in

Le président refuse de traiter avec tout le monde et les exalte (vidéo)

Le président refuse de traiter avec tout le monde et les exalte (vidéo)

Rédaction Le 2021-04-26 09:29:48, Le président refuse de traiter avec tout le monde et les exalte (vidéo)

26/04/2021 – | Dernière mise à jour: 26/04/202110: 32 AM (Makkah Al-Mukarramah)

Saif El-Din Makhlouf, chef du bloc de la Coalition pour la dignité en Tunisie, a démenti ce qui avait été circulé concernant le refus ou l’abandon du pouvoir judiciaire militaire d’examiner le cas lié à la campagne du président Qais Saeed recevant 5 millions de dollars de fonds du gouvernement américain en 2019.

« Ce sont des informations inexactes, et la justice militaire est toujours engagée dans ce dossier, et le député de Khayari n’a pas encore comparu devant le tribunal militaire », a déclaré Makhlouf à Al-Jazeera Mubasher.

Il a ajouté: « Il y aura une session extraordinaire mardi prochain, et elle sera consacrée à écouter le ministre de la Défense devant la Chambre des représentants pour discuter de la relation de la justice militaire avec ce dossier ».

Le représentant indépendant Rashid Al-Khayari avait accusé le président Qais Saeed d’avoir reçu 5 millions de dollars de fonds du gouvernement de l’ancien président américain Donald Trump pour financer sa campagne présidentielle en 2019, qui a été transférée via Western Union.

L’ambassade des États-Unis en Tunisie a nié que le gouvernement américain ait fourni un financement pour la campagne du président Saïd, tout en affirmant son plein respect de l’intégrité et de l’indépendance de la démocratie tunisienne.

Makhlouf a expliqué que ce que le représentant indépendant a fait était qu’il «voulait mettre le peuple tunisien devant une affaire d’opinion publique liée à l’accusation de haute trahison dirigée contre le candidat à la présidentielle, Qais Saeed», mais la justice militaire est intervenue et a inculpé le député Rashid al. -Khayari avec la peine de mort pour autant qu’elle comprenne «briser les esprits». L’armée, la nation et l’appel à la désobéissance civile.

Makhlouf a conclu que l’affaire est liée à une question juridique et n’a rien à voir avec la lutte politique en cours entre les trois institutions présidentielles en Tunisie, soulignant qu’il existe un problème majeur que la Tunisie connaît, à savoir que «depuis des mois, le président Qais a déclaré a refusé de traiter avec le Premier ministre, le président du parlement et les partis politiques, et qu’il est supérieur à tout le monde en termes de C’est le problème de la pandémie Corona en Tunisie.

Makhlouf a ajouté que Rashid al-Khayari exerçait son rôle de supervision lorsqu’il a reçu des données qui ont été présentées à la justice sans être traitées, il a donc exposé le dossier à l’autorité judiciaire civile, mais il a été surpris par l’intervention de la justice militaire.

Pour sa part, l’analyste politique et médiatique Zuhair Taba a estimé que la réponse et l’ingérence du parquet militaire dans cette affaire étaient à la demande du député Rashid El-Khayari.

Tabah a ajouté: « L’état de conflit entre les tribunaux militaires et civils nous éloigne du problème principal, qui est que le parlement tunisien est confronté à un véritable défi, et c’est celui qui est concerné par cette question et non un autre parti. »

« Le total des accusations portées par le vice-président Khayari n’est pas grave et il a rétracté bon nombre de ses déclarations sur les réseaux sociaux », a déclaré Tabah.

Tabah a conclu: «Ce que le député Khayari a fait depuis le début fait partie du conflit politique en Tunisie, et que le parquet tunisien examine toujours plusieurs cas similaires à celui du financement de la campagne du candidat à la présidentielle Qais Saeed, tous lié au contrôle financier et politique. « 

« Le député Khayari a voulu, à travers son bombardement sur cette question, dire à tous les Tunisiens qu’il y a de la corruption dans les institutions tunisiennes, et il a exercé son rôle de contrôle selon les préceptes de sa position de parlementaire, mais il aurait dû le faire de l’intérieur du pays. le parlement et non par les médias sociaux », a déclaré Tabah.

Plus de nouvelles

What do you think?

23 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Tunisie ... un couvre-feu global dans le cadre d'éventuelles propositions de contrôle de la pandémie

Tunisie … un couvre-feu global dans le cadre d’éventuelles propositions de contrôle de la pandémie

Tunisie: les énigmes de Jamel Gorchene

Tunisie: les énigmes de Jamel Gorchene