in

La misère de la vie pousse les jeunes médecins tunisiens à émigrer |

La misère de la vie pousse les jeunes médecins tunisiens à émigrer |

Actuexpress Le 2021-04-01 19:49:58, La misère de la vie pousse les jeunes médecins tunisiens à émigrer |

Tunisie – Le médecin urgentiste Abdel Wahab travaille dans les premiers rangs pour lutter contre l’épidémie de Corona. Mais il n’a pas reçu son salaire depuis des mois et, comme la plupart des agents de santé, il s’apprête à quitter la Tunisie à la recherche de meilleures conditions de travail.

En raison du manque de fonds alloués au secteur de la santé publique, les conditions dans les hôpitaux publics se sont détériorées, les faisant progressivement aliéner le cadre médical.

Les statistiques indiquent que des centaines de médecins ont émigré chaque année, de plus en plus depuis le début de la dernière décennie.

Le phénomène de la migration des jeunes médecins vers la France et l’Allemagne ne s’est pas arrêté, ainsi que vers les pays du Golfe.

On s’attend à ce que le nombre de médecins sortants atteigne 2700 en 2022, ce qui est plus que la capacité de l’État à indemniser ces cadres chaque année.

Le chirurgien, Salim bin Saleh, qui était à la tête du doyen des médecins, confirme que «près de quatre-vingts pour cent des jeunes médecins ont émigré à l’étranger en 2019», mettant en garde contre la vieillesse des médecins du secteur gouvernemental.

Faire son devoir sans protection Faire son devoir sans protection

«Cette élite s’est toujours sentie dégoûtée», poursuit le chirurgien, expliquant que ces jeunes ont passé des examens de lycée à des taux élevés «et se retrouvent marginalisés par les autorités après dix ans de scolarité».

« Mais qu’est-ce que l’Etat a fait pour les garder? », A-t-il demandé, « Je ne peux plus le supporter non plus et je partirai. »

La Tunisie qualifie annuellement 800 médecins hautement qualifiés qui sont internationalement reconnus, mais en retour, les établissements de santé du pays se détériorent en raison du manque d’équipement et de médicaments et du manque de personnel en raison de la faute et de la corruption endémique.

«J’ai l’impression d’avoir été enterré vivant à Tunis», admet le médecin du service des urgences d’un hôpital gouvernemental de la capitale, Tunis.

Ce médecin est marié depuis cinq ans et se prive d’avoir des enfants de peur de ne pas pouvoir se donner les moyens nécessaires pour assumer leur responsabilité. « Le gros problème ici est l’aspect financier », dit-il. « Nos salaires sont insultants. »

Une étude récente préparée par une organisation et un institut d’études a révélé que le médecin interne en Tunisie gagne environ 365 euros par mois, ce qui est inférieur au salaire moyen et suffit à peine à équilibrer une famille composée d’un père, d’une mère et de deux enfants. vivre «avec dignité».

Les médecins émigrent pour de nombreuses raisons, dont la plus importante est la tentation des salaires des médecins à l’étranger par rapport à la Tunisie, qui équivaut à six fois les salaires que gagnent les médecins en Tunisie.

La Tunisie est le deuxième pays arabe en termes d’émigration de talents scientifiques et universitaires après la Syrie, qui est en état de guerre, et il est naturel que les taux de fuite des cerveaux l’exacerbent.

«C’est inacceptable et dégoûtant», dit Abdel-Wahab à propos des mauvaises conditions de travail et du salaire médiocre, faisant référence aux heures supplémentaires obligatoires dues à la surpopulation dans certains hôpitaux et à la pénurie de personnel médical.

Cri de dangerCri de douleur de la brièveté de la vie

En contrepartie, «zéro droit» selon Al-Mughairbi, qui n’a pas perçu son salaire depuis qu’il a été affecté à un contrat à durée déterminée en décembre dernier. Il n’a pas d’assurance maladie et fonctionne malgré l’absence de matériel et de fournitures nécessaires pour soigner les patients.

«Je ne peux pas profiter de la vie faute de ressources, ni travailler dans de bonnes conditions, et rien d’autre», dit-il. Le médecin craint que «l’Etat ne puisse pas payer nos salaires» cette année.

Le secteur de la santé représente 6% du budget de l’Etat, qui recherche des ressources supplémentaires pour l’année 2021, alors qu’il est difficile pour les responsables de lancer de grands projets de réforme du secteur qui sont exigés des bailleurs de fonds internationaux.

Le secteur de la santé en Tunisie souffre de nombreuses lacunes, notamment le manque de dispositifs et d’équipements médicaux nécessaires, tels que des scanners, dont le patient a besoin au quotidien lors de son traitement.

Dans les couloirs des hôpitaux publics, les patients souffrent de longs délais d’attente, de lenteurs de traitement, d’espacement des rendez-vous, d’une mauvaise organisation et d’un sous-développement de la gestion, qui n’a pas encore abouti à l’application des techniques de transformation numérique (digitalisation) pour faciliter les services.

Abdel-Wahab dit: « À un moment donné, je me dis: qu’est-ce que je fais ici? » Parce que «la situation en Tunisie est devenue source d’angoisse et de confusion».

« Je ne vois pas d’espoir ici. Je veux émigrer pour un meilleur moral », dit le médecin, qui a reçu des offres d’emploi et prépare son dossier pour quitter le pays.

Témoin de l’aggravation de la situation du secteur de la santé en Tunisie, en décembre dernier, de jeunes médecins ont organisé des manifestations et des protestations à la suite du décès d’un médecin dans un hôpital gouvernemental du gouvernorat marginalisé de Jendouba (nord-ouest) après qu’un ascenseur cassé y soit tombé alors que dans l’exercice de ses fonctions.

La fuite des cerveaux touche toutes les spécialités médicales, ce qui renforce les carences dans la capacité de l’État à remplacer ces compétences

Une étude publiée en 2020 par un jeune doctorant en médecine a confirmé que la fuite des cerveaux touche toutes les spécialités des médecins et du personnel de santé, ce qui renforce les carences «notamment dans les régions moins développées». L’auteur général du Syndicat des médecins, Ahlam Belhaj, explique que les pays qui emploient ces compétences bénéficient d’un capital humain gratuit à haute efficacité. »

Le directeur général de la santé, Faisal Bensalah, affirme que «cet afflux nous inquiète», expliquant que le coût de la formation d’un médecin en Tunisie est estimé à environ 46 mille euros.

Le fonctionnaire conclut que la fuite des cerveaux peut être considérée comme « une exportation de services, mais cela doit être surveillé », appelant à ce que cette migration soit réglementée par des accords entre pays.

Le problème est beaucoup plus large que l’émigration du personnel médical, car les chiffres parlent de l’émigration de plus de 100000 personnes qualifiées et titulaires de diplômes supérieurs de diverses spécialités depuis 2011.

La plupart d’entre eux sont des ingénieurs en informatique, suivis des médecins, des professeurs d’université et de la plupart des autres spécialités scientifiques et techniques.

What do you think?

21 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Le FM algérien revient les mains vides d'Espagne

Le FM algérien revient les mains vides d’Espagne

La Tunisie envoie dans l'espace son premier satellite 100% fait maison

La Tunisie envoie dans l’espace son premier satellite 100% fait maison