in

La politique d’emprunt exacerbe la crise économique en Tunisie (Vidéo Erm)

La politique d'emprunt exacerbe la crise économique en Tunisie (Vidéo Erm)

Actuexpress.net Le 2021-06-03 15:19:00, La politique d’emprunt exacerbe la crise économique en Tunisie (Vidéo Erm)

Publié: 03 juin 2021 13:19 GMT

Mise à jour : 03 juin 2021 15h00 GMT

La Tunisie connaît une crise économique aiguë et qui s’aggrave. Après la détérioration de la situation financière et le volume élevé de l’endettement, ainsi que l’incapacité du pays à trouver des solutions et des prêts pour sauver le déficit budgétaire croissant, malgré les visites effectuées par les responsables du pays dans un certain nombre de pays, comme le Qatar et Libye; Une demande de soutien.

Dans des déclarations à « Erm News », les parlementaires tunisiens ont déclaré que les autorités du pays sont confrontées à une crise économique étouffante, surtout après que le taux d’endettement de la Tunisie a dépassé le seuil de 80% du volume de richesse produite dans le pays, tandis que le taux de contraction économique est passé à 8,3 %, pour la première fois, une fois depuis l’indépendance du pays en 1956.

La représentante du Bloc démocrate, Leïla El-Haddad, a déclaré que le gouvernement poursuivait sa politique d’emprunt, qui a atteint sa limite, après que la Tunisie n’ait pas respecté les conditions injustes qu’elle avait promis au Fonds monétaire international en 2016.

Laila Al-Haddad a estimé, dans des déclarations à « Erm News », que les options de sortie de crise économique sont devenues aujourd’hui difficiles à réaliser. Les prêts obtenus par les gouvernements successifs en Tunisie n’étaient pas orientés vers l’investissement, ce qui signifie que « la corruption entrave la sortie de la crise », comme elle l’a dit.

De son côté, le député du Parti du mouvement populaire, Abdel Razzaq Oueidat, a estimé que le gouvernement tunisien cherche à mobiliser des ressources financières pour surmonter la crise économique, après que les négociations en cours avec le Fonds monétaire international aient été perturbées.

Oueidat a ajouté, dans des déclarations à « Erm News », que « les institutions financières internationales ne sont pas des organisations caritatives, mais plutôt leur objectif est de faire des profits, et donc elles craignent l’incapacité de la Tunisie à rembourser ses dettes antérieures, et donc elles sont réticentes à leur accorder nouveaux prêts. »

Pour sa part, un membre de la commission des finances du Parlement, Hisham Al-Ajbouni, a estimé que pour surmonter la crise économique dans le pays, il est impératif de changer la voie du développement du pays, et de miser sur les technologies modernes pour que la Tunisie, à moyen et long terme, peut maîtriser l’endettement, qui a atteint des niveaux records.

Hisham Al-Ajbouni a ajouté à « Erm News », « Il n’est pas possible pour la Tunisie, en tant que pays aux faibles capacités, de remplir les engagements pris avec les donateurs internationaux, à un moment où il était possible de mettre en œuvre ces engagements volontairement, et par étapes , pour réformer la situation économique. »

Al-Ajbouni a souligné que son pays est devenu contraint d’emprunter dans le but de rembourser les anciennes tranches de la dette, considérant que « ce fait est dangereux ; Parce que diriger les prêts vers des destinations autres que le développement et les investissements menace de graves problèmes pour l’économie du pays.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Les passagers arrivent à l'aéroport international d'Alger, en Algérie, le 1er juin 2021. L'Algérie a partiellement rouvert mardi pour la première fois le transport aérien.  L'Algérie a commencé à fermer ses frontières à partir de mars 2020 afin de stopper la propagation du COVID-19. (Photo : Xinhua)

L’Algérie rouvre partiellement les voyages aériens après un arrêt de 14 mois

Kamel Akrout, l'amiral qui veut remettre le navire Tunisie à flot – Jeune Afrique

Kamel Akrout, l’amiral qui veut remettre le navire Tunisie à flot – Jeune Afrique