in

Le limogeage d’un haut responsable de la sécurité en Tunisie.. Saïd s’accroche aux libertés

Le limogeage d'un haut responsable de la sécurité en Tunisie.. Saïd s'accroche aux libertés

Rédaction Le 2021-09-03 15:41:25, Le limogeage d’un haut responsable de la sécurité en Tunisie.. Saïd s’accroche aux libertés

Après que les voix des droits de l’homme en Tunisie ont soulevé leur condamnation des agissements violents de certaines forces de sécurité avec les manifestants il y a deux jours, il a été rapporté que le directeur de la région de la sécurité nationale en Tunisie, Lotfi Belaid, avait été démis de ses fonctions.

Des sources bien informées ont indiqué à la radio locale « Mosaique FM » que le chef du district de la sécurité nationale à Bab Bahr Kamal Al-Ayashi avait été nommé, à la place de Belaid.

Des groupes de défense des droits manifestent

Mercredi, plusieurs associations et organisations ont protesté contre la gestion sécuritaire d’une veillée dans la rue Habib Bourguiba, appelant à la révélation des auteurs de crimes politiques dans le pays.

L’Union générale tunisienne du travail, la plus grande organisation syndicale, a également appelé à une enquête sérieuse et à ce que toutes les personnes impliquées dans cet attentat « barbare » soient tenues pour responsables. Il a estimé que « violer les libertés, en premier lieu le droit d’expression et de manifestation, est une ligne rouge qui ne peut être acceptée ».

A son tour, « l’Association tunisienne pour les droits et les libertés » a condamné ce qu’elle a appelé « la répression sécuritaire contre les manifestants et l’usage excessif de la force contre nombre d’entre eux ».

Le président tunisien Kais Saied (archives - AFP)

Le président tunisien Kais Saied (archives – AFP)

Saeed s’accroche aux libertés

Alors que le président de la République, Qais Saeed, a souligné hier soir, jeudi, lors d’une rencontre avec un groupe de juristes, que les libertés sont sacrées et ne doivent en aucun cas être violées.

Aujourd’hui, vendredi également, il a réitéré son adhésion à ces libertés dans le pays. Son conseiller, Walid Al-Hajjam, a souligné que les attaques sécuritaires qui ont visé les manifestants mercredi étaient inacceptables.

Il a également ajouté, dans une déclaration aux médias locaux, que le président « rejette totalement l’attaque contre des jeunes, des journalistes et des avocats lors de leur participation à une manifestation pacifique », organisée pour exiger « la révélation de la vérité sur les assassinats politiques ».

Il a également indiqué que Saïd rejette toute atteinte aux droits humains en Tunisie, y compris à la liberté d’expression et de manifestation, niant, à son tour, que « le limogeage de certains responsables de la sécurité est intervenu dans le contexte des récentes attaques », notant que « le ministère de la L’intérieur est en train d’enquêter sur la cause de ces attentats.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
EFCC-officials

RUPTURE : Lekki est désormais un foyer de cybercriminalité au Nigeria – EFCC

Côte d'Ivoire, Tunisie, Cameroun, Ghana, Nigeria… Le programme de vendredi

Côte d’Ivoire, Tunisie, Cameroun, Ghana, Nigeria… Le programme de vendredi