in

La Tunisie … a inauguré une nouvelle bataille entre Said et Al-Meshchi sur les hommes d’affaires de l’ère Ben Ali – Erm News

La Tunisie ... a inauguré une nouvelle bataille entre Said et Al-Meshchi sur les hommes d'affaires de l'ère Ben Ali - Erm News

Rédaction Le 2021-03-25 12:59:00, La Tunisie … a inauguré une nouvelle bataille entre Said et Al-Meshchi sur les hommes d’affaires de l’ère Ben Ali – Erm News

Publié le 25 mars 2021 à 11 h 59 GMT

Date de mise à jour: 25 mars 2021 12:55 GMT

Le président tunisien Qais Said a répondu à l’initiative du Premier ministre Hisham El-Mechichi, de réconcilier les hommes d’affaires ayant travaillé avec le régime de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali, en proposant une initiative de réconciliation pénale avec des hommes d’affaires poursuivis, dans un indicateur que les observateurs voient menaçant une nouvelle «bataille» Au cœur des institutions gouvernementales du pays.

Le président tunisien Kais Saied a déclaré, lors de sa rencontre hier soir, mercredi, avec l’ancien ministre des Finances Nizar Yaish, qu’il avait l’intention de présenter une initiative de réconciliation pénale avec des hommes d’affaires poursuivis pour corruption, dans les prochains jours.

L’initiative de réconciliation pénale, proposée par le président tunisien, prévoit la cessation des poursuites judiciaires contre les hommes d’affaires poursuivis pour atteinte aux fonds publics sous le règne de feu le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, en échange du paiement d’une compensation financière fixée par fonds destinés au développement des régions.

2021-03-2-43

Le discours du président tunisien sur l’initiative de réconciliation pénale intervient une semaine après que le Premier ministre a entamé des pourparlers avec les organisations sociales, pour établir la réconciliation avec les hommes d’affaires et supprimer ce qu’il a dit: «les restrictions qui les empêchent d’investir».

Chose positive

A ce propos, les observateurs ont estimé que l’intérêt des institutions dirigeantes du pays pour les initiatives économiques est une chose positive, mais qu’il ouvre de nouveaux conflits entre la présidence de la république et le gouvernement.

L’économiste, Wagdi Bin Rajab, a estimé que l’idée d’encourager les hommes d’affaires à investir à travers des initiatives qui lèvent les obstacles devant eux est ce dont la Tunisie a besoin pour résoudre la crise économique.

Dans des déclarations à « Erm News », Bin Rajab estime que le passage de ces initiatives dans une lutte politique effrénée entraverait la réalisation des objectifs et conduirait à l’échec des deux initiatives.

Bin Rajab a ajouté que le pays avait besoin de stabilité politique avant de lancer des initiatives économiques, afin de pouvoir les mettre en œuvre dans un climat acceptable.

De son côté, le politologue Riad Hidouri a estimé que les deux initiatives font partie du conflit qui fait rage entre le président et le Premier ministre, car elles ne peuvent être mises en œuvre à l’heure actuelle.

Hidouri a déclaré dans des déclarations à « Erm News » que l’initiative d’Al-Meshishi ne dépasse pas les limites de l’appel à purifier le climat des affaires, sans être accompagnée de décisions pratiques, alors que l’initiative du Président de la République se heurte à la possibilité de rejeter la majorité parlementaire dirigée par le mouvement Ennahda.

2021-03-3-29

Hidouri a suggéré que la majorité parlementaire ne voterait pas en faveur de l’initiative de réconciliation pénale préparée par le président de la République, dans le contexte de la poursuite du conflit politique.

À son tour, l’activiste politique Abdul Majid Al-Saeedi a estimé que les hommes d’affaires qui ont travaillé pendant la période de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali porteront le titre de la lutte politique dans la prochaine étape.

Dans des déclarations à « Erm News », Al-Saeedi a estimé que le Premier ministre Hisham Al-Mishishi est à la recherche de mécanismes pour couvrir le produit de son gouvernement, qu’il jugeait limité, en courtisant les hommes d’affaires. Pendant ce temps, le Président de la République a confronté ces efforts à l’initiative de la réconciliation pénale, qui préfigurait un nouveau conflit entre eux.

Al-Saeedi estime que la transition de la crise politique dans le pays, de la sphère politique à la sphère économique, menace d’approfondir la crise vers des scénarios dangereux pour la stabilité du pays.

What do you think?

23 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Après 60 ans ... pourquoi la France refuse-t-elle d'admettre qu'elle a effectué des essais nucléaires en Algérie?

Après 60 ans … pourquoi la France refuse-t-elle d’admettre qu’elle a effectué des essais nucléaires en Algérie?

Le Saint-Affricain Loïc Minaudier participera au Fenix ​​Rally en Tunisie

Le Saint-Affricain Loïc Minaudier participera au Fenix ​​Rally en Tunisie