in

La Tunisie est un environnement qui repousse les investissements étrangers |

La Tunisie est un environnement qui repousse les investissements étrangers |

Actuexpress Le 2021-05-05 15:31:00, La Tunisie est un environnement qui repousse les investissements étrangers |

Tunisie – Les déclarations officielles concernant la situation économique préviennent que la Tunisie est devenue un environnement qui repousse les investissements étrangers, ce qui aggravera la gravité de la crise économique dans le pays.

L’Agence tunisienne pour la promotion des investissements étrangers a révélé que les investissements étrangers entrant dans le pays ont fortement diminué au cours des trois premiers mois de l’année.

Les investissements ont diminué de 31,6% au premier trimestre de cette année pour atteindre 344,6 milliards de dinars (126 millions de dollars), contre 503,6 milliards de dinars il y a un an.

Les entrées d’investissements étrangers ont diminué de 43,3% par rapport à 2019 et de 38,3% par rapport à 2018.

Les données ont révélé que les investissements sur le marché monétaire ont atteint une valeur de 2,7 milliards de dinars au cours de la période susmentionnée, tandis que les investissements directs internationaux ont enregistré 341,9 milliards de dinars.

La Tunisie connaît une grave crise économique, qui a poussé le PIB du pays à diminuer de 8,8% au cours de l’année écoulée, coïncidant avec les pressions de la pandémie Corona.

Mardi, un document gouvernemental a révélé la volonté de la Tunisie de réduire la masse salariale à 15% du PIB d’ici 2022, contre 17,4% en 2020.

Le document publié par l’agence «Reuters» présentait des propositions de réforme qui seront présentées au Fonds monétaire international dans le but d’obtenir un prêt, qui prévoit une réduction progressive du soutien dans la période à venir, conduisant à son annulation définitive en 2024, à condition qu’il soit compensé par des paiements en espèces aux nécessiteux.

Depuis le début de la crise épidémique de Corona, des voix se sont fait entendre pour mettre en garde contre les dommages causés à l’économie du pays et le déclin de la capacité de la Tunisie à payer sa dette et ses intérêts élevés.

Selon les statistiques officielles, le montant de la dette publique de la Tunisie a atteint 90% du PIB.

L’agence américaine « Fitch Reading » considère que la pression des prêts sur la Tunisie est forte et très importante, et que le pays est devenu sérieusement lié à la dette extérieure.

Ces chiffres augmentent le risque de sortie des grandes entreprises du marché tunisien, afin d’éviter les risques pour l’économie du pays si elle reste liée aux prêts.

La société mondiale «Royal Dutch Shell» a confirmé mardi qu’elle quitterait définitivement la Tunisie d’ici juin 2022, date d’expiration du permis d’exploitation du champ de Meskar (dans la wilaya de Gabès).

La société a justifié sa décision par le fait qu’elle entend sortir de l’activité d’exploration et de production d’hydrocarbures dans le pétrole et le gaz, et qu’elle peut revenir en Tunisie pour investir dans les énergies alternatives.

Schall rejoint la société italienne Eni, la dernière des sociétés pétrolières ouvrières à quitter le pays.

La société a déclaré que la décision de partir est formelle et définitive, ce qui signifie l’échec des consultations qui ont eu lieu entre le gouvernement tunisien et la direction de l’entreprise mondiale pour la décourager de prendre sa décision, ce qui aura de mauvaises répercussions sur le Tunisien. l’économie et l’image de la Tunisie à l’extérieur.

Cette décision intervient un mois après que le directeur général des hydrocarbures au ministère de l’industrie et des mines, Rachid Ben Dali, ait nié l’intention de l’entreprise de quitter la Tunisie ou de présenter formellement cette hypothèse au ministère.

Fin mars dernier, Reuters a révélé que Shall avait mandaté la banque d’investissement Rothschild & Co pour vendre ses actifs tunisiens, qui comprennent deux champs gaziers offshore et une installation de production onshore, que la société anglo-néerlandaise a rachetée dans le cadre de ses 53 $ milliards d’acquisition de BG Group (147 milliards de dinars en 2016).

A cherché à vendre ses actifs tunisiens en 2017, mais a abandonné le processus en raison de différends juridiques avec le gouvernement tunisien.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Les manifestations en Algérie sont de retour et le président s'inquiète - BBC News Afrique

Les manifestations en Algérie sont de retour et le président s’inquiète – BBC News Afrique

La Tunisie submergée par une troisième vague de Covid-19

La Tunisie submergée par une troisième vague de Covid-19