in

La Tunisie et la trêve urgente | Mukhtar Dababi

La Tunisie et la trêve urgente |  Mukhtar Dababi

Actuexpress Le 2021-05-20 17:00:10, La Tunisie et la trêve urgente | Mukhtar Dababi

Au cœur de sa crise économique et sanitaire, la Tunisie vit les effets d’une longue grève des salariés de collecteurs d’impôts soutenus par l’Union générale tunisienne du travail, qui souhaitent doubler les subventions pour leur mission. Le plus drôle, c’est que les employés de ce secteur ont réussi à obtenir une promesse du gouvernement d’obtenir un pourcentage de l’argent qu’ils collectent en plus de leurs salaires et autres subventions qu’ils ont obtenus grâce à des grèves qui ont à peine cessé depuis la révolution de 2011.

Les salariés des transports de leurs différents secteurs terrestre, aérien et maritime ont menacé de lancer une grève jeudi, en parallèle de la grève dans le secteur financier et de la collecte des impôts, avant qu’elle ne soit inversée pour la deuxième fois, en raison de ce qu’ils disent tergiverser par le gouvernement. dans la mise en œuvre des engagements antérieurs.

Indépendamment de la légalité de ces demandes et de leur lien avec les accords précédents, elles surviennent à un moment difficile pour le gouvernement d’Hisham El-Mechichi et pour le pays dans son ensemble, car la crise sanitaire est toujours à son paroxysme avec le nombre élevé de blessés. et mort en raison de l’épidémie et de l’incapacité du pays à fournir les quantités nécessaires de vaccins, ce qui est dû à l’absence de financement adéquat.

De plus, la Tunisie traverse une grave crise économique, qui se traduit par un endettement et une inflation élevés, ainsi que par la décision d’importantes entreprises internationales de quitter le pays, comme Shell International en raison des conditions défavorables dans le pays. pays, et que signifient les grèves fréquentes, les sit-in et les revendications des travailleurs pour des augmentations successives, ce qui ne peut être fourni par des entreprises privées internationales ou locales.

La même situation souffre des conséquences du gouvernement meschien après que les syndicats du secteur gouvernemental ont imposé aux gouvernements précédents des accords et des obligations que le budget de l’État ne pouvait pas respecter, dont l’essentiel va à la masse salariale, ainsi qu’aux parts des ministères. et les institutions souveraines en l’absence de tout plan officiel d’austérité et de maintien de la culture de dépenses généreuses en argent.

Cela ne signifie pas que le Syndicat général tunisien du travail est seul responsable de la crise, mais la situation est le résultat de facteurs et de rôles communs et qui se chevauchent, y compris ceux liés aux revendications syndicales qui ne s’arrêtent pas, qui à leur tour sont liés à des les prix, et certains d’entre eux sont liés à la faiblesse de la culture du travail et au contrôle de la culture de la science dans le secteur gouvernemental en raison de ce qu’elle offre. Des avantages attractifs.

Mais l’État en 2021 n’était plus l’État dans les années soixante et soixante-dix du siècle dernier lorsque le modèle d’État patron a été établi sous le règne du défunt dirigeant Habib Bourguiba, qui est un modèle plus proche de la culture bureaucratique dans les États pétroliers et était ne convient pas à un petit pays aux capacités naturelles limitées.

Ce modèle a conduit à des traditions négatives que le pays n’était plus en mesure de perpétuer. Le tourisme, le secteur le plus important pour la création d’emplois, est désormais arrêté. Le climat social est également devenu expulsant les entreprises étrangères et locales, qui inscrivent désormais sur leur liste de priorités la possibilité de fuir vers des pays sûrs.

Naturellement, ce climat conduira à une dégradation de l’image de la Tunisie à l’étranger, notamment auprès des financiers étrangers, parmi lesquels les institutions financières internationales telles que le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. Le pays avait épuisé les opportunités d’obtenir des prêts de pays amis, en particulier des riches États du Golfe, pour des raisons qui mêlent l’économie et la sécurité à la politique, et l’entrée de la Tunisie dans la politique des alliances après 2011.

Ce n’est un secret pour personne que le Fonds monétaire international, qui étudie une demande tunisienne d’un prêt de l’ordre de 4 milliards de dollars, a fixé des conditions claires, en plus d’un engagement formel des institutions tunisiennes (gouvernement, présidence et parlement) et les partenaires sociaux (principalement le syndicat) aux conditions fixées par le fonds et entre eux Établir une politique d’austérité claire, réduire les allocations budgétaires pour les salaires et ce que cela signifie en termes de suppression de l’emploi dans les institutions gouvernementales, ainsi que la levée progressive des subventions sur matériaux de base selon un mécanisme clair et précis.

C’est une obligation que le gouvernement Machichy ne peut pas à lui seul, et ni la présidence de la République ni le Parlement ne peuvent se permettre, sans une participation et un soutien clairs à cette voie de l’Union générale tunisienne du travail. Pour cette raison, tout le monde parie sur la position du secrétaire général de l’Union, Noureddine Taboubi, afin de persuader les institutions de l’Union à une trêve sociale pour une période de trois à cinq ans qui offrira un climat propice aux réformes gouvernementales, et surtout garantir un partenariat collectif pour supporter le fardeau de ces réformes.

Sinon, il n’est pas possible de parler d’accord avec le FMI, ni de réformes qui permettront à l’État de remplir ses obligations internes et externes. L’affaire ne fait plus l’objet de contestation politique entre la fédération et le gouvernement, ni entre les principales institutions de l’Etat, ni entre les partis. Cette situation complexe sera l’occasion de tester la responsabilité de chacun, d’autant plus que l’État n’a pas d’autre alternative que de miser sur les prêts.

C’est l’occasion de tester la capacité de la classe politique dirigeante et de l’opposition à la fois à adopter le concept d’État et à abandonner les vieux slogans qui considèrent le Fonds monétaire international comme une goule qu’il faut rejeter. Ces slogans sont intellectuellement et politiquement attractif au statut de l’opposition traditionnelle, mais ne sont pas en phase avec le statut d’un pays comme la Tunisie, où Vous vous retrouvez à mettre le fonds monétaire devant vous et la corruption derrière vous.

Il ne fait aucun doute que revoir les anciens concepts sûrs, rentables et confortables dans la situation de l’opposition ne se limite pas à la position sur les relations avec le FMI, la Banque mondiale ou tout autre bailleur de fonds qui impose des conditions difficiles pour récupérer leur argent. . Elle s’étend aux positions politiques «révolutionnaires» qui ont posé au pays de nombreuses difficultés. Et elle peut conduire à d’autres difficultés plus complexes, comme la question de la criminalisation de la normalisation avec Israël, qui est traitée dans le contexte de la le partisan gagne le jeu.

Toute partie a le droit de déterminer sa position sur tout État, organisation ou personne, locale ou internationale, mais elle n’a pas le droit de lier l’État à ses opinions et calculs, d’autant plus que les choses reviennent rapidement aux intérêts du pays, comme cela s’est produit. dans le différend Golfe-Golfe.

Le pays a besoin d’une trêve de la clameur qu’il a vécue depuis 2011, de la clameur des slogans, des revendications et des calculs, en pensant aux intérêts, aux besoins et aux conditions des gens, et en remettant en mouvement les rouages ​​de l’État qui ont reculé et diminué au visage. de l’expansion du concept de parti, du mouvement et de l’idée transnationale.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
La défection d'Ayade regrettable, malheureuse - Dan Orbih

La défection d’Ayade regrettable, malheureuse – Dan Orbih

Quand la fièvre pro palestinienne distrait la Tunisie de son propre chaos

Quand la fièvre pro palestinienne distrait la Tunisie de son propre chaos