in

Le président tunisien promet des mesures importantes pour consolider la démocratie, et Washington l’exhorte à protéger les droits et libertés | L’actualité de la Tunisie

Le président tunisien promet des mesures importantes pour consolider la démocratie, et Washington l'exhorte à protéger les droits et libertés |  L'actualité de la Tunisie

Rédaction Le 2021-08-01 18:21:34, Le président tunisien promet des mesures importantes pour consolider la démocratie, et Washington l’exhorte à protéger les droits et libertés | L’actualité de la Tunisie

Le président tunisien Kais Saied a accusé des parties anonymes de compromettre les Tunisiens sur leur santé à la lumière de l’épidémie de Corona, et a promis de prendre des décisions importantes pour consolider la démocratie, tandis que Washington l’a exhorté à protéger les droits et libertés dans son pays, et à former rapidement un nouveau gouvernement.

Tout en supervisant la réception d’un million cinq cent mille doses de vaccins anti-Coronavirus fournies par l’Italie, le président tunisien a déclaré que des parties anonymes avaient troqué les Tunisiens contre leur santé à la lumière du déclenchement de l’épidémie afin d’atteindre des fins politiques.

Said a ajouté que quiconque transige avec le citoyen sur sa santé n’a pas sa place dans l’Etat tunisien.

Said a également déclaré que l’activité croissante des réseaux de migration irrégulière en Tunisie est une manœuvre qui sera contrée, et l’activité de ces réseaux sera stoppée, que ce soit en Tunisie ou sur la rive nord de la Méditerranée.

La présidence algérienne a indiqué – dans un communiqué – que le président Abdelmadjid Tebboune a passé un appel téléphonique hier soir, samedi, avec le président tunisien, qui lui a dit que la Tunisie est sur la bonne voie pour consolider la démocratie et le pluralisme.

Said a ajouté qu' »il y aura bientôt des décisions importantes », selon la présidence algérienne.

Le président tunisien a également affirmé son ferme souci de protéger les droits et libertés et de renforcer les éléments de sécurité et de stabilité, a-t-il déclaré.

La position américaine

Pour sa part, le conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan a exhorté le président tunisien à souligner la nécessité pour les dirigeants tunisiens d’esquisser un retour rapide sur la voie démocratique.

Au cours d’un appel téléphonique d’une heure, Sullivan a exigé qu’un nouveau gouvernement soit formé rapidement et que le parlement élu soit garanti à temps.

William Lawrence, professeur de relations internationales et ancien fonctionnaire du département d’Etat américain, a déclaré que l’appel d’une heure de Sullivan avec le président tunisien est la preuve de l’intérêt de l’administration américaine pour la situation en Tunisie.

Dans un contexte connexe, Vivian Yee, journaliste au New York Times, a déclaré qu’elle s’était rendue en Tunisie pour couvrir « l’effondrement potentiel de la démocratie » et y avait été détenue pendant une courte période.

« J’ai reçu une conférence sur la Constitution américaine du président tunisien, mais il ne m’a pas laissé poser une seule question », a-t-elle déclaré sur Twitter.

Je suis venu faire un reportage sur l’effondrement potentiel de la démocratie tunisienne et j’ai été brièvement détenu. Ensuite, j’ai eu une conférence sur la Constitution américaine du président de la Tunisie, qui s’est engagé à préserver les libertés de la presse mais ne m’a pas permis de poser une seule question https://t.co/eMplkEAwSi

– Vivian Yee (@VivianHYee) 1 août 2021

Dans le cadre des efforts diplomatiques régionaux, le ministère égyptien des Affaires étrangères a annoncé la solidarité du Caire avec le peuple tunisien et ses aspirations légitimes.

Le ministère a déclaré – dans un communiqué – qu’il faisait confiance à la capacité de la présidence tunisienne à surmonter la crise dans les plus brefs délais.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a appelé à la nécessité d’éviter une escalade contre les institutions de l’État d’une manière qui préserve les intérêts et les capacités du peuple tunisien.

Accusations

Au niveau local, le président tunisien a accusé un responsable du parti qu’il n’a pas nommé d’avoir distribué de l’argent à des jeunes hommes pour procéder à des pillages, des vols et des agressions contre des biens publics et privés.

« Ceux qui avaient l’habitude de troquer des gens contre leur santé à des fins politiques ont terminé leur rôle », a ajouté Saeed.

Dimanche après-midi, le président Saied a effectué une visite surprise de la rue Habib Bourguiba (centre de la capitale) avec la directrice du bureau présidentiel, Nadia Okasha, selon des témoins oculaires.

Saeed n’a fait aucune déclaration à la presse lors de sa tournée, mais il s’est entretenu avec les citoyens lors de sa tournée, qui a duré quelques minutes, au milieu d’une forte présence de sécurité.

En revanche, le mouvement Ennahda a renouvelé son rejet des décisions du président, les qualifiant de violation de la constitution, et exigé qu’elles soient rétractées.

Le mouvement a également annoncé le report d’une réunion de son Conseil de la choura, à la demande de son président, Rashid Ghannouchi.

De son côté, Hisham Al-Ajbouni, leader du Parti du Courant Démocratique, membre du Bloc Démocratique au Parlement tunisien, a rejeté toute exploitation de mesures exceptionnelles pour régler des comptes. Dans un post sur sa page Facebook, Al-Ajbouni a vu que les rumeurs de violations et d’abus dans l’application de la loi offensent en premier lieu le président de la République, comme il l’a dit.

Il a condamné ce qu’il a décrit comme des démonstrations de force et d’intimidation lors des arrestations de personnes recherchées, et ce qu’il a appelé des campagnes visant à salir les critiques des mesures exceptionnelles.

Un certain nombre d’avocats et de familles des représentants arrêtés ont confirmé que les forces de sécurité menaient des perquisitions à domicile d’une manière violente et terrifiante, comme ils le disent.

De son côté, le parti « Mouvement tunisien de la volonté » dirigé par l’ancien président tunisien Moncef Marzouki a exprimé – dans un communiqué – sa profonde préoccupation face aux raids des forces de sécurité et de l’armée contre les domiciles des citoyens, quelles que soient leurs caractéristiques, et l’intimidation des enfants et des femmes, à la recherche – comme ils le prétendent – de personnes recherchées. Justice, comme décrit dans la déclaration.

Le communiqué considère que la démonstration de force et d’arrogance des autorités de sécurité est une restauration des pratiques tyranniques, et que leur but est de semer la terreur et la peur.

Le parti a renouvelé sa position selon laquelle ce qui s’est passé le 25 du mois dernier est un « coup d’État clairement marqué », contrairement aux assurances déclarées du chef de l’État, en référence aux décisions prises par Saeed d’assumer les pleins pouvoirs et de suspendre les travaux. du Parlement.

Seif El-Din Makhlouf, chef du parti Coalition pour la dignité allié au mouvement Ennahda, a déclaré que les députés Maher Zaid et Mohamed Al-Afas, qui appartiennent au parti, sont en détention provisoire dans le cadre d’une « enquête de l’armée judiciaire », dans une affaire liée à une altercation qui a eu lieu en mars dernier à l’aéroport de Tunis.

Ils sont soupçonnés d’avoir insulté des agents de la police des frontières après avoir empêché une femme de voyager.

Plus de politique


What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Survivre à l'enfance et à la guerre civile en Algérie

Survivre à l’enfance et à la guerre civile en Algérie

INFOGRAPHIES.  USA, Birmanie, Tunisie... Ces pays où l'épidémie s'inquiète particulièrement

INFOGRAPHIES. USA, Birmanie, Tunisie… Ces pays où l’épidémie s’inquiète particulièrement