in

La crise en Tunisie : la justice « enquête sur les soupçons de réception de fonds étrangers par trois partis politiques »

La crise en Tunisie : la justice "enquête sur les soupçons de réception de fonds étrangers par trois partis politiques"

Actuexpress Le 2021-07-28 13:57:44, La crise en Tunisie : la justice « enquête sur les soupçons de réception de fonds étrangers par trois partis politiques »

il y a 3 heures

devant le Parlement.

Crédit photo, Reuters

La justice tunisienne a ouvert une enquête auprès de trois partis politiques, dont le Parti Ennahda et Qalb Tounes, sur des soupçons de réception de fonds étrangers lors de la campagne électorale de 2019, selon ce qui a été rapporté par les médias au sujet du porte-parole du tribunal de première instance de Tunis.

Le porte-parole officiel du Tribunal de première instance de Tunis et du pôle judiciaire économique et financier, Mohsen Al-Dali, a expliqué dans des déclarations portées par l’Agence Tunis Africa News que les enquêtes ont été lancées dans la première quinzaine de juillet, c’est-à-dire avant que le président Kais Saied ne prenne ses mesures exceptionnelles, ne limoge le Premier ministre et ne gele le Parlement, une démarche décrite par les deux partis : c’est une révolution.

Les islamistes modérés Ennahda et Qalb Tounes sont les deux plus grands partis du parlement profondément divisé, qui a été élu en septembre 2019. Le troisième parti visé par l’enquête est Aish Tounisi.

Le leader d’Ennahda, Rached Ghannouchi, président du Parlement, et Nabil Karoui, magnat des médias et leader du parti Cœur de Tunisie, figuraient parmi les opposants à Saïd lors des élections présidentielles qui se sont déroulées en deux tours en septembre et octobre 2019. .

Karoui, qui possède une grande chaîne de télévision privée, fait face à une longue enquête sur d’autres allégations d’inconduite financière qui ont conduit à sa détention provisoire pendant la majeure partie de la campagne électorale de 2019 et à nouveau cette année.

Said, l’indépendant, a fait campagne en 2019 comme un outil contre ce qu’il a décrit comme l’élite politique corrompue et stagnante centrée sur leurs intérêts étroits et responsable de la détérioration du niveau de vie tunisien après la révolution de 2011.

Mardi, Saïd a licencié un certain nombre d’autres hauts responsables gouvernementaux, peu de temps après ses décisions de dimanche, selon l’agence de presse officielle tunisienne.

Parmi les articles, le procureur général, le chef de la justice militaire, Tawfiq El-Ayoun, et huit conseillers du Premier ministre.

Le président Saeed a également limogé le secrétaire général du gouvernement, le chef de cabinet du Premier ministre et ses conseillers, ainsi qu’un certain nombre de personnes chargées de certaines tâches.

Il a également décidé de limoger le chef de l’Autorité générale des martyrs et des blessés de la révolution et des opérations terroristes, Abdul Razzaq Al-Kilani.

De nombreux Tunisiens ont exprimé leur soutien au président et des milliers sont descendus dans la rue pour célébrer, tandis que d’autres ont exprimé leur crainte d’un retour à la dictature.

Que se passe-t-il sur le terrain ?

Des affrontements ont éclaté dans les rues entre partisans et opposants du président Saïd devant le bâtiment fortifié du parlement, faisant plusieurs blessés.

Image publiée, EPA

commenter la photo,

Des affrontements ont eu lieu entre les partisans et les opposants de Saeed.

Après de violents affrontements lundi, Ennahda a déclaré que « des voyous organisés » étaient utilisés « pour fomenter des effusions de sang et le chaos » et a exhorté ses partisans « à rentrer chez eux afin de préserver la sécurité et la sûreté de notre nation ».

Le ministère de l’Intérieur a fermé le bureau de la chaîne Al Jazeera basée au Qatar.

La démocratie en Tunisie est confrontée à sa pire crise après que le président Saied a renversé le gouvernement et gelé le parlement avec l’aide de l’armée, dans une démarche dénoncée par les principaux partis, dont le Mouvement Ennahda, qui a qualifié ces mesures de coup d’État.

Ghannouchi a averti que la situation n’augure rien de bon pour « le deuxième jour de la nouvelle ère avec la saisie des bureaux des médias et la fermeture du parlement avec des chars ».

Le mouvement Ennahda a annoncé qu’il était prêt pour des élections anticipées, mettant en garde contre le retour d’un « régime autoritaire » après avoir appelé mardi à un dialogue national.

Elle s’est dite « prête à se rendre à des élections législatives et présidentielles anticipées, pour le bien de la voie démocratique », avertissant que « tout retard ne sera pas utilisé comme excuse pour maintenir un régime autoritaire ».

Il a également accusé Saeed de « travailler avec des forces non démocratiques pour abolir les droits constitutionnels des élus et les remplacer par des membres de son gang choisi ».

Image publiée, EPA

Noureddine Bhiri, un éminent leader du mouvement Ennahda, a déclaré que son parti avait « décidé de lancer une campagne pacifique pour faire échouer » les plans du président, affirmant que « la solidarité nationale est nécessaire ».

« Le Parlement doit reprendre son activité avant toute élection et l’armée doit mettre fin à son contrôle », a déclaré al-Buhairi à l’AFP.

Que se passe-t-il diplomatiquement ?

Le président Saïd a rencontré les ministres des Affaires étrangères du Maroc et de l’Algérie dans la capitale, Tunis, selon le ministère tunisien des Affaires étrangères. Mardi, Saeed a tenu des réunions séparées avec chacun d’eux.

Le ministère tunisien des Affaires étrangères a indiqué que le ministre tunisien des Affaires étrangères avait téléphoné à ses homologues en Turquie, en France, en Italie, en Allemagne, dans l’Union européenne et au Haut-commissaire aux droits de l’homme « pour les rassurer » après les décisions du président de geler le Parlement et de destituer le gouvernement.

Le ministre a affirmé « l’engagement de Saeed en faveur des libertés et des droits », expliquant que les mesures exceptionnelles sont temporaires, et a déclaré que ses homologues « s’engageaient à continuer de soutenir la jeune démocratie du pays ».

Les États-Unis, l’Union européenne et d’autres puissances ont exprimé leur vive préoccupation.

Crédit photo, Reuters

Lundi, le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken s’est entretenu par téléphone avec Saied et l’a exhorté à « adhérer aux principes de la démocratie et des droits de l’homme qui constituent la base de la gouvernance en Tunisie ».

Le département d’Etat a déclaré que le ministre avait exhorté Saied à « maintenir un dialogue ouvert avec tous les acteurs politiques et le peuple tunisien ».

Mardi, le chef de la politique étrangère et de sécurité de l’Union européenne, Josep Borrell, a appelé à « la reprise de l’activité parlementaire, au respect des droits fondamentaux et à l’abstinence de toute forme de violence ».

Mardi, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, a appelé au « respect strict de la constitution tunisienne… et au renforcement du dialogue politique ».

La Grande-Bretagne a déclaré que les principes de la démocratie et des droits de l’homme en Tunisie « aideraient à résoudre la pire crise politique du pays depuis une décennie ».

« Les défis ne peuvent être relevés que par les principes de démocratie, de transparence, de droits de l’homme et de liberté d’expression », a déclaré le département d’Etat dans un communiqué.

Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré sur son site Internet que la France « suivait avec un grand intérêt l’évolution de la situation politique en Tunisie ».

« Il appelle au respect de l’Etat de droit et au retour dans les plus brefs délais au fonctionnement normal des institutions, qui doivent pouvoir se concentrer sur la réponse à la crise sanitaire, économique et sociale », a-t-elle ajouté.

La France a appelé toutes les forces politiques du pays à « éviter toute forme de violence et à préserver les acquis démocratiques du pays ».

L’Arabie saoudite a déclaré que les affaires intérieures de la Tunisie étaient une « affaire souveraine ». Elle a affirmé sa « confiance dans les dirigeants tunisiens pour surmonter ces conditions et parvenir à une vie décente et à la prospérité pour le peuple tunisien frère », selon ce qui a été rapporté par la chaîne saoudienne Al Arabiya.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Nigeria’s Ambassador to Benin Republic, Lt. Gen. Tukur Buratai (retd.) meets President of Benin Republic, Patrice Talon

Le président béninois promet une coopération bilatérale avec le Nigeria, l’Allemagne et d’autres

La crise politique en Tunisie vue par la presse des pays voisins

La crise politique en Tunisie vue par la presse des pays voisins