in

Le Syndicat tunisien du travail répond à Ghannouchi : Vous êtes la cause de la calamité

Le Syndicat tunisien du travail répond à Ghannouchi : Vous êtes la cause de la calamité

Actuexpress Le 2021-06-17 12:30:00, Le Syndicat tunisien du travail répond à Ghannouchi : Vous êtes la cause de la calamité

Aujourd’hui, jeudi, l’Union générale tunisienne du travail, la plus grande organisation syndicale du pays, a adressé des critiques virulentes et sans précédent au président du Parlement et leader du mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi, l’accusant d’être « la cause de la calamité dans le pays. »

Cela est venu en réponse aux déclarations de Ghannouchi dans lesquelles il a déclaré que l’employé tunisien travaille un quart d’heure par jour et reçoit un salaire de 8 heures, et a souligné que la Tunisie n’avancera pas les grèves dans les secteurs public et privé, mais plutôt travaillera, faisant allusion à l’Union générale tunisienne du travail.

Rachid Ghannouchi

Rachid Ghannouchi

Commentant cela, le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail, Noureddine Tabboubi, a déclaré dans des déclarations à la radio privée « Shams FM » ce jeudi, en adressant sa lettre à Ghannouchi : « Celui qui a parlé pendant un quart d’heure de travail, je lui dis que tu n’as pas travaillé deux minutes dans ta vie.» Il a appelé chacun à se respecter, surtout ceux qui ne peuvent rien apporter au pays et à se tenir à l’écart des polémiques et des démagogues, en référence à Ghannouchi, qui dit qu’il était la cause de la calamité.

Pour sa part, le secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail, Sami Tahiri, a répondu indirectement à Ghannouchi, et a déclaré dans un message qu’il a écrit sur sa page Facebook, sous le titre « Le diable interdit le mal », dans lequel il a déclaré que « sans la sueur des travailleurs et l’effort de l’employé et des heures D’un travail acharné semblable à un travail acharné, votre salaire au Parlement n’aurait pas atteint un pic froid pendant que vous étiez assis à ne rien faire, et sans les grèves , vous auriez mangé les droits des Tunisiens.

Mercredi, Ennahda a annoncé qu’elle refusait de participer à un dialogue national convoqué par le président Kais Saied, dans le but de changer le système politique et électoral du pays. un dialogue dont l’agenda se limite aux seuls enjeux économiques et sociaux.

Ennahda a indiqué que la présidence tunisienne supervise tout dialogue national, mais ne précise pas son agenda, dans le cadre de son rejet de l’initiative de changement politique.

Le syndicat a exprimé sa colère contre la déclaration du président tunisien concernant le dialogue et a appelé à un dialogue national sans la participation du président.

L’appel du président tunisien au dialogue afin d’introduire des amendements à la loi électorale et des réformes de la constitution actuelle a suscité des réactions variant entre rejet et acceptation, dans une polémique où le débat s’est intensifié entre les partis politiques.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
a1

Un vendeur de terres arrêté pour viol et meurtre d’une femme à Rivers

Tunisie : L’UGTT décide de retirer l’initiative du Dialogue national à Saïed et s’en chargera elle-même