in

La Tunisie pleure le « père de la démocratie »

تونس تنعى

Actuexpress.net Le 2021-05-23 13:31:00, La Tunisie pleure le « père de la démocratie »


La Tunisie pleure

attounisia.net

L’homme d’État, combattant de la liberté politique et le dernier membre de l’Assemblée nationale constituante, Ahmed Al-Mestiri, suivent RT AliRTRT

L’une des figures les plus marquantes du mouvement national en Tunisie, Ahmed Mestiri, est décédé aujourd’hui, dimanche, à l’âge de 96 ans, après une longue carrière politique et militante, au cours de laquelle il a été qualifié de «père de la démocratie tunisienne».

Lire la suite

Le chef du parlement tunisien s'excuse pour l'erreur contre l'équipe de l'Espérance

Le Premier ministre tunisien Hisham Mechichi Al-Mestiri a pleuré, affirmant que « le défunt est l’un des combattants nationaux les plus importants de l’époque coloniale et l’un des bâtisseurs de l’État tunisien moderne après l’indépendance, alors qu’il a occupé plusieurs postes ministériels tels que la défense. , de l’intérieur, de la justice et des finances, pour créer le Mouvement des sociaux-démocrates après cela. « 

Il a été nommé lors du Dialogue national en 2013 à la tête du gouvernement tunisien.

À son tour, le mouvement Ennahda a pleuré le militant patriotique Ahmed Al-Mistiri et a présenté ses plus sincères condoléances à la famille, priant Dieu de lui accorder toute l’étendue de sa miséricorde.

Al-Mistiri est né dans la capitale tunisienne en juillet 1925, a étudié le droit en Tunisie, en Algérie et en France, et est devenu avocat à partir de 1948, et il était l’un des affiliés les plus en vue de la pensée socialiste, et il a également rejoint la Parti constitutionnel libre.

Al-Mistiri a assumé de nombreux postes gouvernementaux à partir de 1956 et a occupé plusieurs postes diplomatiques, notamment celui de représentant de son pays au Conseil de sécurité des Nations Unies et d’ambassadeur auprès de l’ex-Union soviétique et de l’Algérie.Il a également repris de nombreux ministères en Tunisie, y compris les finances. et le commerce, la défense et l’intérieur, ainsi que l’adhésion à l’Assemblée nationale constituante.

Al-Mistiri est surnommé en Tunisie «le père de la démocratie» pour avoir été le premier à s’opposer ouvertement à l’ancien président Habib Bourguiba, après avoir adopté le plan de solidarité agricole, qui lui a coûté son exclusion du Parti constitutionnel socialiste pendant deux ans depuis 1968, avant son expulsion définitive de lui en 1973.

Et a fondé à la fin de 1978 le premier parti d’opposition du pays, appelé le Mouvement des sociaux-démocrates, a été arrêté et emprisonné 8 ans après la fondation du parti, peu de temps avant son retrait de la vie politique.

Le nom d’Al-Mistiri est revenu à la circulation après la révolution de janvier 2011, car son histoire politique lui a donné une position importante, faisant de lui la première personnalité politique à laquelle recourir dans tout conflit ou désaccord.

Source: Nessma TV + Erm News

Suivez RT surRTRT

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
La Turquie a espionné les opposants d'Erdogan en Algérie - Erm News

La Turquie a espionné les opposants d’Erdogan en Algérie – Erm News

Championnats d’Afrique de Judo – (J3) :  La Tunisie en tête du classement des médailles chez les hommes

Championnats d’Afrique de Judo – (J3): La Tunisie en tête du classement des médailles chez les hommes