d’alternatives, car il ne rassemblait que des slogans tels que « une économie raisonnable et équilibrée entre les salaires et la production » et « personne ne peut sortir l’argent du mur » et lutter contre la corruption. Mais ce qui est remarquable, c’est que le président Kais Saied est blâmé pour l’absence d’investissements étrangers.

Ghannouchi a averti que « les déclarations des responsables en Tunisie, surtout lorsqu’ils sont à l’étranger, ne doivent pas être contradictoires et doivent donner une image de volonté d’investir, de traiter et de prêter à la Tunisie ». Il est également revenu sur la question du « coup d’État » et de son incitation comme facteur supplémentaire, ce qui montre une méconnaissance de la crise économique dans son essence et que l’exploitation politique par tel ou tel parti ne la résoudra pas.

La situation la plus intéressante et la plus étrange est la demande des Tunisiens d’un soutien extérieur, mais sans aucun engagement politique ou financier. Des exemples de cette contradiction peuvent être relevés : l’Union des travailleurs (Union générale tunisienne du travail) souhaite que les gouvernements continuent à injecter les fonds nécessaires pour faire fonctionner les grandes entreprises appartenant à l’État, dans lesquelles il a un grand poids, sans aucun changement à leur composition.

Il est vrai que le refus de nuire à ces institutions est dû à l’idée idéologique que l’État est le guide et le protecteur des institutions et des individus et est responsable du financement, mais le problème est que ce sont des entreprises contrôlées par la corruption et embourbées dans l’endettement, et l’on ne peut pas demander à l’État de continuer à injecter de l’argent à leur profit sans les réformer.

Réformer, c’est ici tracer la voie de la corruption et en réduire le coût financier : parmi ces priorités, la réduction du nombre d’employés, la maîtrise de l’emploi, la limitation du mécanisme des augmentations et des primes, qui pèsent désormais sur le pays, d’autant plus qu’un une partie des prêts que reçoit la Tunisie va aux salaires et aux dépenses des institutions officielles.

S’appuyant sur le soutien du syndicat, toutes les institutions gouvernementales refusent de compromettre leurs privilèges, en particulier dans les administrations qui dépensent généreusement pour l’achat de voitures, les coûts de carburant et les primes destinées en particulier aux hauts fonctionnaires, ainsi que les grèves et manifestations continues pour les secteurs vitaux. qui obligent les gouvernements faibles à approuver de nouvelles augmentations de salaires et de primes.Certains d’entre eux ont réussi à obtenir le privilège d’obtenir une part des recettes fiscales de l’État.

What do you think?

16 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
"La Tunisie est comme l'Atletico Madrid" - Mahrez met en garde l'Algérie avant le voyage à Tunis

« La Tunisie est comme l’Atletico Madrid » – Mahrez met en garde l’Algérie avant le voyage à Tunis

Tunisie : l'État qui a peur de dépérir !

Tunisie : l’État qui a peur de dépérir !