in

La culture sur les toits résiste aux scènes de ciment en Tunisie… Photos

La culture sur les toits résiste aux scènes de ciment en Tunisie... Photos

Actuexpress Le 2021-08-06 10:22:00, La culture sur les toits résiste aux scènes de ciment en Tunisie… Photos

Malgré la situation économique difficile en Tunisie, les projets lancés par la jeunesse tunisienne continuent à chaque fois de jouer un rôle important, donnant aux Tunisiens l’espoir de construire une économie forte et une société consciente.

D’où l’exceptionnalité du projet d’agriculture sur les toits, compte tenu de l’étape que connaît le monde aujourd’hui après la pandémie de « Covid 19 », et les appels à l’économie dite verte, la tendance aux voitures électriques, l’abandon du carbone et l’adoption de agriculture biologique.

  • Culture en toiture en Tunisie

    Culture en toiture en Tunisie

    © Spoutnik. MARIAM GEDIR

  • Culture en toiture en Tunisie

    Culture en toiture en Tunisie

    © Spoutnik. MARIAM GEDIR

  • Culture en toiture en Tunisie

    Culture en toiture en Tunisie

    © Spoutnik. MARIAM GEDIR

  • Culture en toiture en Tunisie

    Culture en toiture en Tunisie

    © Spoutnik. MARIAM GEDIR

  • Culture en toiture en Tunisie

    Culture en toiture en Tunisie

    © Spoutnik. MARIAM GEDIR

  • Culture en toiture en Tunisie

    Culture en toiture en Tunisie

    © Spoutnik. MARIAM GEDIR

  • Culture en toiture en Tunisie

    Culture en toiture en Tunisie

    © Spoutnik. MARIAM GEDIR

  • Culture en toiture en Tunisie

    Culture en toiture en Tunisie

    © Spoutnik. MARIAM GEDIR

  • Culture en toiture en Tunisie

    Culture en toiture en Tunisie

    © Spoutnik. MARIAM GEDIR

  • Culture en toiture en Tunisie

    Culture en toiture en Tunisie

    © Spoutnik. MARIAM GEDIR

  • Culture en toiture en Tunisie

    Culture en toiture en Tunisie

    © Spoutnik. MARIAM GEDIR

  • Culture en toiture en Tunisie

    Culture en toiture en Tunisie

    © Spoutnik. MARIAM GEDIR

1 / 12

© Spoutnik. MARIAM GEDIR

Culture en toiture en Tunisie

Alors que l’expérience de la culture sur les toits des maisons a commencé en Tunisie fin 2019, Elias Al-Saedani, ingénieur agronome et l’un des fondateurs du projet, a déclaré dans un communiqué à « Sputnik » que son expérience agricole en raison de son appartenir à une famille paysanne l’a beaucoup aidé à trouver l’idée du projet.

Il a ajouté : « Je vis dans un quartier populaire, et à travers mon examen de la situation là-bas, les gens souffrent beaucoup du coût de la vie élevé, en particulier du coût élevé des légumes et des cultures.

La question d’Elias a fait son chemin dans l’esprit de son partenaire dans le projet, Moez bin Farhat, après une expérience de travail qui a duré plus de dix ans au Canada. Moez a décidé de retourner en Tunisie pour envoyer son propre projet avant de rencontrer Elias et de lancer un premier noyau, qui est un atelier avant que cet atelier ne se transforme grâce à l’acceptation que l’idée l’a amené en Tunisie à une société appelée Grow it yourself.

La qualité de ces projets est largement répandue en Europe et aux États-Unis, mais elle a commencé à se frayer un chemin à travers des projets modestes en Égypte et au Liban pour se frayer un chemin vers la Tunisie à travers le projet Grow it yourself. Moez bin Farhat voit que le projet aspire pour atteindre trois objectifs principaux, qui sont d’abord Développer cette idée et la planter dans la conscience des citoyens et des entreprises afin de remplacer la scène du ciment et du verre par la couleur de la verdure et d’exploiter les toits à des fins bénéfiques pour la communauté.

Deuxièmement, le projet se concentre sur l’idée de légumes et de cultures, et les fondateurs du projet les considèrent comme plus importantes que les fleurs, car la personne qui met en œuvre ce projet sur le toit de sa maison devient capable d’obtenir des légumes et des cultures biologiques. et commence progressivement à construire une indépendance alimentaire et enfin à développer les identités et les compétences des citoyens qui vivent dans les zones urbaines et en liant ces loisirs à l’agriculture et à la nature.

Malgré la nouveauté du projet, l’idée de cultiver des toits en Tunisie a également gagné en popularité auprès de la communauté et des entreprises, car certaines d’entre elles ont exprimé leur désir de construire de petites maisons climatisées sur les toits de leurs maisons.

En parallèle, le projet a également connu une mobilisation des institutions, puisque l’équipe a pu planter la surface du siège social de l’une des plus grandes banques de Tunisie, preuve que l’écho du projet est en train de se répandre.

Le projet fournit des légumes frais et le propriétaire évite de se déplacer sur le marché pour les acheter, en plus de ses bienfaits pour la santé compte tenu du mode de production en excluant toutes sortes de produits chimiques et en préservant leurs propriétés biologiques.

Outre la culture sur les toits, le projet Grow it yourself est spécialisé dans la culture hydroponique, une technologie respectueuse de l’environnement qui peut être utilisée pour faire pousser n’importe quel type de plante en utilisant une alimentation scientifiquement équilibrée.

Elias Saidani précise que « le projet est bien accepté par les Tunisiens en termes de culture sur toit, et les agriculteurs en ce qui concerne la culture hydroponique, et son partenaire Moez Ben Farhat aspire dans un premier temps à rendre tous les toits de la capitale, Tunis verts ». ne voit que la couleur verte alors que nous aspirons à atteindre le niveau des pays développés en cultivant sur les toits et en sécurisant les légumes biologiques pour tous.

A la question du propriétaire du projet, la crise économique en Tunisie pourrait-elle être un frein au lancement de tels projets ? Moez bin Farhat répond : « La Tunisie regorge de nombreuses compétences qui visent à développer le pays. Quelle que soit la situation en Tunisie, cela ne doit pas représenter un obstacle pour une personne qui aspire à développer son pays. Il y a des difficultés et des obstacles, et rien n’empêche nous de les surmonter, et nous sommes convaincus que chaque crise a des solutions. »

À la lumière de la pandémie de « Covid 19 » en cours, et à la lumière de la fermeture continue et du travail à domicile, le projet donne à son propriétaire un nouveau passe-temps sain, qui prend soin des légumes et de leur culture, et il peut également superviser la culture traiter lui-même après avoir reçu toutes les informations et matières premières des spécialistes de l’entreprise.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
أسعار الذهب في الجزائر  اليوم

Cours de l’or aujourd’hui, vendredi 6 août 2021 en Algérie

cinq données clés pour comprendre la crise économique – Jeune Afrique

cinq données clés pour comprendre la crise économique – Jeune Afrique