in

Le commerce automobile en Tunisie se redresse après une hausse de 52%

Le commerce automobile en Tunisie se redresse après une hausse de 52%

Actuexpress Le 2021-08-15 06:15:17, Le commerce automobile en Tunisie se redresse après une hausse de 52%

Les routes retrouvent leur mouvement après les fermetures (Agence Yassin Kaidi/Anadolu)

Le secteur du commerce automobile en Tunisie est en voie de se remettre des effets de Corona après une année très difficile, bénéficiant de la demande accrue d’achats de voitures dans un contexte de réseaux de transports publics faibles. Au cours du second semestre de cette année, le secteur automobile a enregistré une augmentation des ventes estimée à 52%, selon les chiffres officiels annoncés par la Chambre des concessionnaires automobiles, qui a déclaré que l’indice des ventes est revenu aux niveaux d’avant la pandémie, tout en s’attendant à ce qu’il continue. la tendance à la hausse des ventes au cours du second semestre sur la base des listes d’attente enregistrées chez les commerçants.

Le membre de la Chambre des agents automobiles, Mahdi Mahjoub, a expliqué à Al-Araby Al-Jadeed le retour de la demande de voitures avec le désir croissant des Tunisiens de posséder des voitures personnelles en raison de la baisse continue des services de transport public, et les consommateurs considérant que les voitures sont plus sûres à déplacer à la lumière de la propagation de Corona. Il a souligné que des secteurs importants ont commencé à se redresser, notamment la location de voitures, au cours des derniers mois.

Mahjoub a déclaré: « L’indice des ventes s’est beaucoup amélioré par rapport à 2020, au cours duquel le secteur a perdu une partie importante des ventes en raison de la fermeture de 8 semaines », suggérant que la demande continuera d’augmenter comme de nombreux secteurs économiques qui ont besoin de voitures pour terminer leur travail commencent à récupérer.

Mahjoub a souligné que la crise de liquidité que traverse le pays et le ralentissement historique de la croissance n’ont pas affecté les ventes de voitures jusqu’à aujourd’hui. Concernant la possibilité de freiner les importations de voitures par les autorités monétaires en raison de la baisse des stocks de devises fortes de la banque centrale, Mahjoub a expliqué que les importations de voitures ne représentent que 1,5% des importations, excluant de les soumettre à des restrictions d’approvisionnement.

L’industrie automobile et ses ventes ont toujours joué un rôle très important, directement et indirectement, dans l’économie tunisienne, sur plusieurs fronts, notamment en contribuant au PIB à hauteur de 4,4%, ainsi qu’en offrant plus de 280 000 opportunités d’emploi.

Le pouvoir d’achat contribue à modifier les choix des acheteurs, en se tournant davantage vers les véhicules d’origine asiatique au détriment des véhicules européens, qui ont été pendant des décennies les marques dominantes sur le marché tunisien, selon l’économiste Mohamed Moncef Sharif.

Dans une déclaration à Al-Araby Al-Jadeed, Al-Sharif a déclaré que le Tunisien recherche les marques les plus compatibles avec ses capacités d’achat, ce qui explique l’invasion des marques asiatiques sur le marché automobile du pays. Il a estimé que ces enseignes offrent de bonnes offres qui correspondent à la nouvelle réalité de vie tunisienne, qui est limitée par la dépréciation de la monnaie locale par rapport aux devises étrangères, et l’augmentation des taxes imposées sur divers types de véhicules.

Il a ajouté que « la plupart des achats sont financés par des prêts bancaires ou des sociétés de crédit-bail, qui sont également des facteurs majeurs d’augmentation du coût ». Il a souligné que ces facteurs combinés augmentent davantage la demande de véhicules moins chers. Selon les données officielles de la Banque centrale, le financement automobile et les prêts à l’achat se classent au quatrième rang des types de prêts que reçoivent les Tunisiens, avec une valeur de 311 millions de dinars en 2019 sur le total des prêts individuels estimés à 24 milliards de dinars (8,8 milliards de dollars). . Le secteur du commerce et de l’assemblage automobile en Tunisie est confronté à des pressions fiscales et à une transition vers une économie verte, dans le cadre des efforts visant à persuader le gouvernement de déplacer la demande sur le marché et d’accélérer la publication d’amendements législatifs au secteur pour suivre le rythme des transformations en cours. lieu au cours des cinq prochaines années.

Et les concessionnaires automobiles du pays profitent davantage de l’amélioration de la demande pour compenser les pertes accumulées après la crise du Covid 19, et les années qui l’ont précédée, comme une récente étude menée par la Chambre professionnelle des agents de vente de véhicules agréés a révélé une baisse annuelle. des ventes de véhicules de toutes sortes de 21% à partir de 2018. L’étude, dont une copie a été vue par Al-Araby Al-Jadeed, a montré que les ventes ont pris une tendance à la baisse depuis 2018, sur une base annuelle, après une période de croissance qui a duré 6 années consécutives, à un taux de 4 % par an.

L’étude a révélé que les ventes de véhicules sont revenues de 2018 à avant 2012, date à laquelle 52 369 véhicules ont été vendus, contre 53 555 véhicules en 2012. En 2018, le secteur de la distribution automobile « certifiée » a réalisé un chiffre d’affaires de 3,5 milliards de dinars. Cependant, il a enregistré sa première baisse après plusieurs années de croissance continue et durable. L’étude a estimé que cette baisse était plus importante en termes de volume, le nombre d’unités vendues étant passé de 65 335 véhicules en 2017 à 52 369 véhicules en 2018, soit une baisse de 21%.

Le secteur de la distribution automobile fait face à des accusations liées à sa contribution au déficit commercial tunisien et à l’inadéquation entre le coût de possession d’une voiture et le pouvoir d’achat des Tunisiens selon leurs différentes catégories sociales et économiques. Le secteur est également confronté à de nouveaux défis liés à son manque d’engagement vis-à-vis du cadre législatif et de la structure industrielle de l’économie verte, selon les observateurs. Une étude menée par la Chambre des agents automobiles en 2020 a révélé que le secteur est fortement affecté par les conditions économiques et sociales du pays.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Le crime de l'Algérien injustement brûlé .. l'arrestation d'un suspect dans son meurtre

Le crime de l’Algérien injustement brûlé .. l’arrestation d’un suspect dans son meurtre

Tunisie : expulsion brutale d'une famille par la police

Tunisie : expulsion brutale d’une famille par la police