in

La Tunisie rejoindra-t-elle le club des dictatures présidentielles arabes ?

La Tunisie rejoindra-t-elle le club des dictatures présidentielles arabes ?

Rédaction Le 2021-08-24 19:12:09, La Tunisie rejoindra-t-elle le club des dictatures présidentielles arabes ?

il y a 54 minutes

Une photo d'une manifestation qui a sillonné les rues de la capitale tunisienne le 25 juillet

Image publiée, Getty Images

La scène politique en Tunisie a été secouée dans la soirée du lundi 23 août par l’impact de deux décisions politiques qui allaient changer le cours et la scène politique du pays au cours des prochaines semaines et des prochains mois.

D’une part, le président Kais Saied a confirmé les attentes des observateurs de l’évolution de la crise en Tunisie, et a pris un « décret républicain prorogeant les mesures exceptionnelles concernant la suspension des sessions du parlement et la levée de l’immunité parlementaire de ses députés jusqu’à nouvel ordre. . »

D’autre part, et dans une mesure sans précédent, le chef du mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi, a annoncé, dans un communiqué de presse, une décision qui a soulagé tous les membres du bureau exécutif et l’a reformé « d’une manière qui répond à aux exigences de la scène et atteint l’efficacité requise. Comme indiqué dans la déclaration.

La décision du président Said de prolonger les mesures extraordinaires n’a pas été une surprise. Au contraire, semblait-il, c’était la seule option devant lui. La lever aurait été considérée comme une violation des justifications avancées par le président il y a un mois, lorsqu’il a mis le parlement et le gouvernement de côté et a assumé l’autorité exécutive, législative et judiciaire dans le pays, dans le but de « prévenir l’effondrement du pays », comme il l’a dit, et le purgeant de la corruption et des spoilers.

De plus, le président n’a pris aucune décision qui indiquerait que le pays commence à retrouver une voie politique constitutionnelle normale, bien qu’à long terme.

Trente jours après la suspension de la vie parlementaire et la destitution du gouvernement, la plupart des organisations politiques et syndicales du pays attendent toujours que le président Saeed dévoile une « feuille de route » pour sortir de la situation actuelle. De plus, le président n’a pas encore nommé de Premier ministre ou de gouvernement à l’exception du ministre de l’Intérieur, car c’est un ministère qui a une dimension purement sécuritaire.

Maintenant qu’un mois s’est écoulé depuis la suspension de la vie parlementaire et la dissolution du gouvernement, de nombreuses questions se posent sur les intentions, l’efficacité et la capacité du président Kais Saied à traverser la Tunisie sur une voie démocratique sûre.

Les questions sont répétées. Que veut vraiment le président ? Sera-t-il capable de couper court à la corruption et aux spoilers ? Avez-vous l’intention de revenir à la vie parlementaire? Cherche-t-il à restructurer le système politique et à changer sa nature d’un quasi-parlementaire à un présidentiel ?

La deuxième décision qui a accru la polémique politique autour du mouvement Ennahda a été l’annonce par son leader, Rashid Ghannouchi, que tous les membres du bureau exécutif du mouvement seraient licenciés et reconstitués.

La décision apparaît, à première vue, en réponse à l’une des deux demandes formulées par les membres lors de la dernière réunion du Conseil de la Choura. La première consiste à dissoudre le bureau exécutif du mouvement. La seconde prévoit la délégation des pleins pouvoirs à une nouvelle direction, indépendante de la présidence du mouvement, pour gérer la crise politique et régler les problèmes internes.

Cependant, l’annonce de Rashid Ghannouchi n’a pas indiqué, dans sa déclaration, une réponse à la demande de lui accorder les pleins pouvoirs pour une nouvelle direction pour gérer la crise politique actuelle.

De nombreuses questions se posent quant à savoir si cette étape est suffisante pour combler le fossé entre les ailes du mouvement et maintenir son unité ? Pourrait-il faire exploser son leader ? Est-ce réformateur ? Ou juste une manœuvre politique pour repousser les critiques ?

C’est la démocratie tunisienne aujourd’hui, dix ans après la révolution. Sa situation est similaire à celle d’une personne infectée par le virus Corona, qui se trouve à la croisée des chemins à son dixième jour : soit ses organes internes résisteront au virus et se rétabliront, soit ils s’effondreront, se rendront et seront éliminés.

La Tunisie est-elle en passe de rejoindre le club des dictatures arabes ?

Le président Saeed sauvera-t-il son pays de tomber dans les griffes de la tyrannie ?

Existe-t-il encore des opportunités de retour au système parlementaire en Tunisie ?

Que veut le président Kais Saied pour sauver le pays ? monopoliser le pouvoir ? Ou changer de système politique ?

L’unité du mouvement Ennahda peut-elle résister à la tempête actuelle ?

Pourquoi Rashid Ghannouchi n’a-t-il pas répondu à la demande de nomination d’un nouveau leadership ?

Le mouvement a-t-il vraiment besoin d’un nouveau leadership ?

Nous discuterons de ces sujets et d’autres avec vous le lundi 16 août.

Les lignes de communication ouvrent une demi-heure avant le programme sur le numéro 00442038752989.

Si vous souhaitez participer par téléphone, vous pouvez envoyer votre numéro de téléphone par e-mail à nuqtat.hewar@bbc.co.uk

Vous pouvez également envoyer des numéros de téléphone à notre page Facebook via un message privé

Vous pouvez également donner votre avis sur les dialogues publiés sur la même page, dont l’adresse est : https://www.facebook.com/hewarbbc

Ou via Twitter sur le hashtag @nuqtqt_hewar

Vous pouvez également regarder des épisodes du programme via ce lien sur YouTube

What do you think?

25 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Le Lyonnais Slimani félicite le CR Belouizdad pour son huitième titre algérien

Le Lyonnais Slimani félicite le CR Belouizdad pour son huitième titre algérien

Belhadj, Chebbi et Elloumi chez Taboubi pour se plaindre de Saïed