in

La Tunisie face à un réel danger avec le retour des « extrémistes ratés »

صحيفة: تونس تواجه خطرا حقيقيا مع عودة "المتطرفين الفاشلين"

Actuexpress.net Le 2021-06-07 16:17:00, La Tunisie face à un réel danger avec le retour des « extrémistes ratés »

Publié: 07 juin 2021 14:17 GMT

Mise à jour : 07 juin 2021 à 15h00 GMT

Le magazine français « Le Point » a constaté que la Tunisie fait face à un réel danger avec le retour de ce qu’elle a qualifié d' »extrémistes ratés », après que des groupes extrémistes ont perdu leur influence dans certains pays, et que certains de ses détenus ont mis fin à leur peine en prison.

Dans un rapport publié lundi, le journal a mis en lumière la période de recrutement de jeunes tunisiens pour combattre en Syrie, notamment en 2014.

Selon le rapport, « la Tunisie s’est retrouvée le premier pays à exporter des combattants, tandis que le ministre de l’Intérieur de l’époque parlait de milliers de jeunes hommes qui ont été arrêtés à l’aéroport de Tunis-Carthage et empêchés de rejoindre l’organisation extrémiste ISIS, car il nécessitait un aller simple pour Istanbul, la ville de transit pour rejoindre la Syrie. » ; Ce qui était alors considéré comme une honte pour la démocratie naissante en Tunisie.

Le journal a déclaré : « Un important rapport remis à la justice et à la police, après 6 ans d’inventaire minutieux, a montré le déclin du jihad en Tunisie.

Le rapport cite Michael Ayari de l’International Crisis Group, déclarant que « les trois quarts des 2 200 détenus en lien avec des affaires de terrorisme quitteront les prisons tunisiennes dans les trois prochaines années ».

2021-06-76474

Sur le nombre réel de combattants tunisiens dans les rangs des groupes extrémistes, le rapport souligne que le nombre de volontaires tunisiens au sein de ces groupes au Moyen-Orient et en Libye est souvent surestimé entre 2013 et 2016.

Alors que les avocats et les journalistes parlent de 10 000 combattants, le gouvernement tunisien affirme que plus des deux tiers des 2 929 combattants estimés sont morts ou ont été emprisonnés à l’étranger, tandis qu’environ 800 rapatriés ont été condamnés à des peines de prison allant de deux à huit ans ; Accusé d’appartenance à des organisations terroristes et d’avoir reçu un entraînement militaire.

Le journal a prévenu que les chances de réinsertion sociale et professionnelle des détenus sont très limitées, et que parmi ces détenus se trouvent des dizaines de combattants étrangers qui sont considérés par les services de renseignement de différents pays comme très dangereux, tandis que la Tunisie a été durement touchée, où 214 personnes a été victime d’attaques menées par des militants.

2021-06-1-25

Le journal a déclaré : « Pour la grande majorité, les résultats ne sont pas bons. Leur sort a été un échec complet. Ceux qui rêvent d’être des chefs de guerre, massacrant ce qu’ils appellent des infidèles et prenant des femmes à volonté, n’étaient que des dépendants, et leur retour en Tunisie n’est pas encourageant et il n’y a rien de commun avec les volontaires algériens.De l’Afghanistan qui ont été salués en héros dans les années 1980, l’engagement pour cette nouvelle génération a été un échec. »

L’un des juges d’instruction a attaqué ces combattants et les a qualifiés d’« extrémistes ratés », tandis que des policiers et certains juges invoquent ces combattants trompés, affirmant qu’ils « ont été trompés et choqués, et beaucoup se considèrent comme des victimes de propagande, et ISIS est une entité artificielle. cela n’a rien à voir avec l’islam.

2021-06-22-47

Il a déclaré que « certains experts affirment que le fait d’attirer des jeunes tunisiens pour se battre au Moyen-Orient et en Libye, en particulier entre 2014 et 2016, était en partie motivé par des considérations économiques, car al-Qaïda et ISIS ont fourni l’opportunité de quitter le pays pour gagner de l’argent en un contexte où le dynamisme économique de l’Europe s’est affaibli et les risques de transit clandestin ont augmenté. » pour la Méditerranée.

Selon le rapport, « En 2021 et aux yeux des groupes de jeunes les plus vulnérables, les groupes extrémistes offrent peu d’opportunités d’enrichissement, et les traversées clandestines vers la Méditerranée restent toujours aussi risquées, et en plus l’Europe occidentale apparaît comme synonyme Et le racisme, pour les professionnels de la lutte contre le terrorisme, le déclin idéologique du djihadisme salafiste est très évident, et il faut désormais gérer l’exode des ex-combattants qui présente un nouveau défi aux autorités.

What do you think?

16 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Buhari nomme deux nouveaux assistants pour la Première Dame

Plus de 50% des entreprises tunisiennes sont menacées de disparition

Plus de 50% des entreprises tunisiennes sont menacées de disparition