in

Le parti tunisien a recours à la Cour pénale internationale après les attaques contre ses députés au Parlement

Le parti tunisien a recours à la Cour pénale internationale après les attaques contre ses députés au Parlement

Rédaction Le 2021-07-06 03:08:00, Le parti tunisien a recours à la Cour pénale internationale après les attaques contre ses députés au Parlement

Le Parti constitutionnel libre d’opposition en Tunisie a annoncé avoir décidé de recourir à la justice internationale pour porter plainte contre les violences infligées à ses députés au Parlement par des députés affiliés au « Mouvement Ennahda ».

Les dirigeants du parti, qui s’oppose fermement à la coalition soutenant le gouvernement, ont déclaré lors d’une conférence de presse qu’ils déposeraient une plainte auprès de la Cour pénale internationale.

La décision du parti est intervenue après l’absence de poursuites judiciaires contre les députés coupables d’avoir sévèrement battu le chef du parti, le représentant Abeer Moussa, au Parlement, devant la justice tunisienne, et avec les députés conservant l’immunité parlementaire.

L’attaque en giflant Moussa au vu et au su de tous lors d’une séance publique, dont les faits ont été retransmis à la télévision, par le député indépendant Sahbi Samara, et les coups de pied du député Seif El-Din Makhlouf, qui appartient à la « Coalition Dignité », constitué un scandale politique devant l’opinion publique, dans les derniers actes de violence et de chaos. Balayage du Parlement, qui a été témoin d’incidents antérieurs d’agression contre des femmes.

Les organisations de défense des droits humains et féministes, le président Kais Saied et les partis au Parlement ont condamné l’attentat contre Moussa, mais aucune mesure n’a été prise par la justice tunisienne.

Le Parti constitutionnel libre accuse le président du Parlement Rashid Ghannouchi et le mouvement Ennahda de faire pression sur le pouvoir judiciaire et de le diriger dans sa bataille avec ses opposants politiques.

Moussa a déclaré: « Notre confiance dans le pouvoir judiciaire a été ébranlée par l’impact de la composition et de la politique des deux poids deux mesures, le mépris des droits constitutionnellement garantis des parlementaires et l’incapacité à protéger l’inviolabilité corporelle des femmes tunisiennes ».

Elle a expliqué lors d’une conférence de presse qu’elle allait déposer une plainte auprès de la Cour pénale internationale pour torture et persécution d’un groupe de la population pour des motifs politiques et sur la base du sexe.

Par sa plainte auprès de la Cour pénale internationale, le parti entend poursuivre le Premier ministre Hisham al-Mashishi, qui détient également le ministère de l’Intérieur, le président du Parlement Rashid Ghannouchi et son adjointe, Samira Chawashi, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance Iman al- Zahwani, et des responsables de la sécurité et de la justice.

« Nous lancerons une campagne internationale pour faire connaître la cause tunisienne à travers les organisations internationales reconnues par l’Etat tunisien et les parlements internationaux, régionaux et nationaux sur les cinq continents », a ajouté Moussa.

Moussa a expliqué qu’il s’agit d’une violation de la constitution, qui empêche les députés d’être poursuivis dans les affaires liées à ses opinions, notant qu’ils sont ciblés par les institutions de l’État et l’autorité politique au pouvoir.

Moussa et un certain nombre de députés du parti ont reçu une notification des autorités de sécurité pour enquêter sur eux lundi après que le président du Parlement Rashid Ghannouchi a déposé une plainte contre eux, affirmant qu’ils avaient perturbé les sessions du Parlement, mais les députés ont refusé de répondre à l’avis.

Le représentant Karim Karifa a déclaré que Rashid Ghannouchi intimide l’opposition par le biais de la justice.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
أسعار اليورو والدولار في الجزائر اليوم الثلاثاء

Le cours de l’euro et du dollar en Algérie aujourd’hui, mardi 6 juillet 2021

l'impunité de la police, vestige bien vivace du régime de Ben Ali – Libération

l’impunité de la police, vestige bien vivace du régime de Ben Ali – Libération