in

La pandémie de Corona a lié l’artiste tunisien

الفنان التونسي عدنان الشواشي

Actuexpress Le 2021-07-06 17:09:01, La pandémie de Corona a lié l’artiste tunisien

L’artiste tunisien Adnan Chaouachi estime que la pandémie de Corona a eu des répercussions sur le secteur culturel et artistique et a lié et fatigué l’artiste, et continue de perturber sa vie et de l’affecter psychologiquement.

Al-Shawashi a déclaré à Al-Ain Al-Akhbar que quiconque a été contraint au chômage pendant plus d’un an et demi en raison de la perturbation des manifestations, des fêtes et des festivals d’art en raison de Corona est très fatigué.

Il a estimé que ce qui se passe est « une affliction, et nous n’avons que de la patience et de la prudence et une tentative de trouver des solutions possibles avec les modestes capacités dont nous disposons ».

Concernant le maigre budget du ministère tunisien des Affaires culturelles, Chaouachi a déclaré qu’il s’agissait d’une preuve que la pensée et la culture en Tunisie sont encore un luxe et un simple divertissement, appelant à la nécessité d’y faire face avec sagesse pour améliorer le secteur.

Le budget du ministère des Affaires culturelles représente 0,68% du total des crédits alloués au budget général de l’Etat pour l’année 2021.

Al-Shawashi a parlé de ses débuts et de son expérience artistique qui a dépassé cinquante ans de créativité et d’éclat, au cours desquels il a composé et interprété plus de 200 chansons.

Al-Shawashi a déclaré qu’il aimait écouter de la musique de tarab oriental dans son enfance et qu’il avait appris à jouer du oud et du violon et à mémoriser le muwashahat oriental et le familier tunisien.

Parcours de l’artiste

Il a ajouté qu’à ses débuts, il écrivait des poèmes pour ses chansons seul, avant de rencontrer le célèbre poète lyrique Habib Mahnoush, le père de l’artiste, Youssra Mahnoush, qui a écrit la plupart de ses chansons pour lui.

Il a ajouté qu’il était plus enclin aux paroles tunisiennes et friand de musique occidentale qui a contribué à sa formation.

Il a poursuivi qu’il était un contemporain et a travaillé avec des artistes majeurs et a eu l’honneur de travailler avec des géants de l’art tunisien, dont Saleh al-Mahdi, surnommé Zaryab, Chadli Anwar, Hadi Jouini et Abdel Hamid Belaljieh, et il travaille actuellement avec de jeunes personnes, ce qui fait de lui un vétéran en termes d’âge comme la génération des deux générations.

Et à propos de sa nouveauté artistique, Al-Shawashi a déclaré qu’il travaillait sur une chanson intitulée « Shadda et Wazoal » à partir de ses mélodies et des paroles du poète Al-Jalidi Al-Aweni qui simulent la situation actuelle dans le pays après la propagation de la pandémie de Corona et est conforme à la situation actuelle et a une teinte optimiste.

Il a également achevé une nouvelle chanson émouvante et ne pouvait pas la sortir à l’heure actuelle, au vu des circonstances difficiles que traverse la Tunisie.

Adnan Al-Shawashi est récemment revenu à l’écriture musicale et a redistribué un certain nombre de ses chansons célèbres, ce qui a incité le jeune public à réagir à ses chansons.

Doyen des chanteurs tunisiens

Adnan Chaouachi l’appelait le musicien tunisien Abdel-Rahman Al-Ayadi, le doyen des chanteurs tunisiens, et dans sa carrière un grand bouquet de chansons et mélodies célèbres telles que « Parle-moi, papa », « J’ai grandi, Dieu a grandi », « Oh, mère des yeux noirs », « Oh, les gens de la nuit et « Votre faute ». Et « Sour Al-Madina » et « Ash Gap My Leg » et d’autres créations, et sa renommée a commencé au début des années soixante-dix.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0

En Tunisie, l’accueil des migrants malgré le marasme économique

le système de santé tunisien craque face au variant Delta

le système de santé tunisien craque face au variant Delta