in

L’armée est à nouveau au premier plan… Qu’est-ce qui se cache derrière sa mission de gestion de la crise épidémiologique en Tunisie ? | L’actualité de la Tunisie

L'armée est à nouveau au premier plan... Qu'est-ce qui se cache derrière sa mission de gestion de la crise épidémiologique en Tunisie ?  |  L'actualité de la Tunisie

Actuexpress Le 2021-07-23 13:15:46, L’armée est à nouveau au premier plan… Qu’est-ce qui se cache derrière sa mission de gestion de la crise épidémiologique en Tunisie ? | L’actualité de la Tunisie

Certains pensent que l’armée a prouvé plus d’une fois son efficacité et sa rapidité en soutenant les efforts du ministère de la Santé, notamment dans les opérations de vaccination contre Corona, mais sans outrepasser les pouvoirs qui lui sont confiés dans la constitution ou l’utiliser comme un moyen de régler scores politiques, selon d’autres.

Tunisie – La mission du président tunisien Qais Saeed de l’institution militaire pour gérer la crise du Corona dans le pays a suscité une escalade de controverses et d’interrogations sur le contexte de la décision et les mécanismes de sa mise en œuvre, sur fond d’échange d’accusations et de responsabilités entre les deux chefs de l’autorité exécutive.

Dans un discours qu’il a prononcé lors d’une tournée d’inspection de l’un des centres de vaccination contre Corona, Saeed a annoncé la mission de l’Administration générale de la santé militaire pour gérer la crise épidémiologique, notamment en organisant le processus de distribution du matériel médical que la Tunisie a reçu des pays amis.

Beaucoup pensent que confier au président la tâche de gérer la crise épidémiologique à l’armée est une reconnaissance explicite de l’échec du gouvernement d’Hisham al-Mashishi à assumer cette responsabilité, et cela porte en lui les germes de la lutte de pouvoir en cours entre lui et le premier ministre, notamment après la destitution du ministre de la Santé qui lui est affilié.

D’autres considèrent que l’armée a prouvé plus d’une fois son efficacité et sa rapidité en soutenant les efforts du ministère de la Santé, en particulier dans les opérations de vaccination contre Corona, qui ciblaient les groupes d’âge avancé dans les villages et les zones rurales que les cadres de santé civils n’atteignaient pas.

Normalisation avec la situation militaire

Le chef du bloc de la coalition pour la dignité au Parlement, Seif El-Din Makhlouf, a déclaré à Al-Jazeera Net que l’annonce du président d’affecter l’armée à la gestion de la crise de Corona était « une nouvelle tentative de sa part de militariser l’État et de distraire les l’armée de sa mission première de protection des frontières.

Le parlementaire a accusé le Président de la République d’entraver les pouvoirs du Premier ministre, et a demandé : « Qu’est-ce que cela signifie pour l’armée de prendre en charge la gestion de la crise sanitaire ? Par quels mécanismes va-t-elle la mettre en œuvre ? ont des formations sanitaires et des hôpitaux dans chaque gouvernorat ? »

Le député a exprimé sa crainte que le président tunisien n’implique à l’avenir l’establishment militaire dans des domaines éloignés de sa compétence, et crée une sorte de « normalisation avec la situation militaire ».

Cependant, il a souligné l’importance du soutien de l’institution militaire aux efforts du ministère de la Santé pour faire face à la crise sanitaire, mais sans outrepasser les pouvoirs qui lui sont confiés dans la constitution, ni l’utiliser comme un moyen de régler des comptes politiques ou de l’utiliser contre des opposants. .

Le président tunisien a annoncé plus tôt qu’il est le commandant suprême des forces militaires et civiles (page présidence – sites de communication)

accusations mutuelles

Le Premier ministre Hisham Al-Mashishi a justifié plus tôt la décision de limoger le ministre de la Santé, Fawzi Mahdi, par ce qu’il a qualifié de mauvaise gestion dans ce ministère, la poursuite d’erreurs catastrophiques concernant le manque d’oxygène dans les hôpitaux, et le chaos des centres de vaccination pendant le jour de l’Aïd.

Al-Mashishi a indirectement accusé le président de la République d’être à l’origine de la crise épidémiologique en rejetant l’amendement du gouvernement, affirmant qu’en janvier dernier nous avons effectué un changement ministériel, mais les résultats ont révélé que sa perturbation causait des catastrophes, notamment dans le secteur de la santé.

En revanche, le président de la République – lors de sa rencontre avec le ministre de la Santé limogé – a accusé le Premier ministre et sa ceinture politique (Mouvement Ennahda, Qalb Tounes et la Dignity Coalition) de fabriquer des crises à des fins politiques.

Saeed a accusé le gouvernement Meshishi d’avoir délibérément commis un crime contre les Tunisiens, ajoutant : « Pendant un moment, ils veulent organiser une (changement) transformation ministérielle afin de rechercher des équilibres politiques. Ils veulent que la crise gère la crise ».

A son tour, le ministre de la Santé limogé, Fawzi Mahdi, a rompu son silence, pour répondre dans un long post qu’il a publié hier soir, jeudi, sur sa page Facebook, aux accusations selon lesquelles Al-Mashishi l’avait accusé de ne pas avoir géré le Corona. crise.

Le départ du Premier ministre

De son côté, le leader du Mouvement populaire, Oussama Oueidat, a estimé dans une déclaration à Al Jazeera Net que l’appel du président tunisien à l’intervention de l’armée pour gérer l’épidémie de Corona était imposé par la situation actuelle comme une question de sécurité nationale, il a dit.

« Nous sommes en état de guerre contre une épidémie qui tue quotidiennement des centaines de Tunisiens, ce qui fait de l’intervention de l’armée pour gérer la crise une question nécessaire et urgente, et cela ne diminue pas les efforts des cadres de santé et des travailleurs du secteur », il ajouta.

Oueidat a accusé le Premier ministre de ne pas avoir géré la crise du Corona, l’appelant à présenter sa démission et à remettre la confiance au président de la République.

En revanche, il a critiqué le limogeage d’Al-Mashishi, le ministre de la Santé, dans une situation épidémiologique délicate, estimant que cette décision n’a rien à voir avec des normes d’efficacité, mais s’inscrit plutôt dans la guerre de règlement de comptes en cours entre lui et le Président de la République.

L’armée tunisienne avait lancé il y a quelques jours de vastes opérations de vaccination contre Corona ciblant les personnes âgées dans les centres-villes et les villages.

Le Département de la santé militaire supervise les opérations des hôpitaux de campagne concentrés répartis dans les gouvernorats tunisiens, en coordination et en coopération avec le ministère de la Santé, dans le but d’accueillir le grand nombre de personnes infectées par Corona.

Le bilan des morts de l’épidémie dans le pays a dépassé les 17.000, avec un taux journalier de plus de 100, à un moment où certains hôpitaux et même morgues n’étaient pas en mesure de garder les corps.

Plus de politique

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0

L’affichage public de la richesse est dangereux, prévient le DSS

[Série] Comment la Tunisie a perdu sa souveraineté dès 1869 (1/3) - Jeune Afrique

que sont devenus les bijoux des beys ? – Jeune Afrique