in

La féminisation de la production dramatique tunisienne … Répétition ou renouveau | Sabre bin Amer

La féminisation de la production dramatique tunisienne ... Répétition ou renouveau |  Sabre bin Amer

Actuexpress Le 2021-03-29 19:32:54, La féminisation de la production dramatique tunisienne … Répétition ou renouveau | Sabre bin Amer

Tunisie- La production dramatique en Tunisie depuis les années quatre-vingt-dix du siècle dernier, malgré sa saison du Ramadan, a été réservée aux hommes et aux institutions publiques telles que la Société tunisienne de télévision ou l’Agence nationale pour l’avancement du secteur audiovisuel dont le train de production s’est soudainement arrêté au début. du nouveau millénaire, ou certaines chaînes de télévision privées qui ont doublé de nombre avec l’ouverture.Le journaliste qui a vu la Tunisie après la révolution du 14 janvier 2011.

Cependant, ce secteur patriarcal par excellence et chargé de nombreux risques productifs et marketing a connu ces cinq dernières années une intrusion de la composante féministe qui, nous le pensions, féminiserait le drame tunisien et le sortirait de sa violence verbale et matérielle qui s’est répandue dans le monde. dernière décennie avec des séries qui ont pris d’assaut sous la forme de « Mahmoud » qui se tait socialement et politiquement. « Blameworthy » dans la victoire de la culture du « voyou » et des nouvelles « fatwas », si la description est correcte, similaire à la série « Moufida Boys » avec ses cinq parties et « Soup » avec deux parties.

Fatima Nasser: J’ai choisi d’être une production à plein temps avec l’actrice en moi découragée pendant un moment

Les noms des jeunes actrices qui sont entrées dans le domaine de la production dramatique étaient nombreux, à commencer par Rania Al-Qabsi dans «School», en passant par Fatima Nasser dans «Nuba 2» et «Awlad Al-Ghoul» et Khawla Al-Sulaymani dans « Qalb Al-Deeb », jusqu’à Sania Bin Belkacem dans« Zina et Aziza »et Amira Al-Darwish dans« 13 Nahj Gary Baladi »qui est également coproduit par Fatima Nasser. La scène a-t-elle changé?

Une question « divisée » par deux. La première pluie que l’actrice Rania Al-Qabsi a apportée dans sa production en 2014 et 2015, sa série de bandes dessinées « École 1 et 2 » confirme que rien n’a changé, du moins dans la scène comique qui reste dans le besoin d’un bon scénario avant tout.Sa série ressemble plus à des tweets Facebook qui énumèrent certains des problèmes que les adolescents rencontrent chez leurs camarades de classe, donc le travail n’a laissé aucun impact notable.

Bien qu’Al-Qabsi soit entrée dans le domaine de la production depuis son portail le plus simple, c’est-à-dire la comédie, dont le coût de production reste bien inférieur par rapport à son homologue social et historique, l’actrice, connue du public tunisien à travers le rôle de Yusr, la fille noire victime du racisme de sa famille bien-aimée dans la série «Maktoob» de Sami Al-Fihri, elle a souffert de misères afin de réaliser son rêve de percer dans le domaine de la production, ce qui lui offre de plus grandes opportunités de mettre en valeur son jeu d’acteur talents, à la lumière du confinement de la plupart des rôles principaux en Tunisie à des artistes féminines à la peau blanche!

L’affaire a atteint le point de son emprisonnement en raison de problèmes financiers liés à sa société de production « Rania Broad » et à l’émission de chèques sans solde d’une valeur de 160 mille dinars tunisiens (environ 55 mille dinars américains) afin de produire la série dans sa première partie qui était préparé pour le Ramadan 2013, et il devait être diffusé sur la chaîne privée «Hannibal», mais le martyre du politicien tunisien Mohamed Ibrahimi et la proclamation du deuil national l’ont empêché d’être diffusé, il a donc été diffusé l’année suivante et après sur la chaîne «Méditerranée» sans obtenir le suivi souhaité, par conséquent, les publicités étaient absentes, le rêve d’Al-Qabsi a donc été enterré alors qu’il était dans le berceau.

Le « cœur de la flamme » est tombé dans la confusion historique

Et c’est presque ce qui s’est passé avec son partenaire du championnat « School », l’actrice Khawla Sulaymani, qui s’est aventurée l’an dernier dans le domaine de la production depuis le portail de la série historique « The Heart of the Deeb » sur le scénario et réalisé par Bassam Hamrawi, qui a à son tour été témoin dans un précédent, le premier du genre en Tunisie, d’un litige entre la productrice La jeune femme et la chaîne privée «Al-Hiwar Al-Tunisi» sur fond de droit de la chaîne à diffuser la série ou pas, et le cas est que Sulaymani a vendu les droits de montrer «Al-Watania 1» après que «Dialogue tunisien» lui ait donné la possibilité de le montrer dans la deuxième partie du Ramadan ou de le reporter à la saison suivante au milieu de la baisse de la publicité revenus En raison de l’épidémie du virus Corona, que Sulaymani n’a pas apprécié, de sorte qu’au final, la série a été diffusée sur «Wataniya 1» par décision de justice.

Quelle que soit la matière du litige judiciaire qui a eu lieu entre le jeune producteur et la chaîne «Dialogue tunisien», dans laquelle Sulaymani était l’un des cadres qui y travaillaient, l’œuvre n’a pas introduit de nouveauté dans le théâtre tunisien malgré ses méthodes, un domaine qui rend difficile de nager entre ses vagues puissantes représentées dans un drame historique qui nécessite des influences spéciales et des références historiques.Fiable dans sa fiabilité et son inspiration méticuleuse en termes de vêtements et de décorations pour une époque spécifique sans ajouter ni diminuer. Cela n’a pas été réalisé dans une série qui ressemblait plus à un fantasme historique qu’à une série d’époque qui raconte de façon dramatique une étape historique avec des informations sur les événements et les accidents, de sorte que le travail est tombé dans la confusion historique entre les temps anciens et ultérieurs.

Rania Al-Qabsi a subi des malheurs afin de réaliser son rêve d’entrer dans le domaine de la production

En échange de tout ce qui précède, l’actrice Fatima Nasser a réussi à produire le deuxième volet de la série «Nuba .. Amoureux du monde» réalisé par Abdel Hamid Bouchnak, sans y participer, contrairement à Al-Qabsi et Sulaymani dans leur premières expériences de production pour les deux, ce qui confirme la croyance de Nasser dans la valeur de la séparation entre le jeu et la production.

À ce sujet, dit-elle dans une déclaration à Al-Arab, que « le producteur est celui qui porte tous les fardeaux de l’œuvre dramatique. Si la série réussit, elle sera comptée pour lui, et si l’échec sera compté contre lui. « Un groupe de jeunes producteurs en herbe pour présenter une scène dramatique en termes d’écriture, de mise en scène et de performance. »

La série « Nuba » était connue pour ses deux parties, un brillant succès public et les éloges de la critique pour son idée, qui traitait spécifiquement du monde de l’art populaire « Al-Mawdid », avec une écriture dramatique qui allie techniques cinématographiques et scénographie théâtrale , d’être, pendant deux années consécutives en 2019 et 2020, la star du Ramadan travaille dans la Tunisie post-révolutionnaire. C’est lui qui a réussi, par nostalgie intime, à réconcilier le public tunisien avec son art populaire et ses symboles en évitant de propagande brute et directe.

Nasser poursuit l’expérience cette année à travers deux nouvelles œuvres, dont Police, la série «13 Nahj Gary Baladi», dirigée par Amin Shaiboub, qui sera diffusée sur la chaîne privée «Neuvième» sur une base hebdomadaire à partir d’avril prochain, un œuvre également coproduite par la jeune actrice Amira Al-Darwish.

Quant à la deuxième œuvre, il s’agit d’une série dramatique sociale de trente épisodes qui sera diffusée sur la même chaîne dans le cadre de la prochaine saison du Ramadan sous le titre «Children of the Ghoul» réalisé par Murad Bel-Sheikh et mettant en vedette Fathi Al- Haddawi, Wahida Al-Dridi, Bilal Al-Breiki, Sarah Al-Hanashi, Faris Al-Andalusi, Rabi’a bin Abdullah et d’autres.

Le secteur masculin par excellence, qui présente de nombreux risques productifs et marketing, a connu ces cinq dernières années une intrusion de la composante féminine.

Comme c’est le cas pour Amira Al-Darwish, qui est entrée dans le domaine de la production dramatique lors de sa première expérience de production à travers les séries « 13 Nahj Gary Baladi » et « Les enfants de la goule », la spectatrice tunisienne se penchera sur le prochain Ramadan, actrice Sania Ben Belkacem dans sa première expérience de production à travers la série comique « Zeina et Aziza ». Réalisé par Ziad Leitim, et avec Arwa Bin Ismail, Farhat Hanana, Nermin Safar, Tawfiq Al Bahri et d’autres. « 

Ainsi, il semble que la scène dramatique tunisienne sera différente cette année, avec sa diversité de production entre drame policier, social et comédie, alors les touches de production féminine triompheront-elles de la rugosité masculine du Ramadan, qui est nouveau? Attendons voir.

What do you think?

21 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Channels Television

L’Algérie emprisonne un journaliste pour «  diffamation  » – Channels Television

manifestation pour le renvoi de déchets italiens illégaux

manifestation pour le renvoi de déchets italiens illégaux