in

La Tunisie patauge dans sa crise, mais elle garde la main tendue pour les migrants

La Tunisie patauge dans sa crise, mais elle garde la main tendue pour les migrants

Actuexpress.net Le 2021-07-06 15:38:19, La Tunisie patauge dans sa crise, mais elle garde la main tendue pour les migrants

« Je ne suis jamais allée à l’école. Si vous ne savez ni lire ni écrire, c’est comme si vous étiez dans le noir, vous ne pouvez rien faire », a-t-elle expliqué, alors que son enfant s’assoit sur ses genoux.

La jeune femme, rejetée par sa famille pour avoir refusé de se marier, s’est rendue en Libye dans l’espoir de rejoindre l’Europe, mais nous avons été arrêtés avant même qu’elle ne se lance dans son voyage par voie maritime.

« J’étais enceinte, et ces derniers mois, on m’a dit que ce pays (la Tunisie) est un hôte car il n’est pas en guerre. J’ai été accueilli (…) ils ont pris soin de mon enfant, je suis très heureux », a déclaré Awa .

Désormais, le joueur de 30 ans souhaite rester dans le pays, si la Tunisie le permet.

La Tunisie tolère les immigrés clandestins, mais il est très difficile pour les Africains de légitimer leur statut d’immigration.

Dans l’installation mise en place par les huit associations, nous leur « disons » et « leur donnons le temps de réfléchir à ce qu’ils veulent faire », a déclaré Saeed, qui a ajouté: « C’est pourquoi ils se sentent à l’aise ».

« il y a la paix »

Les immigrés viennent ici pour apprendre, mais aussi pour se reposer et discuter de différents sujets. En juin, l’association a organisé des opérations de circoncision pour les enfants.

« Ici, on oublie un peu nos soucis », raconte Awa.

Dans l’espace, le bruit des machines à coudre se mêle au son d’un enfant qui chante. Au mur, des robes colorées confectionnées par des étudiants sont exposées.

Bento, originaire de Côte d’Ivoire, a repris confiance en elle grâce aux cours de couture.

Elle raconte : « Je couds de belles robes, c’est un travail qui m’excite et m’inspire. En Côte d’Ivoire, je voulais devenir couturière.

Comme Awa, Bentou, arrivée en juillet 2020, souhaite rester en Tunisie « parce qu’il y a la paix », mais le harcèlement dont elle fait l’objet dans la rue et le racisme auquel elle est confrontée la découragent.

La commune de Médenine abrite le siège de la « Maison des associations », mais la zone très marginalisée, où le chômage atteint 19,9 %, ne peut pas faire plus, comme l’a expliqué le maire Moncef Ben Yamneh.

« Je n’ai même pas les moyens de construire des routes », a-t-il regretté.

De son côté, le gouvernement ne veut pas encourager l’accueil de ces immigrants.

En mai, le Premier ministre Hicham Mechichi a insisté sur le fait que « la Tunisie ne serait pas une terre d’asile », refusant de créer des refuges pour les immigrants illégaux en transit.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
El-Rufai1

Comment des bandits ont enlevé 148 étudiants de Kaduna, d’autres en 48 heures

La fréquence de la nouvelle chaîne Algérie désert 2021 sur Arabsat

La fréquence de la nouvelle chaîne Algérie désert 2021 sur Arabsat