in

La Tunisie célèbre l’anniversaire de son indépendance dans un contexte de crise politique et économique qui s’aggrave |

La Tunisie célèbre l'anniversaire de son indépendance dans un contexte de crise politique et économique qui s'aggrave |

Actuexpress.net Le 2021-03-20 13:04:33, La Tunisie célèbre l’anniversaire de son indépendance dans un contexte de crise politique et économique qui s’aggrave |

Tunisie – La Tunisie commémore samedi le 65e anniversaire de l’indépendance, qui tombe cette année dans une circonstance exceptionnelle, alors que le pays connaît une aggravation de la crise politique alors qu’il tente de sortir d’une situation économique critique exacerbée par la pandémie Corona.

Le Jour de l’Indépendance est l’occasion pour les Tunisiens de rappeler les luttes du peuple et des martyrs de la Tunisie face à l’occupation française.

Le Premier ministre Hicham El Mechichi a félicité les Tunisiens à cette occasion à travers un message sur la page officielle du gouvernement sur Facebook, portant le slogan «La Tunisie vit», où il a écrit: «Chaque année, la Tunisie va bien chaque année, et le peuple tunisien va bien , La Tunisie vivra. « 

La Tunisie connaît une détérioration de la situation économique et une baisse de tous les indicateurs de développement, accompagnées d’une escalade des tensions entre les centres de décision politique, en raison de la crise de transformation ministérielle en cours.

Et récemment, l’agence internationale de notation de crédit Moody’s a abaissé la note souveraine de la Tunisie «B3» avec perspective négative, ce que les économistes ont considéré comme un avertissement que la Tunisie n’est pas à l’abri du spectre de la faillite.

En raison de ses difficultés financières publiques, la Tunisie est confrontée au risque d’obtenir des salaires dans les mois à venir, en raison du manque de liquidités suffisantes et de la rareté des ressources, ainsi que du refus persistant de la banque centrale d’imprimer des titres pour financer le budget.

Et en février dernier, le Government Statistics Institute a annoncé que l’économie avait enregistré une contraction record du produit intérieur brut pour l’année 2020 de 8,8%, avec une nette augmentation des taux de chômage, renforcée par les fermetures liées aux mesures de lutte contre l’épidémie de Corona.

Les taux de chômage ont augmenté à 17,4% au quatrième trimestre de 2020, après que 78 300 emplois aient été perdus au cours de la période entre les deux derniers trimestres de l’année en raison des répercussions de l’épidémie de Corona.

Malgré toutes ces indications, le Fonds monétaire international refuse de continuer à soutenir la Tunisie à moins que le gouvernement n’entreprenne des réformes fondamentales affectant un certain nombre de ses dispositions touchant les institutions publiques et supprimant les subventions sur certains biens de consommation.

D’autre part, les cercles politiques sont préoccupés par les conflits croissants entre les trois présidences (la république, le gouvernement et le parlement) et l’état de tension qui a dominé le parlement pendant des mois et a commencé à jeter une ombre sur la vie publique.

Le président Qais Saeed estime que la solution à la crise tunisienne réside dans le retour au système présidentiel, contrairement à ce qui est en place actuellement.

Mais le Mouvement islamique Ennahda s’oppose fermement à cette proposition, et s’accroche au système de gouvernement actuel, qui est quasi-parlementaire, ou pourquoi pas le renforce encore pour devenir un parlement à part entière, comme l’a exprimé son président, Rashid Ghannouchi, qui dirige également le Parlement. .

Les milieux politiques et juridiques ont appelé le président tunisien Kais Saied à dissoudre le parlement et à appliquer le quatre-vingt chapitre de la constitution, ce qui lui permet d’imposer des mesures exceptionnelles pour diriger le pays, tandis que les spéculations se sont multipliées sur la possibilité pour Saeed de lancer une initiative de dialogue national, qui il compte pour mettre fin aux crises qui affligent la stabilité du pays.

Le pays est témoin de mouvements de protestation continus, car de nombreux secteurs appellent aux réformes nécessaires alors que les autorités ne sont pas en mesure de les mettre en œuvre.

A la veille de la célébration du Jour de l’Indépendance, le gouvernement tunisien a publié une liste des victimes et des victimes de la révolution de janvier 2011, au Journal Officiel, après un retard de plusieurs années, pour des raisons dont la nécessité de vérifier les noms.

La liste comprenait les noms de 129 morts et 634 blessés, lors des mouvements sociaux qui ont renversé le régime de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali.

La liste n’a pas pu être publiée au Journal officiel ces dernières années, pour des raisons telles que des conflits politiques, l’absence de stabilité du gouvernement et la nécessité de vérifier les noms, car sa publication permettrait de réparer et d’indemniser les familles des victimes.

Le retard dans la publication de la liste a provoqué des protestations répétées pendant plusieurs années de la part des familles des victimes de la révolution, devant le siège du Haut-commissariat aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales (gouvernemental).

À l’occasion du 65e anniversaire du Jour de l’Indépendance, le président Qais Saeed a accordé une grâce spéciale à 1 521 prisonniers, conduisant à la libération de 389 d’entre eux, tandis que les autres bénéficient d’une réduction de la durée de la peine.

What do you think?

25 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
نائب سفير مصر بالجزائر: تم الرد على استفسارات الزمالك.. وهناك ترتيبات خاصة

Ambassadeur adjoint d’Egypte en Algérie: les demandes de Zamalek ont ​​reçu une réponse … et ici

La Tunisie rend publique une liste de martyrs de la révolution, un

La Tunisie rend publique une liste de martyrs de la révolution, un «  signe fort  »