in

La lutte pour la présidence et le parlement .. la solution est-elle un référendum qui renverse la Fraternité tunisienne?

الغنوشي والمشيشي والرئيس قيس سعيد

Actuexpress.net Le 2021-04-03 19:40:39, La lutte pour la présidence et le parlement .. la solution est-elle un référendum qui renverse la Fraternité tunisienne?

Une lutte entre la présidence et le parlement, que les observateurs qualifient de « crise sans précédent » dans l’histoire moderne de la Tunisie, accompagnée d’une grave crise économique.

La crise économique tunisienne n’est pas moins efficace que sa crise politique, aggravée par la confusion du gouvernement d’Hicham El Mechichi face à la propagation du virus Corona.

Les données ont incité de nombreuses forces politiques à appeler à un référendum populaire afin de changer le système politique, à l’instar du parti libéral Tounes avec des dirigeants syndicaux.

Mohsen Marzouq, secrétaire général du Mouvement de projet de Tunis (anciennement directeur du bureau de feu le président Beji Caid Essebsi) a déclaré: «La seule solution pour sauver la Tunisie est de la pousser à organiser un référendum sur la nature du système politique. établi par le mouvement Fraternité Ennahda (le système parlementaire). « 

Dans des déclarations à Al-Ain Al-Akhbar, Marzouq a confirmé que le mouvement Ennahda veut profiter de l’état de fragmentation du pouvoir en Tunisie pour mettre en œuvre ses propres agendas, appelant les forces modernistes à converger sur la nécessité d’affronter les projets sombres en Tunisie. Tunisie.

Il n’y a pas de projet sombre en Tunisie, selon les analystes de la scène tunisienne, autre que le système destructeur des Frères musulmans, qui a bénéficié du système politique qui gouverne la Tunisie depuis 2011, qui est un système qui réduit le rôle du chef de l’Etat. en échange d’une amplification du rôle du parlement

Le Parti constitutionnel libre, dirigé par Abeer Moussa, a décidé d’organiser une marche populaire le 9 avril pour appeler à un changement du système politique de gouvernement en Tunisie et poursuivre le mouvement Ennahda pour un groupe de crimes terroristes qu’il a commis contre l’Etat tunisien.

Référendum face à l’hémorragie de la Fraternité

Le chercheur en science politique Narges Bin Gamra a déclaré dans des déclarations à Al-Ain Al-Akhbar que se rendre à un référendum populaire serait un prélude à la résolution de la crise politique en Tunisie depuis 2011, et ce serait un déterminant majeur pour sauver la Tunisie des Frères musulmans.

Et elle a poursuivi en disant: « Le système politique actuel, dont les articulations sont contrôlées par le mouvement des Frères musulmans, divise le pouvoir entre trois partis (la présidence, le gouvernement et le parlement) et est l’incarnation même de la crise politique dans le pays, où la La Fraternité est capable de pénétrer toutes les agences et d’exploiter la faiblesse de l’Etat tunisien.

Dans ce contexte, des sources proches du président tunisien ont déclaré à Al-Ain Al-Akhbar que le président Qais Said avait mis en place un élément essentiel du dialogue national qui réunira les différentes parties, qui doit aller vers un référendum populaire pour changer le système politique d’un système parlementaire à un système présidentiel.

Les mêmes sources ont confirmé que Saeed considère que le référendum sur le système politique est le seul moyen de surmonter la crise politique, et il a discuté de cette question avec l’Union générale tunisienne du travail (la plus grande organisation syndicale fondée en 1946).

Dialogue national

On s’attend à ce que la présidence tunisienne accueille, dans la semaine prochaine, un dialogue national pour élaborer une feuille de route pour sortir de la crise politique et économique qui a balayé le pays depuis que les Frères musulmans sont venus gouverner le pays.

Les experts s’attendent à ce que le dialogue ne soit efficace que si les partis participants (le syndicat, les partis parlementaires et la présidence de la République) mettent en avant le dossier des fonds de la Fraternité et de la richesse de Ghannouchi dépassant le milliard de dollars.

Al-Ain News était seul en avril 2020 dans son rapport à publier des informations documentées sur la richesse de Rached Ghannouchi, président du Parlement et leader du mouvement des Frères musulmans, révélant les liens du leader des Frères musulmans, Rached Ghannouchi, avec des organisations criminelles actives dans contrebande d’armes et coordination du transfert de la jeunesse tunisienne aux organisations djihadistes et terroristes depuis 2011 année.

Dans ce contexte, le chef du Parti constitutionnel libre, Abeer Moussa, a confirmé dans des déclarations précédentes à « Al-Ain Al-Akhbariya » que son parti travaillerait pour découvrir les plans terroristes de la Fraternité et les efforts de Ghannouchi pour employer le Parlement pour employer le Parlement pour la bénéficier de ses agendas.

Le croisement «constitutionnel libre» avec le président tunisien, Qais Saeed, pour critiquer le comportement politique de la Fraternité, que les observateurs voient comme un croisement objectif qui sera décisif dans un proche avenir pour vaincre le système terroriste associé à la Fraternité.

What do you think?

22 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
L'Algérien Adam Ounas quitte Naples alors que les Africains avancent à la date limite

L’Algérien Adam Ounas quitte Naples alors que les Africains avancent à la date limite

Un rappeur originaire de Nice en prison en Tunisie pour abus de confiance

Un rappeur originaire de Nice en prison en Tunisie pour abus de confiance