in

Le gouvernement tunisien actuel est l’otage du parti Ennahda des Frères musulmans

Le gouvernement tunisien actuel est l'otage du parti Ennahda des Frères musulmans

Rédaction Le 2021-04-14 23:02:00, Le gouvernement tunisien actuel est l’otage du parti Ennahda des Frères musulmans

Le chef du Parti constitutionnel libre tunisien, Abeer Moussa, a déclaré dans des déclarations exclusives à Al-Arabiya TV que le gouvernement actuel est un otage du parti Ennahda des Frères musulmans, notant que la politique du mouvement Ennahda est basée sur la politique d’intimidation, et que les appels à la réconciliation de son chef Rached Ghannouchi ne sont pas porteurs de bonnes intentions.

Ces déclarations font suite à la poursuite des réactions du parti condamnant la prise d’assaut par les forces de sécurité du siège de l’agence de presse officielle pour imposer l’installation d’un nouveau directeur général, sur fond de refus des journalistes de nommer au gouvernement un fonctionnaire fidèle à la « Mouvement Ennahda »à ce poste.

Dans ce contexte, le « Parti socialiste » a exprimé son plein soutien aux appels rejetant la nomination du journaliste Kamal Ben Younes, affilié au « Mouvement Ennahda », à la tête de l’Administration générale de « Tunis Africa News Agency .  » Il a affirmé son refus de «soumettre les médias publics par la coalition au pouvoir», appelant le Premier ministre Hisham Al-Meshishi «à se retirer immédiatement de cette nomination et à éloigner les médias publics des conflits partisans», selon un communiqué publié aujourd’hui mercredi. .

Usage dela force

À son tour, le parti «coalition pour le travail et les libertés» a dénoncé le recours de l’autorité au recours à la force et l’assaut du siège de l’agence par la force générale pour imposer la nomination d’un nouveau directeur général à sa tête. Et il a estimé que le gouvernement actuel et sa « ceinture politique » sont « dans un état d’impuissance qui les a poussés à chercher à subjuguer les médias », soulignant que « cela confirme qu’il ne reste plus rien à ce gouvernement après cela que de partir, « selon le texte d’un communiqué publié par le bloc.

Pour sa part, le «Mouvement populaire» a exprimé sa solidarité absolue avec les journalistes de l’Agence après que les forces de sécurité ont pris d’assaut son siège et attaqué ses journalistes, et dans ce contexte condamné «toute exposition à eux (journalistes) dans l’exercice de leurs fonctions en toute impartialité. de loyautés partisanes. »Le mouvement a considéré, dans un communiqué, Ce qui s’est passé dans l’agence« inclut une tentative de saisir et d’adapter les médias de la part du gouvernement Mecheid et de sa ceinture politique, «mettant en garde» contre la persistance dans la politique de subjugation et étrangler les médias libres. « 

La chef du « Parti constitutionnel libre », Abeer Moussa, a dénoncé mardi ce qu’elle a qualifié de « violations graves contre les institutions étatiques et contre les médias », considérant que ce qui se passe est « un résultat attendu du processus de domination que la Fraternité a pu grâce à l’alignement des forces modernistes derrière leur plan, intentionnellement ou non. »Comme elle le dit.

Précédent dangereux

Il est à noter que de nombreux partis et organisations tunisiens et internationaux, dirigés par le « Syndicat national des journalistes » en Tunisie et « l’Université générale des médias », ont condamné dans leurs déclarations l’incident de l’assaut des forces de sécurité au siège du « Tunis Africa News Agence « hier, mardi, et leur assaut contre ses ouvriers, pour imposer l’installation de Kamal Ben Younes par la force, dans un dangereux précédent dans l’histoire du secteur des médias en Tunisie.

Les deux syndicats professionnels ont annoncé, dans un communiqué conjoint, une série de décisions, notamment la poursuite du sit-in au siège de l’agence et un boycott de toutes les activités du gouvernement et des partis qui le soutiennent.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Tunisie: le nouveau patron de l'agence TAP contesté

Tunisie: le nouveau patron de l’agence TAP contesté

TUN: Le CS Chebba ne lâche pas Jary (Enquête) |  Foot Afrique

TUN: Le CS Chebba ne lâche pas Jary (Enquête) | Foot Afrique