in

La mort du penseur et historien tunisien Hicham Djait à l’âge de 86 ans | Tunisie

La mort du penseur et historien tunisien Hicham Djait à l'âge de 86 ans |  Tunisie

Rédaction Le 2021-06-01 18:47:14, La mort du penseur et historien tunisien Hicham Djait à l’âge de 86 ans | Tunisie

Le penseur, universitaire et historien tunisien Hisham Jait est décédé aujourd’hui, mardi, à l’âge de 86 ans, et le président de la République tunisienne, Qais Said, a pleuré le regretté penseur, affirmant qu’il était « une figure nationale exceptionnelle et une stature savante distinguée. dont la mémoire restera immortelle dans l’histoire de l’arène culturelle en Tunisie et dans le monde arabe et islamique. « 

Jeit (né en 1935) est décrit comme un penseur qui était et est toujours fidèle à sa personnalité, qui n’est affilié à personne d’autre, et l’historien qui a traité le document sans céder au bâton du pouvoir, bien qu’il soit le fils d’une famille de intellectuels, juges et hauts fonctionnaires de la grande classe bourgeoise de Tunis, car il est le petit-fils du grand ministre Yusef Jait, et de mon neveu, le savant et cheikh Muhammad Abdul Aziz Jait.

L’émission « Al-Mashaa » sur l’écran d’Al-Jazeera a rencontré dans un épisode (10/11/2018) le regretté penseur et historien tunisien, où il a expliqué certaines de ses idées et visions, se référant à des extraits de sa vie scientifique.

Étude, douleur et gloire socialeجد

Djait a étudié à l’école Sadiq de Tunis, et à ce sujet il a dit qu’il était reconnaissant à son père de ne pas être entré dans une école francophone, ce qui lui a permis de maîtriser la langue arabe, bien que son père soit un moderniste enclin à la culture française.

Djait a poursuivi ses études dans la capitale française, Paris, où il a passé 8 ans avant de retourner dans son pays pour subir l’atmosphère de « démagogie et de dictature », comme il l’a décrit, et bien qu’il n’ait pas participé à la vie politique en France, il le considérait comme un pays libre.

Djait raconte qu’à son retour dans son pays, il a vu un peuple à moitié sauvage : « Je me suis retrouvé à vivre dans un pays primitif et arriéré, et ma famille s’est retournée contre elle-même et ses valeurs. Mon père était cheikh à l’université de Zaytuna. Zaytuna L’université a été supprimée à la demande de (le président tunisien de l’époque) Habib Bourguiba, et mon père n’a pas souffert de la perte de cet édifice savant, mais plutôt de sa position sociale, qui a été annulée, car les cheikhs sont devenus méprisés, surtout puisque les gens suivent la religion de leurs rois », selon sa description.

Djait pense que l’indépendance a entraîné un grand changement social en Tunisie, où l’État est devenu entre les mains de ceux de l’ancienne classe petite-bourgeoise, et ils ont réussi dans le mouvement national, et l’Université de Zaytuna a été anéantie, et la gloire sociale et la domination est devenue pour ceux qui sont entrés dans l’État.

« Le nouvel État était autoritaire et intolérant. Bourguiba était influencé par la théorie de la nervosité d’Ibn Khaldoun, alors ma famille s’est sentie méprisée et, comme beaucoup d’autres, a voulu retrouver une certaine existence sociale. Un diplôme scientifique était la seule clé de la prospérité sociale », a-t-il déclaré. dit.

historien critique

Hisham Djait n’était pas satisfait de son étude de l’histoire avec ce qu’il recevait à l’école, mais son amour pour lui l’incita à lire aux historiens et aux orientalistes avec empressement et vigilance, alors il apprit d’eux la bonne méthode d’écriture de l’histoire, jusqu’à ce qu’il devienne l’un des historiens les plus éminents, non seulement en Tunisie mais dans le monde entier.

L’émission « Al-Masha' » de l’épisode (24/1/2019) a accompagné Djait et a parlé avec lui de ses débuts avec un intérêt pour l’histoire, jusqu’à ce qu’il devienne l’un des penseurs et historiens que l’on appelle l’entêtement.

Djait a commencé ses premières recherches sur l’Afrique et le Maghreb, et a écrit sur l’Afrique dans de prestigieuses revues européennes, après quoi il a commencé à lire ce que les historiens et les orientalistes ont écrit sur l’histoire islamique et l’histoire des religions.

Djait s’est appuyé sur ce que l’un des écrivains a écrit à propos de Kufa, il a donc écrit un livre intitulé « Kufa », dans lequel il parlait des tribus arabes et de la formation de la première ville arabe, et il n’avait aucune idée positive sur les époques. de la prospérité, les classiques islamiques, la période abbasside, l’extravagance abbasside et l’expansion du royaume islamique.Les sujets sont plus que l’étude de la cour abbasside et des questions similaires.

Djait s’est également concentré dans ses écrits ultérieurs sur la colonisation des tribus arabes et leur formation de villes, et les systèmes qui ont été imposés dans ces villes très rapidement, et a également discuté de la période qui s’est étendue sur 20 ans à partir de la vie du prophète Mahomet – mai Que Dieu le bénisse et lui accorde la paix – et 10 ans après sa mort, et comment la religion s’est formée et s’est propagée dans la péninsule arabique après avoir fait face à une vive opposition, et comment elle a été « structurée ».

Ce qui a attiré l’attention de Djait, c’est la façon dont l’empire islamique s’est formé 20 ans après cela, et son intérêt pour cette grande période de transformation.

Djait explique que ce qui l’a impressionné dans l’État islamique et l’État omeyyade, c’est le génie du peuple, et « je suis revenu pour faire des comparaisons dans les civilisations anciennes parce que les comparaisons m’attirent ».

L’Afrique, les Abbassides et la sédition

Djait a parlé à « Al-Mashaa » de son livre de projet « Africa », où il a noté que les Africains s’appuient sur des sources orales, pas écrites, mais les orientalistes ne s’appuient pas sur des sources orales, et il pense que les sources orales sont importantes pour les soumettre à critiques pour indiquer si elles sont raisonnables ou déraisonnables.

Mais les historiens musulmans avaient un sens objectif – selon Djait – et ils s’efforçaient de préserver les événements qui avaient eu lieu et c’est la raison pour laquelle ils écrivaient pour eux, et les Abbassides encourageaient les blogueurs à écrire l’histoire des Omeyyades, pas pour des raisons politiques, mais parce qu’ils ont dit que le bureau des Arabes est la poésie.

Quant à son livre « La Fitna », il a gagné une large diffusion publique, et 8 éditions de celui-ci ont été imprimées, et la raison en est que les masses voient qu’elles vivent dans la sédition.

Il a également parlé de son livre, « La biographie du prophète », qui s’est déroulé en 3 parties. La première partie traite de la révélation en général et de l’histoire de la comparaison entre les religions, dans laquelle il est exposé à l’idée d' »occultation » ou « petitesse » (le moment de recevoir la révélation), qui est le précurseur à La Mecque, et le rapport de la folie à la prophétie et au stress psychologique. Quant aux deuxième et troisième parties, elles se sont concentrées sur l’histoire pure, et ont étudié de près les développements de l’appel islamique et ce qui s’est passé précisément en s’appuyant sur des sources fréquentes.

Quant au livre « Le Messager dans la ville », il le décrit comme le livre le plus difficile pour lui au regard de ses événements, expliquant que la difficulté réside « dans le démantèlement entre toutes les forces existantes, et pourquoi la ville a reçu le Prophète , et comment le Prophète a atteint en 10 ans la formation d’une nation et que l’Islam s’est propagé à partir de l’embryon d’un état et non d’un pays entier, et comment une certaine propagation s’est-elle produite dans la vie du Prophète une ligne expliquant ce succès qui peut être acceptable, selon sa description.

Il a divisé la façon dont les musulmans écrivaient sur le Prophète, la paix soit sur lui, en deux types : les écrits religieux ou défensifs contre les orientalistes. Il a vu que ce que les orientalistes du vingtième siècle ont écrit avait des aspects positifs, et « j’en ai bénéficié, et j’ai cherché à écrire l’histoire du Prophète d’une manière plus proche de la réalité, afin de ne pas tourner à la louange. »

Plus de culture

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Son hébergement a provoqué une crise ... Le leader du Polisario quitte l'Espagne

Son hébergement a provoqué une crise … Le leader du Polisario quitte l’Espagne

57 migrants tués dans un naufrage au large de la Tunisie

Au moins 23 migrants se sont noyés dans un naufrage au large de la Tunisie, selon un ONG