in

Le marcheur peut-il déplacer le fichier des associations suspectes? Petit Al-Haidari

Le marcheur peut-il déplacer le fichier des associations suspectes?  Petit Al-Haidari

Rédaction Le 2021-03-24 19:41:52, Le marcheur peut-il déplacer le fichier des associations suspectes? Petit Al-Haidari

Le parlementaire tunisien a ajouté que « le comité inclura ses résultats dans un rapport à la fin de ses travaux et le renverra au pouvoir judiciaire », appelant le Premier ministre Hicham El Mechichi et le président Qais Saeed à « traiter positivement » les propositions du parlement pour l’amour du pays.

La Tunisie est connue pour la diffusion aléatoire d’associations dont la présence soulève de nombreuses interrogations sur leurs sources de financement et les activités réelles qu’elles mènent. Dans les années qui ont suivi la révolution du 14 janvier 2011, des accusations ont été réitérées pour certaines d’entre elles de financement du terrorisme et mener des activités de plaidoyer sous couvert de travail associatif, d’autant plus que cette période a connu plusieurs transferts de jeunes. Al-Tunisi s’est tourné vers des foyers de tension comme la Syrie et l’Irak, tandis que de nombreux groupes terroristes sont actifs dans les montagnes tunisiennes.

Le nombre d’associations actives en Tunisie a atteint 23 676 au 10 novembre, selon les statistiques publiées par le Centre d’information, de formation, d’études et de documentation sur les associations affilié à la présidence du gouvernement sur son site Internet.

Le nombre de sociétés étrangères actives en Tunisie a atteint 200, un nombre qui soulève les inquiétudes des milieux politiques tunisiens, notamment en l’absence d’une lutte sérieuse contre la corruption pour renforcer le suivi des sources de financement de ces associations et l’étendue de leur respect pour les lois tunisiennes.

Problèmes de pénétration

Hisham Al-Hajji: Les associations sont devenues des bras de travail du parti, ce qui conduit à contourner la loiHisham Al-Hajji: Les associations sont devenues des armes d’action partisane, ce qui conduit à contourner la loi

Il y a quelques jours, le Parti constitutionnel libre a révélé que le parlement tunisien avait coopéré avec des aides financées par des organisations étrangères comme le « National Democratic Institute », proche du Parti démocrate américain, et a ravivé les craintes d’infiltration d’institutions souveraines sous la couverture du travail associatif et organisationnel.

De nombreux parlementaires ont tenté d’envoyer des messages de réconfort aux Tunisiens en niant tout danger pour leur coopération avec ces organisations, justifiant cela par leur besoin de conseils de leur part dans de nombreux domaines, comme le domaine juridique, mais cela reste préoccupant.

L’analyste politique Lotfi Al-Ammari n’a pas nié ses inquiétudes quant à la gravité de ce que pratiquent de nombreuses organisations, déclarant: «Indépendamment de ce que le libre constitutionnel a révélé, il y a une nette pénétration des institutions tunisiennes, et ce n’est pas une impulsion du moment. . Des organisations étrangères ont pénétré l’Assemblée constituante et ont contribué à la rédaction de la constitution tunisienne et à empêcher l’inclusion de nombreux chapitres.

Al-Ammari a ajouté à «Al-Arab» que «la chose la plus dangereuse qui se passe en Tunisie est la présence d’associations et d’organisations étrangères ou financées par l’étranger qui fonctionnent normalement, car ces associations posent de nombreuses lignes pour les acteurs de la scène tunisienne, que ce soit en termes de législation, lois, politiques et autres. »

Malgré les pressions que de nombreux acteurs de la scène politique tunisienne mettent en place, les observateurs doutent de la possibilité d’une action gouvernementale contre les associations suspectes, en raison de sa dépendance à une ceinture politique qui comprend des partis qui sont dans la ligne de mire des accusations de leurs opposants à recevoir des fonds étrangers et à traiter avec ces associations.

Le journaliste Lotfi Al-Ammari a souligné qu’il est difficile pour le gouvernement de Mishichi d’agir contre les associations suspectes car le Premier ministre se rend compte que sa démarche contre certaines associations signifie que sa ceinture politique et parlementaire le délaisse en raison de sa dépendance à ces associations, ce qui conduit à la chute du gouvernement.

La bataille constitutionnelle libre contre l'Union des savants musulmans ramène la question des sociétés suspectes au premier planLa bataille constitutionnelle libre contre l’Union des savants musulmans ramène la question des sociétés suspectes au premier plan

<< Nous avons vu, par exemple, le mouvement Ennahda, par exemple, comment il s'est levé de tout son poids pour défendre l'Association Al-Qaradawi (l'Union internationale des érudits musulmans) parce qu'il a intérêt à la survie de cette association. Le Mishishite le gouvernement n'a pas le pouvoir de lui permettre d'ouvrir des dossiers d'un tel danger, d'autant plus que son plus grand allié est le mouvement Ennahda et une coalition. La dignité est le principal bénéficiaire de l'existence de ces sociétés, et la preuve de l'incapacité de ce gouvernement à agir contre ces associations est la façon dont il a agi avec le sit-in constitutionnel libre pour dissoudre l'Association des savants musulmans.

En plus des accusations portées contre des organisations et associations de les transformer en une couverture pour répandre l’extrémisme et d’autres, ces entités font face à des accusations de perdre leur indépendance et de les transformer en armes de certains partis politiques, ce qui rend difficile d’agir contre eux.

L’analyste politique Hisham Al-Hajji a estimé que «le dossier des associations entourées de suspicions est mis en avant depuis des années pour plusieurs raisons, dont la plus importante est la méconnaissance de larges secteurs de la classe politique de l’importance des associations en tant que entité indépendante en soi qui n’a rien à voir avec le travail du parti et l’emploi politique, et c’est ce qui sépare la diffusion de la mentalité de conversion des associations en bras clairs et connus d’action partisane, qui en profondeur représente une déviation dans le travail partisan, le travail associatif et un contournement de la loi.

Al-Hajji a conclu dans une déclaration à «Al-Arab» que «ces raisons conduisent directement à l’existence d’associations qui violent explicitement la loi et se transforment en une façade derrière laquelle des pratiques qui violent la loi et représentent parfois une menace pour la sécurité et la la paix disparaît.

Malgré son appréciation pour le mouvement des parlementaires, Hisham Al-Hajji estime que «la commission d’enquête parlementaire ne dispose pas des capacités humaines et logistiques suffisantes pour mener un processus d’enquête et d’examen rigoureux d’une part, et qu’elle n’a pas le pouvoir de décider après cela, car la responsabilité des associations incombe en dernier ressort au pouvoir judiciaire. »

What do you think?

24 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Paranoïa stratégique: la banalité de l'obsession marocaine de l'Algérie

Paranoïa stratégique: la banalité de l’obsession marocaine de l’Algérie

Sami Bouajila, «Un fils» de Tunisie, roi des César

Sami Bouajila, «Un fils» de Tunisie, roi des César